Frida Kahlo

Au-delà des apparences

Jusqu’au 5 mars 2023

#expoFridaKahlo

Palais Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16e

Le Palais Galliera réunit plus de 200 documents d’archive, objets personnels et costumes de la peintre mexicaine Frida Kahlo (1907-1954). L’exposition montre comment l’artiste s’est construite une image autour de la mexicanité et a détourné son handicap physique en force artistique.

Frida Kahlo par Toni Frissell, Vogue US, 1937 © Toni Frissell, Vogue © Condé Nas
Lire la suite

Shocking !

Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli

#ExpoSchiaparelli
@madeparisfr

Jusqu’au 22 janvier 2023

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1er

L’univers surréaliste de la créatrice italienne Elsa Schiaparelli (Rome,1890 – Paris,1973) se dévoile au Musée des Arts Décoratifs (MAD). Entre goût du spectacle et fantaisie novatrice, l’oeuvre de Schiaparelli n’a jamais semblé si moderne !

Vue de l’exposition © Les Arts Décoratifs / Christophe Dellière
Lire la suite

Love Brings Love

Le défilé hommage à Alber Elbaz

Jusqu’au 10 juillet 2022

#expoLoveBringsLove
@PalaisGalliera

Palais Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16e

Le Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, met en scène le défilé donné en l’honneur d’Albert Elbaz (décédé du Coronavirus en avril 2021) le 5 octobre 2021 au Carreau du Temple. Une exposition inédite avec ambiance de podiums et créativité à gogo !

Vue de l’exposition. Photo Pierre Antoine
Lire la suite

YSL aux musées

Jusqu’au 15 avril 2022 au Musée national Picasso-Paris
Jusqu’au 15 mai 2022 au Musée d’art moderne de Paris
Jusqu’au 16 mai 2022 au Musée du Louvre et au Centre Pompidou
Jusqu’au 18 septembre 2021 au Musée Yves Saint Laurent-Paris

Pour célébrer les soixante ans de l’ouverture de la Maison Yves Saint Laurent (4 décembre 1961), la Fondation Pierre Bergé – YSL inaugure une série d’expositions au sein de six institutions culturelles parisiennes. Afin de mettre en valeur le lien qui unissait le célèbre couturier à l’art et à la littérature.


Martial Raysse, Made in Japan – La grande odalisque, 1964. Peinture acrylique, verre, mouche, passementerie en fibre synthétique, sur photographie marouflée sur toile © Adagp, Paris. Localisation : Paris, Centre Pompidou – Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Migeat
Lire la suite

Vogue Paris 1920 – 2020

Jusqu’au 30 janvier 2022

#ExpoVogue

Palais Galliera, 10 avenue Pierre 1er de Serbie, Paris 16e

Le Palais Galliera célèbre le centenaire du magazine Vogue Paris, plus ancien magazine de mode français qui arbore en titre le nom d’une ville (non d’un pays comme pour les autres titres du groupe). Afin de placer la capitale française au coeur de la vie culturelle et faire de la Parisienne une incarnation de la femme Vogue.


Mario Sorrenti, « Paris mon amour », Aymeline Valade en robe Alexander McQueen sur le toit du Grand Palais, Paris, réalisation Emmanuelle Alt, Vogue Paris août 2012
Collection Palais Galliera © Mario Sorrenti / Paris Musées, Palais Galliera
Lire la suite

Thierry Mugler

Couturissime

Jusqu’au 24 avril 2022

#Couturissime

Musée des Arts Décoratifs, 107 rude Rivoli, Paris 1er

Qui ne connaît pas le parfum Angel dans son flacon bleu en cristal poli, en forme d’étoile (1992)? La création olfactive de Thierry Mugler (né en 1948 à Strasbourg) est devenue une icône. Ses modèles de couture aussi, comme le révèle le Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD), dans une scénographie aussi originale que les réalisations de cet artiste visionnaire.

Jerry Hall — Nouveau-Mexique, 1995. Campagne publicitaire
du parfum Angel. Collection Superstar Diana Ross. Prêt-à-porter printemps/été 1991 © Manfred Thierry Mugler
Lire la suite

Yves Saint Laurent

Les coulisses de la haute couture à Lyon

Jusqu’au 5 décembre 2021

Musée Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau, Paris 16e

Avec « Les coulisses de la haute couture à Lyon », le musée Yves Saint Laurent Paris nous fait découvrir l’envers du décor. Comment une pièce de haute couture est-elle réalisée ? À partir de quels tissus ? Par quels fabricants ? Une approche technique qui montre le rapport passionné du maître à la matière.

Robe du soir portée par Chrystele Saint Louis Augustin. Collection haute couture P/E 1996. Photographie Guy Marineau © Yves Saint Laurent / photo Guy Marineau
Lire la suite

Les musées et la mode

Man Ray et la mode
Jusqu’au 17 janvier 2021
Musée du Luxembourg, Paris 6e

Gabrielle Chanel – Manifeste de mode
Jusqu’au 18 juillet 2021
Palais Galliera, Paris 16e

Pour la première fois, le musée du Luxembourg organise une exposition consacrée à la mode, à travers les photographies publicitaires de Man Ray. Parallèlement, le Palais Galliera, pour sa réouverture après deux ans de travaux, opte pour un sujet fédérateur : l’icône Gabrielle Chanel dont l’intemporalité des créations nous surprendra toujours.

Man Ray, Mode (surimpression), vers 1930-1078. Milan, Collection privée, Fondazione Marconi (c) Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, 2020
Lire la suite

Back Side

Dos à la mode

Jusqu’au 17 novembre 2019

Musée Bourdelle, 18 rue Antoine Bourdelle, Paris 15e

Le Palais Galliera, Musée de la mode de la Ville de Paris, investit l’ensemble des espaces du musée Bourdelle pour présenter « Back Side – Dos à la mode ». Une exposition consacrée au vêtement vu de dos, avec des robes mises en contrepoint des sculptures d’Antoine Bourdelle. Magnifique !


Jeanloup Sieff, Eve de dos, Kim Islinski, New York, 1997 [Haut et jupe Martine Sitbon, publiée dans New York 1997] © Estate of Jeanloup Sieff
Lire la suite

Nouvelle présentation des collections YSL

Musée Yves Saint Laurent Paris, 5 avenue Marceau, Paris 16e

Vue de la nouvelle présentation des collections. Section histoire d’une collection (c) Yves Saint Laurent, Photo Thierry Ollivier

Le musée YSL Paris renouvelle sa présentation des collections pour adhérer avec l’historique du lieu, qui a été la seconde maison mère du couturier.

Lire la suite

Musée YSL

Nouvelle présentation du parcours inaugural

Jusqu’au 09 septembre 2018

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogues de l’exposition : 

et 

Musée Yves Saint Laurent, 5 avenue Marceau, Paris 8e

La Fondation YSL-Pierre Bergé a été transformée pour devenir le musée Yves Saint Laurent Paris, qui a ouvert le 3 octobre 2017. Le parcours inaugural vient d’être renouvelé pour présenter 40 nouveaux modèles haute couture.

Lire la suite

La collection du scandale

 Tailleur-jupe. Collection haute couture printemps-été 1971 © Fondation Pierre Bergé - Yves Saint LaurentYSL – 1971

Jusqu’au 19 juillet 2015

Catalogue de l’exposition : 

Fondation Pierre Bergé – YSL, 5 avenue de l’Alma, Paris XVI

Janvier 1971 marque une tournure dans l’oeuvre d’Yves Saint Laurent. Le maître de l’élégance parisienne présente une collection printemps/été qui fait crier d’horreur les invités de son défilé. La presse la juge unanimement « truly hideous » (vraiment hideuse)…

Lire la suite

Les années 1950

Christian Dior (Boutique), 1953-1954 / Jacques Fath, vers 1947 / Grès, A/H 1956 Collection Palais Galliera © Gregoire AlexandreLa mode en France 1947-1957

Jusqu’au 2 novembre 2014

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Palais Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, Paris XVI

Le Palais Galliera fait revivre les années 1950, âge d’or de la haute couture française marqué par l’heure de gloire de Christian Dior jusqu’à celle de son héritier spirituel, Yves Saint Laurent. Soit une décennie avant que le prêt-à-porter ne vienne révolutionner le milieu de la mode…

Lire la suite

Inspirations

Inspirations

Dries Van Noten

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id= »291691448X » target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Jusqu’au 31 août 2014 – Prolongation jusqu’au 2 novembre 2014

Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivolo, Paris I

 

Je connaissais seulement de nom. La mode de Dries Van Noten, dévoilée au musée des Arts décoratifs, mérite pourtant une attention plus poussée.

Lire la suite

Une histoire indiscrète de la silhouette

Une histoire indiscrète de la silhouette

La mécanique des dessous

Jusqu’au 24 novembre 2013

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id= »2916914420″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Musée des arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris I

 

Fanons de baleine, cerceaux de rembourrage, laçages, charnières, tirettes, ressorts, tissus élastiques… tous ces artifices ont permis de dessiner la silhouette des hommes et des femmes depuis le XIVe siècle. Cette mécanique des dessous, qui dessine en filigrane l’histoire des métamorphoses du corps soumis aux diktats de la mode, est à découvrir au musée des Arts décoratifs.

 

 

Au XIXe siècle, les sous-vêtements n’ont jamais été aussi abondants et cachés à la fois. Au fil de l’histoire de la mode, les formes évoluent et les techniques s’affinent. Mais le dessein du vêtement mécanique est récurrent : effacer le ventre, comprimer la taille jusqu’à la creuser, maintenir la poitrine, rehausser les seins – parfois les aplatir –, arrondir les hanches. Le confort a souvent cédé le pas à l’apparence. Jusqu’à ce que, vers 1900, Nicole Groult, Paul Poiret et Madeleine Vionnet instaurent le goût de la ligne « naturelle ».

Les hommes ne sont pas en reste. Pour eux, il s’agit d’exacerber artificiellement leur virilité rehaussée au niveau du torse, des mollets et de la braguette…

Point positif de l’exposition dont la scénographie est signée Constance Guisset : la démonstration mécanique de quelques pièces, tel le faux-cul dit « strapontin » qui s’ouvre et se ferme pour dévoiler son fonctionnement. Indispensable tellement certaines structures nous paraissent mystérieuses et surtout barbares!

Point négatif : les cartels sont collés sur les vitres à une hauteur pour lutin. De plus, ils sont généralement illisibles (blanc sur fond blanc… c’est comme regarder sous la mer sans masque!)

Le petit plus : j’ai beaucoup apprécié les extraits de films d’époque, présentés comme intermède avant de passer au second étage de l’exposition, qui mettent en exergue les diverses tenues décortiquées dans l’exposition.

 

 

 

 

La mode à Paris

La mode à Paris

Paris Haute Couture

Jusqu’au 6 juillet 2013

[amazon_link id= »2080201387″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Hôtel de Ville, Paris IV, Entrée libre

 

 

La haute couture parisienne reste l’un des rares domaines où l’on ressent une fierté à être Français! Comme le révèle l’exposition organisée par le Musée Galliera (en travaux jusqu’en septembre 2013) à l’Hôtel de Ville.

 

L’exposition « Paris Haute Couture » rassemble une centaine de créations retraçant 150 ans d’histoire de la mode. Olivier Saillard, directeur du musée Galliera depuis 2010 et historien de mode reconnu, en est le commissaire d’exposition.

Charles Frederick Worth est considéré comme le premier grand couturier. En 1858, il ouvre une « maison spéciale de confection », au 7 rue de la Paix. Cette rue va devenir l’emblème de la haute couture. Les grands-parents de Jacques Doucet ouvre leur boutique de lingerie de luxe au numéro 17 ; Paquin au n°3 (1891) ; Boué Soeurs au n°9 (1899). Paul Poiret baptisera la rue de la Paix la « voix sacrée ». Elle bénéficie de la clientèle cosmopolite et fortunée des grands hôtels avoisinants.

L’épicentre de la haute couture se déplace à partir des années 1910 vers les Champs-Elysées, où les élégantes aiment déambuler pour être vues. Madeleine Vionnet quitte la rue de Rivoli pour le 50 avenue Montaigne (1922), les soeurs Boué y émigrent en 1928. Dior s’y établit en 1946. Givenchy ouvre avenue George-V (1959), Yves Saint Laurent choisit l’avenue Marceau (1974). Pierre Cardin s’établit rue du Faubourg Saint-Honoré (1952), tout comme Christian Lacroix (1987).

Seule Chanel reste fidèle à la rue Cambon où elle s’est installée depuis 1910. Sa rivale Elsa Schiaparelli, « L’Italienne qui fait des robes », comme la snobe Coco Chanel, choisit la place Vendôme en 1927.

Aujourd’hui, les créateurs de mode se déplacent vers l’est parisien. Autour du Palais Royal et du Marais (Azzedine Alaïa ouvre rue du Parc-Royal en 1985). Et plus loin encore, dans le Xe arrondissement rue Saint-Martin (J.P. Gaultier),  rue Saint-Maur (Martin Margiela), rue de Cléry (Bouchra Jarra) et boulevard Bonne-Nouvelle (Anne Valérie Hash).

Une vingtaine de maisons travaillent encore dans la haute couture à Paris. Les dernières entrées dans ce cercle très fermé sont Martin Margiela et Alexis Mabille (2012). Une douzaine d’entre-elles forment la Chambre syndicale de la haute couture et répondent à un ensemble de critères, parmi lesquels le travail réalisé à la main, l’unicité des pièces-sur-mesure, le nombre de modèles (il est passé de la centaine de modèles dans les années 1930 à vingt-cinq par saison pour les jeunes couturiers contemporains), la participation aux deux défilés annuels (janvier et juillet), l’utilisation d’une certaine quantité de tissu. Au total, ce sont sept mille six cent entreprises parisiennes qui travaillent pour la mode.

Une exposition pas aussi époustouflante que peuvent l’être celles du musée Galliera (on attend avec impatience sa réouverture avec la rétrospective Alaïa) ou du musée des Arts décoratifs. Mais quelques pièces  retiennent l’attention comme la robe du soir Christian Dior à oeillets noir (collection A/H 1953). Le plus : le décryptage de l’ensemble des métiers qui participent à la confection d’une robe haute couture comme les brodeurs, plumassiers, plisseurs et paruriers floraux. On apprend ainsi que certaines robes peuvent comporter jusqu’à 6.000 euros de fleurs!

En complément, n’hésitez pas à parcourir le catalogue de l’exposition, édité par Skira Flammarion, qui explique comment les maisons de couture parisienne ont engendré l’idée d’exception et d’excellence artistique. Une version luxe de l’ouvrage offre des portfolios photographiques sur un papier mince opaque relié à la japonaise. Une manière de rendre hommage à la splendeur des robes des grands couturiers.

Fashioning Fashion

Fashioning Fashion

Deux siècles de mode européenne 1700-1915

Jusqu’au 14 avril 2013

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id= »3791352881″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris Ier

 

A l’occasion de l’achat par le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) des collections de Martin Kamer et de Wolfang Ruf, antiquaires spécialisés dans les costumes et les tissus anciens, le musée des Arts décoratifs présente « Fashioning Fashion : Deux siècles de mode européenne ». Cent silhouettes féminines et masculines dévoilent l’évolution de la mode, des formes et des savoirs-faire, entre 1700 et 1915, en Europe.

Lire la suite

Mode trash ou rock’n’roll, c’est selon…

Mode trash ou rock’n’roll, c’est selon…

Louis Vuitton – Marc Jacobs

Jusqu’au 16 septembre 2012

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id= »2916914315″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris 1er

C’était LE vernissage à ne pas rater. Celui qui attire tout le gratin de la presse. Sans parler des célébrités. Celui que l’on attend ardemment, au point de suggérer  – au regard des habits de certaines – que sa propre tenue a été longuement réfléchie. Pour faire mode, être in. Or, j’ai beau avoir laissé mûrir mes impressions, je ne peux que constater la déception ressentie pour cette exposition hype, « Louis Vuitton – Marc Jacobs », aux Arts décoratifs. Pourtant, je suis bien la première a apprécier certaines de ses petites robes et de ses sacs!

Lire la suite

Apiculture, santé et beauté

Apiculture, santé et beauté

Ballot-Flurin

Depuis les années 1970, Catherine Ballot-Flurin, pionnière dans la bio scientifique (à ne pas ranger dans la même catégorie que les hippies-baba-cool), milite pour une Apiculture Douce pour renforcer le bien-être des abeilles, et donc le nôtre! Dans ma lancée sur l’exploration de la cosmétique bio, voici mon produit phare de la gamme: le baume de soin des Pyrénées.
Lire la suite

Connaissez-vous l’aloe ferox?

Connaissez-vous l’aloe ferox?

What’s This…? by Nishamai.com

Des jus bons et gourmands. Voilà ce que propose la petite entreprise champenoise qui se cache derrière le joli nom exotique de Nishamai – contraction des mots « énergie » (nishati) et « vie » (maisha) en Swahili. A base d’aloe ferox – le cousin de l’aloe vera mais plus puissant encore!- mélangés à des purs jus de fruit, les boissons What’s This…? présentent une quantité impressionnante d’antioxydants. Foi de Catherine, à l’initiative du projet avec son mari Erwin, ces jus « alicaments » donnent une belle peau. Foi d’Artscape, ils sont délicieux pour vos papilles!
Lire la suite

Diwali, la fête indienne des Lumières

Diwali, la fête indienne des Lumières

Louis Vuitton célèbre Diwali

De Beyrouth à Shanghai,  de Johannesburg à Oslo,  les magasins Louis Vuitton proposent pour Noël une vitrine uniformisée autour de la fête hindoue de Diwali.  Symbole de paix et d’harmonie, cette célébration intercommunautaire transcende toutes les barrières:  castes, classes, religions  et régions.  C’est aussi l’occasion pour Louis Vuitton de rappeler son attachement à la transmission des héritages et traditions.  Un message fort qui s’accorde parfaitement avec l’esprit de Noël. Lire la suite