Entre mode et art: la couture de JC de Castelbajac

Portrait de Jean-Charles de Castelbajac, Au 2e plan: tableau de Bruno Peinado, 2001, d'après la pochette du disque Power Age du groupe AC/DC - (c) Etienne ClémentGallierock par Jean-Charles de Castelbajac

Jusqu’au 29 juillet 2006

Musée Galliera, 10 avenue Pierre 1er de Serbie 75116, 01 56 52 86 00, 7€

Première exposition en France consacrée au couturier Jean-Charles de Castellbajac (JC/DC), Gallierock fait suite à l’hommage londonien que lui avait offert le Victoria & Albert Museum (Popaganda, 2006). Pour combler son retard, le musée de la Mode de la Ville de Paris offre à l’artiste carte blanche.


Gallierock à Galliera, Jean-Charles de Castelbajac, Collection prêt à porter automne/hiver 1999/2000, défilé 'Etat d'urgence', Manteau 15 poches en ottoman - (c) F. Dumoulin / Java Avec des noms de défilés (ou d’expositions) aussi inventifs que la mode de cette star à renommée internationale – JC de Castelbajac ne compte plus ses fans à travers le monde, notamment au Japon grâce à sa customization de la célèbre Hello Kitty – cette exposition ne pouvait que s’annoncer délurée, rock, et fantastiquement créative.

“Je veux faire, comme l’a dit Rimbaud une exposition ‘absolument moderne’, où la mémoire, la trace et l’émotion (traduites par des archives historiques du musée) rencontreront une énergie actuelle et visionnaire.”

Pour donner le ton, le visiteur entre dans une salle carrée emplie de sound system et de miroirs avec au centre un Rubik’s cube géant, clignotant de couleurs survitaminées. Il s’agit en fait d’une oeuvre commandée par la FIAC en 2006 à Jean-Charles de Castelbajac. Un cube lumineux et coloré qui synthétise les différentes sources d’inspiration de l’artiste: le design et son goût pour les formes géométriques, l’humour, l’art, l’histoire et la musique, “Je suis un artiste pop qui fait des robes”, ironise-t-il.

L’artiste a donc un rapport particulier à l’histoire, notamment celle des blasons et des drapeaux. En atteste la deuxième salle de l’exposition, conçue comme un cabinet de curiosités, qui présente des objets chargés émotionnellement pour JC/DC. Comme le médaillon en argent contenant une mèche de cheveux de Marie-Antoinette (Musée Carnavalet, Paris), la robe de chambre de Napoléon portée à Sainte-Hélène (Musée national de Malmaison et Bois-Préau). Ou la célèbre chasuble que JC de Castelbajac a imaginé pour le Pape Jean-Paul II, en 1997. “J’ai toujours aimé l’histoire au travers du vêtement. Le grand instant délectable a été de plonger dans les archives de Galliera: on m’ouvrait des tiroirs et je voyais sortir des fantômes…”

allierock à Galliera, Esme porte le pull Snoopy, Jean-Charles de Castelbajac, 1989 - (c) TIM & BARRYLa grande galerie représente “la salle du trône”, ambiance décalée forcément kitsch. Une plongée médiévale, revisitée à la sauce Rock, additionnée de piment Hip Hop. Tapis rouge à ses pieds, le visiteur visionne de pseudo armures remplacées par des robes-tableaux (ex.: manteau Ingres et La Tour, 1992/93), des robes-objets (ex.: robe Coca-Cola, 1984), des robes-littérature (robe Le Petit Prince, Astéroïde, 1995), des robes-hommage (ex.: robe Marilyn Monroe, 1983/84). Surmontées de photographies du duo britannique Tim & Barry, là où on aurait pu s’attendre à de poussiéreux portraits d’ancêtres. Décalage et humour, dérision et générosité, un peu de folie aussi…telle est la rançon du succès de JC/DC.

Publicité

Gallierock à Galliera, Jean-Charles de Castelbajac, Collection prêt à porter automne/hiver 1988/89, Manteau nounours - (c) J. DubussyEnfin, la grande salle opère un retour dans le futur avec une déco urbaine, futuriste, métallique, pour mettre en valeur 40 ans de création, sans cesse renouvellée par des camouflages (ex.: robe Je monte à Paris, 2000/01), des associations d’idées (ex.: veste l’Arche de Noé, 1988/89), des détournements (ex.: manteau Doudoune Couette, 1988/89), des accumulations (ex.: perfecto Accumulation de gants, 1981/82), des surdimensions (ex.: veste Oversize, 1984/85), de l’air (ex.: robe Parachute, 1998), des héros de cartoons (ex.: pull Betty Boop, 1989/90), des drapeaux (ex.: manteau British flag, 2006/07). Sans oublier la déco des murs: papiers peints Toile de Jouy, tickets de caisse, etc.

Il ne s’agit pas d’une exposition sur JC/DC mais imaginée par JC/DC. D’où une expérience intense et inimitable. “J’ai envie de susciter l’émerveillement, de provoquer sans choquer”, confie JC/DC. Objectif atteint…peut-être trop car on aurait envie d’en voir plus encore!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Entre mode et art: la couture de JC de Castelbajac

  1. Dianed dit :

    Cette exposition est sensationnelle ! On rentre intégralement dans l’univers déjanté de Castelbajac grâce à la première salle aux cubes mais aussi à travers les pièces historiques de sa collection et ses créations sur les mannequins !
    Le trône est gigantesque et nous oblige à nous sentir minuscule !
    La toile de Jouy fluo est tout simplement splendide, dommage que la rose ne soit pas en vente dans le shop à la sortie !

    A noter aussi toute la communication autour de cette exsposition avec les affiches fluo vertes et roses et la page MySpace !
    J’ai écrit un article dessus il y a quelques temps, je vous invite donc à le lire ça donne des complémets d’informations à cet article déjà bien rempli et passionnant !
    http://www.buzzeum.com/2007/05/17/le-musee-galliera-sur-myspace-pour-lexposition-castlebaljac/

  2. Tamara Albu dit :

    Dear JCDC,
    I am not sure if you remember me. We met in San Francisco, when you were there for the Arts of Fashion Competition. I was the one that had always trouble with my camera and never get it working when you were in the picture. Well, although I still haven’t got that picture with you, today, I had one taken sitting on your majestic throne.

    I was there with 30 students of mine and have visited Gallierock.
    I was so taken by it, not only for my egoist pleasure but for my students’ too. After we left, they couldn’t stop talking about your designs.

    If you are in Paris, and not too busy, I would love to have my students meeting you. If not, I’ll tell them all about my experience with you when we met, two years ago.

    Be well and keep creating. You are a master!
    THANK YOU!!!!

    Tamara Albu,

    Director, Fashion Studies
    Associate Professor
    Associate Degree Program
    Parsons The New School for Design
    New York, US
    212.229.8907 x 4002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *