Portraits de France

Une autre histoire de France

Jusqu’au 17 janvier 2022

Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, Paris 16e
Entrée libre pour cette exposition

Le Musée de l’Homme s’est saisi du rapport sur la diversité, rendu par l’historien Pascal Blanchard et un groupe d’experts, pour réintégrer 318 personnalités dans l’histoire de France et fournir de base dans laquelle les maires peuvent piocher pour nommer des espaces publics. Sur ces 318 biographies, 58 ont été sélectionnées (29 femmes, 29 hommes) et mises en avant. Un bel hommage aux émigrés qui ont choisi la France comme seconde patrie.

Célèbres ou oubliés, ces femmes et hommes venus d’Outre-mer ont tous été des acteurs importants de l’histoire de France. Pour Yvan Gastaut (historien, un des rédacteurs du rapport commandé par l’État et commissaire de l’exposition), « il ne s’agit pas de réécrire notre histoire mais de la compléter ».

Le parcours se divise en sections chronologiques de 1789 à nos jours. Pourquoi pas avant ? « Le choix a été fait de parler de l’histoire moderne même si les 318 personnalités sont toutes décédées », précise Pascal Blanchard.

Omar Victor Diop, Jean-Baptiste Belley, 2014. Série Diaspora (c) Fondation Louis Vuitton, Paris / Photo Marc Domage

On part du premier député noir (sénégalais) Jean-Baptiste Belleyme (1747/55-1805) pour cheminer vers Sanité Belair, symbole de l’indépendance d’Haïti et Raphël Elizé, un des premiers maires noir de France métropolitaine, engagé dans la Résistance et mort en déportation à Buchenwald.

On découvre ensuite Do Huû Vi, aviateur de Saïgon, venu combattre pendant la Grande Guerre, mort dans la Somme en 1916. L’Algérien Ahmed Boughera El-Ouafi, ouvrier des usines Renault, a gagné le marathon aux Jeux Olympiques d’Amsterdam (1928) avant d’être radié de l’athlétisme français car il avait signé un contrat avec les États-Unis. Il est mort dans l’oubli en banlieue parisienne.

D’autres sont plus connus comme Marie Curie, Joséphine Baker, Nina Ricci, Lino Ventura, Charles Aznavour, Romain Gary, Dalida.

Plus récemment, on trouve un hommage à Gisèle Halimi (1927-2020), avocate des grandes causes (elle recevra un hommage national aux Invalides en 2022) ; au dessinateur de presse tunisien G. Wolinski (1934-2015) mort lors des attentats de Charlie Hebdo en 2015 ; ou encore à Christophe Bareck-Deligny (1936-2015), soldat qui a combattu en Afghanistan et a été fait chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume.

Installé dans le foyer Germaine Tillion (ethnologue engagée dans la Résistance et dans la décolonisation en Algérie), et dans l’atrium Paul Rivet (ethnologue à l’origine de la création du musée de l’Homme), le parcours alterne courtes biographies et objets d’archive : portrait de J.-B. Belley par Omar Victor Diop, Prix Nobel de chimie décerné à Marie Curie, L’artiste devant sa toile de Picasso, discours de Gaston Monnerville au Sénat sur l’élection du Président de la République au suffrage universel, affiche du concert d’Henri Salvador, etc.

Une exposition culturelle engagée.

À noter : l’ensemble des 318 personnalités est à retrouver dans le Recueil des Portraits de France.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.