Thierry Mugler

Couturissime

Jusqu’au 24 avril 2022

#Couturissime

Musée des Arts Décoratifs, 107 rude Rivoli, Paris 1er

Qui ne connaît pas le parfum Angel dans son flacon bleu en cristal poli, en forme d’étoile (1992)? La création olfactive de Thierry Mugler (né en 1948 à Strasbourg) est devenue une icône. Ses modèles de couture aussi, comme le révèle le Musée des Arts Décoratifs de Paris (MAD), dans une scénographie aussi originale que les réalisations de cet artiste visionnaire.

Jerry Hall — Nouveau-Mexique, 1995. Campagne publicitaire
du parfum Angel. Collection Superstar Diana Ross. Prêt-à-porter printemps/été 1991 © Manfred Thierry Mugler

Silhouettes, accessoires, costumes de scènes, photographies, vidéos, retracent l’univers fascinant d’un créateur hors norme, qui a oeuvré des années 1970 à 2002 dans la mode. En commençant sa carrière comme danseur de ballet à l’Opéra national du Rhin (1962-1966). Thierry Mugler emménage à Paris en 1967 et devient styliste, se faisant connaître pour ses manteaux ultra longs et ses tenues aux carrures extrêmes, vendus dans le premier concept store parisien Gudule (rue de Buci, Paris 6e).

Vue de l’exposition (c) MAD, Paris / Christophe Dellière

Chaque section de l’exposition offre une ambiance différente, de l’univers animalier (insectes, papillons, oiseaux) et sous-marin à des scènes plus graphiques, puis rock, voire déjantée ! Les bustiers en coquillage de verre ou la tenue “méduse” en organza laissent place à des design futuristes avec des robes aérodynamiques, des fourreaux “décapotables”, des bustiers “pare-chocs”.

Vue de l’exposition (c) MAD, Paris / Christophe Dellière

Ambiance de rêve et de gourmandise avec les créations de parfums – “Je veux créer une flagrance tellement délicieuse qu’on aura envie de la manger” – et des nuisettes constellées de paillettes. A l’opposé de la tendance flower girl hippie, le créateur imagine des tenues en latex et vinyle qui dévoilent plus qu’elles ne couvrent.

Claude Heidemeyer — Opéra Garnier (Paris), 1986 © Manfred Thierry Mugler

Une salle évoque les propres photographies de Mugler avec ses muses telles Jerry Hall ou Iman, posant dans des lieux peu accessibles mais réels (iceberg du Groënland, toits de l’Opéra de Paris et Chrystler building de Manhattan, dunes du Sahara). Il touche aussi à la musique et réalise le clip Too Funky de Georges Michael.

“L’idée n’était pas de provoquer, mais de choquer dans le bon sens secouer ce monde de la mode et les médias qui se prenaient un peu trop au sérieux”, précise l’artiste.

David Bowie lors du tournage du vidéoclip de la chanson You Belong in Rock ’n’ Roll du groupe Tin Machine — Collection Les Cow-boys. Prêt-à-porter printemps/été 1992 © Brian Aris / ArisPrints 2017

Mugler révolutionne ainsi les podiums en transformant ses défilés en spectacle. Il invite le gratin hollywoodien de Diana Ross à Sharon Stone, créant lui-même la mise en scène et les bande-sons. Ses tenues sont portées par les tops les plus en vue dans les années 1990 comme Eva Herzigova, Linda Evangelista, Estelle Lefebure. David Bowie portera des vêtements Mugler tout au long de sa carrière, dont une légendaire robe sirène à paillettes et un costume vert pomme. Jack Lang fait scandale en se présentant à une séance de l’Assemblée nationale avec un costume noir au col Mao signé Mugler, donc sans cravate.

En 1990, Mugler réalise quatre courts métrages pour Canal+ qui mettent en scène à tour de rôle Juliette Binoche, Isabelle Huppert, Viktor Lazlo, Dauphine de Jerphanion. Lui-même tournera dans le film Prêt-à-porter de Robert Altman.

En 2002, il quitte sa propre maison de couture, rachetée en majorité par le groupe Clarins, et se fait appeler Manfred T. Mugler. Il revient à ses amours de jeunesse en créant les décors et assurant la direction artistique du ballet McGregor + Mugler au London Coliseum (2019). En 2020, l’Oréal acquiert les divisions parfums et mode la maison Mugler.

Le parcours s’achève sur une sélection des 70 costumes qu’il a conçus pour la tragédie Macbeth jouée par la Comédie-Française au festival d’Avignon (1985) puis à Paris. La robe de Lady Macbeth est composée d’une structure métallique autoportante qui s’ouvre pour révéler la reine déchue dans une robe en simple chiffon, déchaussée de ses plateformes.

Collection Anniversaire des 20 ans — Haute-couture automne-hiver 1995-1996 © Patrice Stable

Une mode extrême pour un homme extrême qui “aime transformer les corps en héros” et qui a lui-même subi des retouches physiques. Si certaines pièces restent minimales, elles restent toujours hautement originales (long fourreau de velours noir qui s’ouvre à la taille comme une rose). Une exposition incontournable pour ceux qui s’intéressent à la mode !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *