Attaquer le soleil

13. Henri Rousseau (1844-1910) La Guerre, 1894. Huile sur toile. Paris, musée d’Orsay © Musée d’Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice SchmidtSade

Jusqu’au 25 janvier 2015

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur, Paris VII

Publicité

Catalogue de l’exposition : 

Quand j’ai lu le communiqué de presse qui bizarrement ne faisait que reprendre une longue citation de la commissaire de l’exposition, je me suis dit « ça promet !” Lorsque je suis allée voir l’exposition” Sade, Attaquer le soleil », au musée d’Orsay, je n’ai pas été plus éclairée…

J’ai donc fait des recherches et j’en suis arrivée à la conclusion qu’il n’y avait pas que moi qui ne percevait pas clairement l’ambition de la commissaire d’exposition, Annie Le Brun !

Qui, de ses propres mots, dit vouloir « montrer comment, avant d’avoir une importance majeure dans la pensée du XXe siècle, l’oeuvre de Sade a induit une part de la sensibilité du XIXe siècle, quand bien même le personnage et ses idées y auront-ils été tenus pour maudits ». En clair (!), les artistes du XIXe siècle, avant même ceux du XXe siècle, ont été influencés par Sade.

Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), La Roue de la Fortune, entre 1875 et 1883. Huile sur toile. Paris, musée d'Orsay © RMN (Musée d'Orsay) / Gérard Blot« Car si Baudelaire, Flaubert, Huysmans, Swinburne… sans parler d’Apollinaire, s’y sont référés à titre divers, tout porte à croire que la force de cette pensée est d’avoir aussi rencontré, révélé, voire provoqué ce qui agite alors en profondeur l’expression plastique, concernant autant l’inscription du désir que son pouvoir de métamorphose . » On ne rigole pas…

Et de poursuivre : « C’est l’image du corps en train d’être bouleversée de l’intérieur, annonçant une révolution de la représentation. Que ce soit évident chez Delacroix, Moreau, Böcklin…, ce qui est en jeu n’est pas sans inquiéter aussi Ingres, Degas ou Cézanne et bien sûr Picasso. Et cela tandis que Félicien Rops, Odilon Redon, Alfred Kubin se rapprochant d’une expression restée jusqu’alors marginale (curiosa ou folie), avant que le surréalisme ne reconnaisse le désir comme grand inventeur de forme. » Attendez, apothéose de la conclusion…

« A retrouver ce cheminement, il sera possible de mesurer combien, à dire ce qu’on ne veut pas voir, Sade aura incité à montrer ce qu’on ne peut pas dire. Ou comment le XIXe siècle s’est fait le conducteur d’une pensée, qui découvrant l’imaginaire du corps, va amener à la première conscience physique de l’infini ». Applaudissements ?!!

Publicité

L’exposition montre ainsi entre deux citations de Sade, dont on ne peut dénigrer le style littéraire et la lucidité des idées sans pour autant idolâtrer son comportement social (abus sexuels, kidnapping et j’en passe), des oeuvres emplies de corps nu, de chairs suppliciées, d’organes humains disséqués (âmes sensibles s’abstenir). Quelques oeuvres sortent du lot tout de même (Médée furieuse de Delacroix, Le Minotaure et Je suis belle de Rodin, L’Enlèvement de Cézanne, La Poupée de Bellmer, Figures au bord de la mer de Picasso ou encore L’Apparition de Moreau).

Au delà de l’impression finale d’une violence banalisée par cette sélection d’oeuvres, ma critique essentielle porte sur le sentiment de confusion que l’on ressent à la sortie de l’exposition. Je n’ai pas trouvé que la commissaire parvenait à démontrer que les artistes du XIXe siècle aient réellement été influencés par Sade.

En outre, ce qui m’a outragée, c’est d’entendre Laurence des Cars (conservateur général, directrice du musée de l’Orangerie) dire en interview « si le public ne reçoit pas bien cette exposition, c’est la preuve qu’il n’est pas encore prêt ». Evidemment !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Attaquer le soleil

  1. wiseglow dit :

    Curieux titre pour une exposition d’art, en effet!
    “Attaquer le Soleil” affiché en grandes lettres au musée d’Orsay,
    est-ce vraiment un hasard?
    Quand on sait que, en préparation de la COP21(la conférence mondiale sur le climat) à Paris en décembre 2015, il y a des discussions en cours au sujet de la techno-science “Ingénierie climatique/ Géo-ingénierie” dont les pourfendeurs demandent justement cela: Attaquer le Soleil!

    La technologie appelée joliment “Gestion du Rayonnement Solaire” bloque les rayons du Soleil avec des nuages artificiels produits par des avions qui épandent des particules chimiques dans l’atmosphère…Cette technologie de manipulation climatique est prête à l’emploi (ou déjà en cours?) et voilà! On voit sur l’un des musées les plus prestigieux à Paris ce message plus que clair: “Allez-y! Il faut attaquer le Soleil!”
    Non, ce titre n’est pas un hasard…

  2. Ping :Peindre l’Arcadie Musée d'Orsay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *