Astérix et Obélix sont dans la “pleine”!

Couverture de l'album de l'exposition (c) RmnAstérix au musée de Cluny

Jusqu’au 03 janvier 2010

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée de Cluny, musée national du Moyen-Age, 6, place Paul Painlevé 75005, 8€

Pour célébrer son cinquantième anniversaire, le célèbre petit gaulois à la culotte rouge s’offre une cure de jouvence dans le frigidarium restauré des thermes gallo-romains du musée de Cluny. L’exposition propose de découvrir les différentes étapes de la création uderzo-goscinnyenne qui a permis à ce bout d’homme de l’époque gallo-romaine de transcender les époques et les frontières. Ils sont fous ces commissaires!

Albert Uderzo. Astérix le Gladiateur. Album n°4, 1964. Strip extrait de la planche 17. Collection particulière (c) 2009 Les Editions Albert René / Goscinny-UderzoCréés par René Goscinny (1926-1977) et Albert Uderzo (1927-), Astérix et son légendaire compagnon dévoreur de sangliers, Obélix, dévoilent leur histoire graphique à travers une trentaine de planches originales, “choisies spécialement pour leur contexte en rapport avec l’archéologie romaine”, précise Elisabeth Taburet-Delahaye (directrice du musée de Cluny). L’exposition s’accompagne de quelques tapuscrits et de la mythique machine à écrire Keystone Royal de Goscinny.

Avant de se lancer dans une histoire, les deux créateurs de bande-dessinées se documentent de manière précise. Aucun ne parlant le latin, ils doivent potasser le Petit Larousse de traduction latine! Pour Le Tour de Gaule d’Astérix, Albert Uderzo dessine plusieurs cartes de France avec les noms latins des villes par lesquelles les deux Gaulois passeront. Comme Aquae Calidae (Vichy).

Albert Uderzo. Astérix le Gaulois. Album n°1, 1961. Vignette extraite de la planche n°1. Collection particulière (c) 2009 Les Editions Albert René / Goscinny-UderzoLa première série des aventures d’Astérix le Gaulois paraît dans le magazine Pilote (Editions Dargaud qui introduisent la bande-dessinée en France) le 29 octobre 1959. Deux ans plus tard, le premier album se tire à 6.000 exemplaires. Cette même année, 325.000 albums sont vendus dans le monde. Astérix le Gaulois est traduit en 107 langues et dialectes dont le picard, l’ourdou (dialecte indien) et le mirandais (dialecte portugais). Après sept dessins animés et trois films, le 34e album sort aux éditions Albert René (22 octobre 2009).

Les tapuscrits permettent de mettre en valeur l’organisation pointue de Goscinny alors qu’il travaille sur plusieurs séries en même temps. Sur une feuille blanche, il décrit dans la colonne de gauche le dessin qui apparaîtra dans la case (indication pour A. Uderzo) et dans celle de droite les paroles prononcées dans les bulles.

Albert Uderzo. Crayonné original de la couverture d'Astérix et Latraviata (détail), 2001. Collection particulière (c) 2009 Les Editions Albert René / Goscinny-Uderzo“Astérix au musée de Cluny” décrypte non seulement les différentes étapes du processus créatif de la bande-dessinée mais aussi l’évolution des personnages au fur et à mesure qu’Albert Uderzo affirme la fluidité de son trait.
Si Axtérix se relève, se cambre et porte les ailes de son casque plus hautes, Obélix forcit de manière notoire, ce qui ne l’empêche pas d’effectuer mille acrobaties. “Qu’il s’agisse du petit ou du gros, Uderzo possède […] une manière unique d’envelopper le corps de ses personnages dans une ligne sinueuse continue, qui descend de la nuque aux talons”, analyse Thierry Groensteen dans son essai sur l’art graphique d’Uderzo (p. 12 du catalogue de l’exposition). Un peu plus loin, il ajoute: “La pâte humaine s’incarne différemment dans chacun de ses personnages: tous développent un registre de gestes, d’attitudes et de mimiques qui leur est personnel. La morgue de César, l’impétuosité de Cléopâtre, la simplificité d’esprit d’Obélix se déduisent de chacune de leurs moues” (p.13).

Publicité

U_G.jpgLe reste de l’exposition se compose d’encarts de formules passées dans le langage courant, telles “Le ciel va nous tomber sur la tête”, “Ils sont fous ces romains”, “Il est tombé dans la marmite quand il était petit”.
Des photographies illustrent l’amitié qui lie les deux hommes – ils se rencontrent en 1951 et deviennent inséparables tant professionnellement que dans leur vie privée. Albert Uderzo croque une caricature de son ami, représenté en sagittaire (archive d’Anne Goscinny) en train de taper à la machine.
Pour compléter le tableau, un écran de télévision permet de visualiser en 3D – du jamais vu (en tout cas pour moi)!- la réalisation des planches d’Astérix.

A l’extérieur, à l’angle des boulevars Saint-Michel et Saint-Germain, sur les grilles qui bordent le jardin du musée de Cluny, des panneaux dressent un parallèle entre les dessins d’Astérix et certains chefs-d’oeuvre de l’art occidental (cf. le Radeau de la Méduse de Géricault, qui fait dire à Astérix “Je suis médusé!”). Le lecteur avertit sait, en effet, que les aventures d’Astérix, Obélix, et Idéfix, sont truffées de références discrètes à l’histoire de l’art. La scène de Vercingétorix jettant ses armes aux pieds de Jules César (une oeuvre de L. N. Royer) est parodiée par Goscinny et Uderzo en faisant arracher un “ouap” à l’empereur romain alors que les Gaulois lui lancent violemment leurs armes sur les pieds.

Tout le comique des aventures d’Astérix se concentre dans cette irrévérence. Sans oublier les gags à répétition et le grotesque qui déclenche instinctivement le rire. Le seul regret de cette exposition serait qu’elle soit trop petite – on aurait aimé lire plus de planches!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Astérix et Obélix sont dans la “pleine”!

  1. Ping :Programmation de Noël - noel 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *