Les fleurons de la collection Barbier-Mueller

Masque dit de Tzara, Gabon, Kwélé, XIXe siècle. Bois, pigment. 25,4 cm. Le graphisme particulier des masques kwélé beete (pebood) se caractérise par un visage qui prend la toujours la forme d'un coeur, placé au centre d'une composition qui, elle, peut varier. Cette oeuvre a appartenu au poète roumain Tristan Tzara. Son fils, Christophe, l'a vendue à Jean-Paul Barbier-Mueller en la décrivant comme 'l'expression de la délicatesse la plus exquise dans un art qui peut être brutal' (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini BouchetAfrique, Océanie

Jusqu’au 24 août 2008

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée Jacquemart-André, 158, bd Haussman 75008, 01 45 62 11 59, 10€

“La plus belle collection privée d’arts africain et océanien”. Excusez du peu mais Monsieur Jean-Paul Barbier-Mueller a de quoi être fier! Le musée Jacquemart-André rassemble pour la première fois les fleurons de sa collection, constituée depuis trois générations de passionnés d’art. Une exposition intense à découvrir avant que ces chefs-d’oeuvre ne repartent pour Genève…


Sceptre au cavalier, Nigeria, Ifé, XIIe-XIIIe siècle. Alliage de cuivre, restes de terre. 61,5 cm. Selon J.-P. Barbier-Mueller, cette pièce constitue le chef-d'oeuvre suprême de sa collection. 'Tout collectionneur rêve de posséder un jour une oeuvre absolument hors du commun, dont l'existence même ne pouvait être supposée, joignant une intense beauté à la rareté, et qui au surplus témoigne de la grandeur d'une civilisation dont l'humanité peut s'enorgueillir' (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini Bouchet Sobrement intitulée Afrique, Océanie, l’exposition présente, à travers une scénographie tout aussi épurée, une centaine de sculptures qui offrent une exceptionnelle variété de visages et de corps aux expressions mystérieuses.
Emblème suprême de cette collection prestigieuse: le sceptre au cavalier du Nigeria, daté du XIIe sièclele, surnommé la “Joconde de la collection” car il n’existe aucun équivalent référencé au monde.

“Il était une fois, un garçon orphelin, prénommé Joseph Mueller, vivant à Soleure (près de Berne, en Suisse), autrement dit out of nowhere! Il hérite d’une part de la fabrique d’horlogerie paternelle. Le père de l’un de ses amis, féru d’art contemporain, l’emmène régulièrement à Paris. C’est là que Joseph tombe en arrêt devant un portrait de Picasso. A l’âge de 18 ans (1907), il achète sa première oeuvre”. Ainsi commence le conte de la famille Barbier-Mueller, tel que le rapporte Jean-Paul Barbier-Mueller, gendre de Joseph Mueller.

En 1910, Joseph possède une demi-douzaine de tableaux de Ferdinand Hodler, un Cézanne, un Van Gogh… A la fin de la Première Guerre mondiale, Joseph se fxe à Paris. “Il habite à Montparnasse, dans un atelier d’artiste, avec un robinet et des toilettes à la turc pour tout le palier”. Joseph est criblé de dettes mais il possède des peintures et quelques statues antiques. En 1955, il offre à sa fille unique, Monique, La Forêt Enchantée de Marx Ernst pour son mariage avec Jean-Paul.

Coupe anthropomorphe, Iles Fidji, est de Viti Levu?, début du XIXe siècle. Bois. 35,9 cm. Il existe au monde moins de dix coupes comparables à celle-ci. Ce plat était utilisé pour boire le kava, un stimulant aux propriétés médicales qui servait de libation en l'honneur des dieux (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini BouchetJean-Paul Barbier-Mueller découvre avec son beau-père l’exigence du collectionneur érudit. A 25 ans, il possède lui-même quelques bronzes et des livres de poésie française du XVIe siècle. Il ne se reconnaît pas l’oeil instinctif comme celui de Joseph ou de son fils cadet, qui savent juger un peintre inconnu. “J’étais d’ailleurs plus attiré par la sculpture”, confie-t-il, “et particulièrement par les oeuvres ‘primitives’, dans lesquelles l’auteur ne subit aucune des tentations guettant son confrère occidental: il crée en effet par nécessité (magique ou religieuse), sans le souci de savoir que sa production va être exposée dans une galerie, jugée par des critiques, bien ou mal vendue. Dans son entourage, on n’apprécie pas son oeuvre en termes de qualité esthétique, même s’il est certain que des spectateurs (comme chez nous) ressentent cette dimension supplémentaire, non indispensable pour la bonne exécution du rite”.

Masque, Archipel du Nouveau Mecklembourg, Iles Duke of York, XIXe siècle. Bois, pigment naturel, fibres végétales, tissu européen. 40 cm. Un 'objet clown' selon Jean-Paul Barbier-Mueller (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini BouchetJean-Paul Barbier-Mueller n’a de cesse de faire voyager ses oeuvres – il a participé à 80 expositions à travers le monde – pour partager ses trésors avec un public “qui ne peut que tomber par terre devant ces fleurons; sinon vous n’êtes pas des êtres humains”, s’exclame-t-il!

Publicité

Portrait de l'épouse d'un chef, Sumatra, Batak, groupe Toba, XIXe siècle. Pierre. 92 cm (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini BouchetPour chacune des oeuvres, le contexte est restitué. Ainsi des deux sculptures Batak du XIXe siècle. Des statues anthropomorphes sont créées pour immortaliser le souvenir de personnages puissants (chefs de village, sorciers). A leurs décès, ces portraits prennent le statut d’effigies ancestrales.
Portrait d'un chef, Sumatra, Batak, groupe Toba, XIXe siècle. Pierre. 87 cm (c) Musée Barbier-Mueller, Genève / Photo: Ferrazzini BouchetLe chef monte un animal mythologique, singa, représenté sous la forme d’un immense serpent (ou d’un buffle au corps couvert d’écailles), qui incarne le monde moyen. Il est chargé de transporter les âmes des défunts nobles vers les cieux. C’est ainsi que les hommes auto-justifient leur existence sur terre, en apportant l’équilibre à l’ordre cosmique, entre les forces du Bien et du Mal.

“On m’a souvent demandé de prêter mes oeuvres pour en faire des répliques en résine”, ajoute J.-P. Barbier-Mueller. Mais il a toujours refusé car ses pièces n’ont de valeur que par les rites ancestraux qui lui sont associés. “Ce sont nous, Occidentaux, qui conféront à ces oeuvres une valeur d’art. Ces statues ne doivent pas retourner en Afrique”. Le débat est ouvert…

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Les fleurons de la collection Barbier-Mueller

  1. DR.KWAME OPOKU dit :

    Une attitude extraordinaire de la part de quelqu’un qui a tant profite de l’Afrique et qui détient une collection magnifique des arts Africains de dire que les ouvres africaines ne devront jamais retourner en Afrique. Quelle moralité pratique Barbier Muller ? Quel droit a-t-il de déterminer la place des ouvres africaines, fabriquées par les Africains ?

  2. Ping :IS AFRICA CLOSER TO OCEANIA THAN TO EUROPE? VISIT TO AN EXHIBITION ON AFRICAN AND OCEANIAN ARTS. « Sociolingo’s Africa

  3. kardous dit :

    tout d’abord se collectionneur, c’ est donner les moyens de réunir une collection fabuleuse ;se qui n est pas qu une question de moyen mais aussi de gout , de choix; de Sacrifice; est de surcroix; il en fait profiter le plus grand nombre en les prettant; a des musée ; a mes yeux il fait emmerger des merveilles tout en les partageant se qui est très rares de nos jour ; pourquoi irait il les mettre en péril pour tous, en les rendant a qui au africain? on a vue se que cela donner lors de restitution dont on ne sait plus se quel sont devenue moi je dit bravo a cet homme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *