“Le corps est plus vite paré que l’âme” (Italie)

Morceaux exquis – Il y a un corps entre nous

Jusqu’au 25 septembre 2011

[amazon_link id=”284278846X” target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION SUR AMAZON.FR[/amazon_link]

Espace Fondation EDF, 6 rue Récamier 75007, Entrée libre

Publicité

Nous avons tous un corps. C’est ce qui relie les hommes de la Terre, au-delà de leur différence culturelle. “Morceaux exquis”, la nouvelle exposition de l’Espace Fondation EDF, montre les diverses représentations du corps dans les communautés culturelles autour du bassin méditerranéen. A travers une sélection d’oeuvres qui donnent un avant-goût de la prochaine ouverture du Musée national des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM),  à Marseille, prévue pour 2013.

Chaque pays dispose de son propre langage pour décrire le corps, qui devient support d’expression. “Morceaux exquis”, en référence au célèbre jeu du “cadavre exquis”, met en exergue l’identité culturelle, cristallée par l’expérience corporelle.

L’exposition débute sous une tenture qui rassemble des objets évoquant le corps dans son ensemble. Sa symétrie, imparfaite, est illustrée par un gabarit de panier en forme de femme nue (outil de vannier), légèrement scindée en deux, et une double sculpture d’Adam et Eve de Fernand Duplan.

De là, l’exposition chemine entre langage et anatomie. Ce parcours dans la géographie du corps humain n’est que prétexte à conter un peu plus que fleurette. Extraits.

Coeur (“avoir un coeur de crème fraîche”, Italie) et main. Le coeur symbolise la vie dans sa fragilité. Perçu comme le siège des sentiments, il altère notre perception du monde et notre relation aux autres. A l’instar de la main, qui rapproche ou éloigne: tous les contacts ne lui sont pas permis dans la sphère sociale et religieuse.

Pied (“Le pied va là où le coeur va”, France). La condition humaine repose sur la verticalité et en appelle à la droiture. Pourtant, les pieds, du fait de leur bassesse, sont souvent associés à la bêtise. Mais aussi à l’érotisme. Toutes les cultures leur accordent une attention particulière.

Publicité

Oeil (“Il vaut mieux être aveugle des yeux que du coeur”, proverbe arabe). Organe par lequel l’homme s’ouvre au monde, l’oeil est à la fois connaissance matérielle et miroir de l’âme. La culture populaire considère les yeux comme le plus bel atout du visage. Tout en se méfiant des apparences car la beauté est surtout dans l’oeil de qui l’apprécie.

Oreille (“La vérité est aux oreilles ce que la fumée est aux yeux et le vinaigre aux dents”, Allemagne). Savez-vous y reconnaître un foetus? Percer un lobe d’oreille n’est pas seulement un choix de parure mais aussi un acte prophylactique destiné à préparer la fillette à sa vie de femme. Ou bien à symboliser les fiançailles des marins avec la mer. L’oreille capte les secrets et l’homme averti se sert de cet organe bien plus que de sa bouche.

Pour illustrer ces propos, l’exposition présente plus de 300 objets d’art et traditions populaires (issus de l’ancien musée éponyme à Paris). Elle cite les expressions de 27 langues nationales qui portent sur le corps un regard drôle, sensible, philosophique ou roublard. Si l’idée est originale, le résultat donne l’impression d’errer dans un capharnaüm. Ce qui plaît indéniablement aux enfants, un peu moins aux parents!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à “Le corps est plus vite paré que l’âme” (Italie)

  1. Gulliverse dit :

    Bonsoir,

    Merci pour cet article suggestif qui m’a permis de retrouver où avait lieu cette exposition entendue à la radio pendant les vacances.

    Alexandre

  2. Carolina dit :

    J’adore Adam et Eve de Fernand Duplan. Merci pour toutes ces belles découvertes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *