Entrez dans la splendeur de l’hôtel particulier

L’Hôtel particulier – une ambition parisienne

Jusqu’au 19 février 2012

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id=”2840967049″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Cité de l’architecture & du patrimoine, 1 place du Trocadéro Paris 16e

Voilà qui exposition qui traînait sur ma to-do-list alors que mon intuition me conseillait de ne pas la rater. Aucun regret d’avoir affronté rafales de vent et pluie battante pour m’y rendre! “L’hôtel particulier – une ambiton parisienne”, présentée à la Cité de l’architecture & du patrimoine, nous plonge au coeur du raffinement du XVIIIe siècle et raconte une page de l’histoire de la capitale à travers son évolution topographique. C’est passionnant et extrêmement bien mis en scène.

 L’âge d’or de l’hôtel parisien débute au XVIe siècle quand Paris redevient capitale politique sous François Ier. Il faut être à la cour, près du roi, donc à Paris.

Mais l’hôtel apparaît dès le XIIIe siècle et se caractérise par sa situation entre cour et jardin, protégé de la rue, sa décoration et son ameublement de fortune. Il souligne à la fois la richesse des propriétaires en affichant sa splendeur aux passants tout en préservant leur intimité. D’où un rapport dialectique à la ville: on veut voir (certains hôtels possèdent balcons et même belvédère) sans être vu.

Au cours de la Renaissance, l’hôtel adopte la symétrie et imite l’architecture antique et italienne. Les hôtels de Carnavalet, de Cluny, du Maine (actuel musée Rodin), de Salm (Légion d’Honneur) et de Matignon demeurent aujourd’hui les plus beaux fleurons de cette “machine à habiter”, certes, mais aussi à rêver.

Car l’hôtel particulier est avant tout un chef d’oeuvre architectural. Initialement ouvert sur la rue par un fastueux portail aux armes du propriétaire, il bascule au XVIIIe siècle sur le devant pour admirer le spectacle urbain (place des Vosges, île Saint-Louis, quai de Seine).

Les façades sur jardin font appel à l’ingéniosité des architectes-paysagistes et s’inspirent des châteaux royaux avec, par exemple, des avant-corps convexes comme à Vaux-le-Vicomte, afin de pénétrer dans le jardin et en multiplier les vues. Du château de Versailles, les architectes copient l’escalier en fer à cheval.

L’atout majeur de l’exposition est sa mise en scène. Le visiteur est invité à entrer dans une véritable restitution d’hôtels particuliers. Tableaux, croisées (ancien nom des fenêtres), sol typique en fonction des salles, meubles, boiseries sont restitués avec brio.

On traverse ainsi les vestibule, antichambre, grand salon, chambre, cabinet et galerie. Cour et jardin avec treillage et fausse pelouse sont aussi représentés. Le tout suit un parcours chronologique, du Moyen-Age à la Belle Epoque, afin de déployer les différents styles architecturaux au travers des siècles.

La dernière section de l’exposition présente une sélection de maquettes d’anciens hôtels, pour la plupart malheureusement détruits.

Publicité

Si les expositions de la Cité de l’architecture & du patrimoine peuvent paraître parfois austères dans leur mise en scène, celle-ci est une réussite. L’occasion pour un weekend en dernière minute sur Paris peut-être?… Ne tardez pas, comme moi, pour la voir!

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Entrez dans la splendeur de l’hôtel particulier

  1. Mario dit :

    Magnifique hôtel particulier. Il est dommage que toutes ces magnifiques cours soient fermées maintenant. On passe à côté d’oeuvre magnifique à Paris sans les voir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *