Goudemalion

Jean-Paul Goude, une rétrospective

Jusqu’au 18 mars 2012

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id=”2732447374″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli 75001

Manipulateur d’images, Jean-Paul Goude est commissaire de sa propre exposition au musée des Arts décoratifs. A la fois rétrospective et création en elle-même, cette exposition présente toutes les facettes de son art depuis 40 ans: mode, photo, publicité, spectacle vivant. Un artiste démiurge, on vous dit!

Personnalité presque mythologique comme s’en amuse le titre de l’exposition, J.-P. Goude travaille aussi bien dans les domaines de la presse, de la musique que de la publicité. Rétrospective, introspective.

Son goût de l’élégance lui est transmis par son père, sa passion pour la danse lui vient de sa mère (enseignante de ballet classique). Au cours de ses études à l’Ecole des Arts décoratifs, il développe un intérêt pour les images et le cinéma musical américain des années 1950.

J.-P. Goude débute sa carrière en tant qu’illustrateur pour Marie-Claire, Dim ou le Printemps pour qui il réalise en 1964 la frise des “Minets”, une fresque qui fait le tour du magasin Brummel.

Cinq ans plus tard, le rêve américain sonne à sa porte. Harold Hayes, directeur du magazine Esquire, lui confie la direction artistique du magazine. Pas moins. Il réalise l’effrontée illustration du président Mao se baignant dans le Yang Tsé en compagnie d’un Donald Duck en plastique.

Parallèlement J.-P. Goude se met à la photographie. Il capture les communautés afro-américaines hispaniques. Mais aussi les homosexuels. Il écrit que dans les bars gays, “être blanc ou noir était beaucoup moins important que d’être homosexuel. Et les premiers à assimiler le feeling black, furent les homos blancs” (Jungle Fever, 1982).

Goude se lance dans la French Correction ou “petit guide pour se mettre en valeur”. Entendez, magnifier de manière ironique le corps. L’artiste-chirurgien plastique commence par “corriger” sa compagne Radiah, qu’il juche sur des chaussures à plateforme, la surélevant de 2m et l’africanise en lui apposant des scarifications autocollantes sur le visage. Il poursuit avec Toukie, Grace Jones, Farida. Il les allonge, gomme, étire, démultiplie.

Ce qui ne pouvait qu’attirer la publicité. Il signe les films publicitaires de Chanel (1991), Guerlain (2008), Lee Cooper (1982), Citroën (1985), Kodak (1986 à 1992), Dim (1988), Perrier (1990). Et cela fait plus de dix ans qu’il réalise les affiches pour les Galeries Lafayette, avec pour muse, Laetitia Casta.

Publicité

En 1989, Jack Lang, alors ministre de la Culture de François Mitterand, lui propose de réaliser le défilé du Bicentenaire de la Révolution française. Sous sa baguette magique, le traditionnel défilé militaire se transforme en un conte de fée joyeux et multi-ethnique. “J’avais envie de faire défiler ceux qui ne défilent jamais, de jouer avec les codes, les clichés tout en les subvertissant. Le thème central était les droits de l’homme, la multiplicité des ethnies, la mixité sociale; nous étions au plus fort de l’utopie multiraciale. C’était un défilé très idéaliste, à la gloire de la famille humaine, qui devait se dérouler devant de nombreux chefs d’Etats, et célébrer l’idée de la Révolution en la sublimant”.

Au final, cette exposition sert de mise à plat de l’ensemble des personnages de la grande famille Goude. “Un peu à la manière de ce que je voulais faire dans mon projet de long métrage qui n’a jamais vu le jour…”

A voir aussi dans la galerie d’actualité du musée – j’ai même presque préféré car au moins je ne connaissais pas! – l’oeuvre de “Maarten Baas, les curiosités d’un designer” (jusqu’au 12 février 2012).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *