Visions d’un architecte

Eugène Viollet-le-Duc, Idée d'une cathédrale du XIIIe siècle, in Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, tome 2, article cathédrale, fig. 18 (c) CAPA/MMFViollet-le-Duc (1814-1879)

Jusqu’au 9 mars 2015

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Publicité

Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, Paris XVIe

Pour célébrer le bicentenaire de la naissance d’Eugène Viollet-le-Duc, la Cité de l’architecture & du patrimoine organise une grande rétrospective, fondée sur sa science archéologique, sa doctrine en matière de restauration et son activité au service du patrimoine.

Charles François Bossu (dit Charles Marville). Portrait de Viollet-le-Duc à l'âge de 46 ans, 1860 (c) CAPA/MMFLe parcours commence par une présentation de l’homme, avec en arrière-plan le contexte culturel et politique que l’architecte traverse de la Restauration à la IIIe République.

Viollet-le-Duc, Intérieur de la cathédrale de Sienne, 1836 (c) Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais, Image RMN-GPViollet-le-Duc est incité par son oncle à réaliser, à l’instar des artistes du XVIIIe siècle, le Grand Tour d’Europe. Il effectue des voyages pittoresques, notamment en Italie (1836-1837), dont il rapporte de nombreuses compositions. La restitution du théâtre de Taormine, la découverte de la façade du Palais des doges, sa rencontre avec Ingres qui l’incite à visiter la Chapelle Sixtine nourriront ses réflexions durant de nombreuses années.

Dans l’esprit du Romantisme de son époque, incarné par Hugo, Chateaubriand, Mérimée, Viollet-le-Duc apprend à préférer la couleur locale au beau universel.

Eugène Viollet-le-Duc, Système cristallin des restes d'aiguilles séparant le glacier d'Envers de Blaitière de la Vallée Blanche, à l'angle. Moitié d'un rhomboèdre. Restes actuels vus du Tacul (c) Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Images RMN-GPL’architecte dispose d’un esprit ouvert. Il étudie la géologie, la botanique, l’anatomie, les sciences de la nature, les civilisations et cultures lointaines (arts précolombiens au Mexique, architecture islamique en Turquie, Russie orthodoxe). Cette curiosité insatiable couplée à sa dextérité du crayon – précision et rigueur du trait -, lui ouvre un large registre de représentations. Il dresse ainsi une carte du Massif du Mont-Blanc toujours d’actualité. Son don est de « percevoir le squelette sous la peau », commente Christine Lancestremère (une des commissaires de l’exposition, conservatrice en chef du patrimoine à la Cité de l’architecture & du patrimoine).

Viollet-le-Duc, Vue du transept sud de l'Abbaye royale de Saint-Denis, l'architecte discutant du projet de remise en place des tombeaux, vers 1861 (c) Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Images RMN-GPViollet-le-Duc se forme ensuite en réalisant des chantiers de restauration de monuments historiques comme la Sainte-Chapelle puis Notre-Dame de Paris. Il met en pratique ses idées comme « restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ». (Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854/68).

Publicité

Château de Pierrefonds, plafond de la chambre de l'Impératrice (c) CAPA / MMF, 2014En dehors de Paris, Viollet-le-Duc se fait remarquer par les reconstitutions des cathédrales de Bayeux et de Lausanne, le château de Pierrefonds. Dans le domaine civil, il participe à la réalisation des wagons du train de Napoléon III.

Enfin, c’est à lui que l’on doit le musée de Sculpture comparée. Musée qui verra le jour en 1882, après la mort de l’architecte et dont le musée des Monuments français est l’héritier (abritant aujourd’hui la galerie des moulages de la Cité de l’architecture & du patrimoine).

Honnêtement, je ne pensais pas passer autant de temps dans cette exposition ! Je me suis laissée captiver par les réalisations de cet homme qui a contribué à revaloriser le Moyen-Age, dont il pensait que, si cette période donne la clé de notre identité nationale, le gothique, lui, donne la vérité du style. Ses dessins sont d’une finesse incroyables et l’exposition bénéficie de dispositifs multimédia bien faits. En particulier, le jeu “restaurez Notre-Dame de Paris” qui permet d’aborder les techniques et principes de restauration des Monuments historiques théorisés par Viollet-le-Duc. Il s’agit pour le visiteur/joueur de savoir déjouer les embûches et accidents afin d’éviter de détruire la cathédrale…

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *