Lauréate du Prix HCB 2011

Vanessa Winship – She dances on Jackson

Jusqu’au 28 juillet 2013

[amazon_link id=”1907946365″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouis, Paris XIV

 

Il y a bien longtemps que la notion de “rêve américain” me fait doucement rire. Vanessa Winship (né en 1960), lauréate britannique du Prix Henri Cartier-Bresson, témoigne de cette triste réalité par une série de photographies en Noir et Blanc plus qu’élocantes.

 

A la fois documentaires et extrêmement sensibles, les images de Vanessa Winship retracent son périple pendant un an (2011), sillonnant les Etats-Unis, de la Californie au Montana, du Canada au Nouveau-Mexique.

“Il y a quelque chose d’incroyablement beau et pourtant profondément dérangeant à propos de l’Amérique… cette curieuse et inévitable solitude et mélancolie créée par la quête du rêve américain”, confie Vanessa Winship.

La photographe capture la solitude des entités urbaines où plus personne ne circule à pied, la beauté de la nature, parfois interrompue par une incongruité humaine : un téléphone public au milieu de buissons sauvages pour un appel en cas d’urgence.

Publicité

Ses photographies ne sont pas titrées. L’artiste se livre peu. Elle écrit un simple texte qui introduit l’exposition, révélant l’histoire d’une photographie qui ne se fait pas. Tout en retenues, ses images sont pourtant si parlantes et lumineuses. Exactement ce que j’apprécie en art.

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *