Le décor impressionniste

Aux sources des Nymphéas

Jusqu’au 11 juillet 2022

#DecorImpressionniste
@museeorangerie

Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries (côté Seine), place de la Concorde, Paris 1er

Dès la fin des années 1860, les impressionnistes s’emparent de la question du décor et de la place du beau dans la vie quotidienne. Avec sa nouvelle exposition, le musée de l’Orangerie illustre comment Renoir, Caillebotte, Cassatt, Cézanne, Monet, Morisot, Pissarro, Manet et le couple Bracquemond oeuvrent à brouiller les frontières et les hiérarchies entre chevalet et décorations.


Claude Monet (1840-1926), Massif de chrysanthèmes, 1897. Huile sur toile. Bâle, Kunstmuseum Basel. Photo : © akg-images

« Ça a été le rêve de toute ma vie de peindre des murs », confiait Degas, en écho à Renoir qui voulait « transformer des murs entiers en Olympe ».


Camille Pissarro (1830-1903), La cueillette des pommes, vers 1883. Élément provenant d’une jardinière rectangulaire exécutée par l’artiste, composée de quatre carreaux de céramique. Peinture sur carreau de faïence. Collection Carey Family. Photo © Christie’s Images / Bridgeman Images

Cette exposition permet de (re)découvrir un pan méconnu de la production des impressionnistes. « Ces oeuvres sont aujourd’hui regardées comme des oeuvres de chevalet alors qu’elles ont été conçues comme des décorations, pour les demeures des collectionneurs ou celles des artistes », explique Anne Robins (conservatrice peinture, musée d’Orsay), co-commissaire de l’exposition.


Gustave Caillebotte (1848-1894. Panneau supérieur gauche d’une porte de la salle à manger de la maison de l’artiste au Petit-Gennevilliers : Orchidées à fleurs jaunes (cattleya et antonium), 1893
Huile sur toile. Collection particulière. Photo © Thomas Hennocque

Le jeune Cézanne couvre les murs de la maison paternelle du Jas Bouffan de grandes peintures murales originales (années 1860). Monet exécute un ensemble de paysage pour une des pièces de réception du château du collectionneur Ernest Hoschedé, près de Paris. Pour son marchand Paul Durand-Ruel, il orne de fleurs et de fruits les portes d’un grand salon de son appartement parisien, très vite considéré comme une vitrine de l’impressionnisme. Morisot demande à Monet de décorer son salon-atelier. Caillebotte couvre de fleurs les portes et murs de sa maison du Petit-Gennevilliers.

« Tous font entrer dans leurs intérieurs le ‘réel’ de la vie moderne ou de la nature observée, réhaussée à l’aune de leurs connaissances des arts japonais, qu’ils admirent », poursuit Anne Robins.


Pierre Auguste Renoir (1841 – 1919), Baigneuses. Essai de peinture décorative, dit aussi Les Grandes Baigneuses, 1884-1887. Huile sur toile
Philadelphie, Philadelphia Museum of Art. Photo © Philadelphia Museum of Art

Renoir, lui, explore les possibilités décoratives du nu féminin avec ses Grandes Baigneuses (1884/87), une oeuvre conservée au Philadelphia Museum of Art, présentée pour la première fois en France depuis 1922 (il repartira en juin).


Édouard Manet (Paris, 1832 – Paris, 1883). Jeanne, dit aussi Le printemps 1881. Huile sur toile. Los Angeles, The J. Paul Getty Museum. Photo : Digital image courtesy of the Getty’s Open Content Program

Ce sont les oeuvres de Monet qui m’ont le plus intéressées, lui de qui on croyait tout connaître ! Ses Fleurs de printemps (1864), Villas à Bordighera (1884) ou son Massif de chrysanthèmes (1897) font ressortir un travail étonnant sur les couleurs et les jeux de lumière. Édouart Manet n’est pas en reste avec sa personnification du printemps et de l’automne via le portrait de deux modèles vêtus à la mode, dont les robes fleuries sur fond de nature sont particulièrement poétiques et renouvellent le genre à la fois du portrait et du cycle des saisons.

Une exposition pleine de surprises et de douceurs.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.