L’art flamand dans la collection Gerstenmaier

Peintre anonyme de l'école flamande, Actif au XVIème siècle, Vierge allaitant l'enfant Jesus. Non datée. Huile sur bois. Collection Gerstenmaier © Photo: Collection GerstenmaierDe Rubens à Van Dyck

Jusqu’au 4 octobre 2015

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Pinacothèque de Paris (2), 8 rue Vignon, Paris 9e

Publicité

Catalogue de l’exposition : 

Programme estivale éclectique à la Pinacothèque de Paris : tandis que le bâtiment 1 présente “Le Pressionnisme” (néologisme qui désigne l’art des graffiti sur toile), le bâtiment 2 expose les oeuvres flamandes du collectionneur Hans Rudolf Gerstenmaier (au RDC), aux côtés des oeuvres de la collection permanente de la Pinacothèque (au niveau -1).

Je m’attarderai ici sur l’exposition des oeuvres flamandes dans la mesure où les expositions sur l’art des graffiti ont bourgeonné cette année et “Le Pressionnisme” ne m’a pas paru présenter des oeuvres plus remarquables que celles que j’ai déjà vues (à l’Espace Fondation EDF par exemple). Quant aux oeuvres de la collection permanente, la sélection est très hétéroclite.

Concernant “De Rubens à Van Dyck”, la Pinacothèque sort le grand jeu… dans le titre. En réalité – et cela a été particulièrement flagrant pour l’exposition Klimt dont le sujet portait sur l’avant-garde du mouvement sécessionniste et non sur Klimt lui-même, contrairement à ce que les affiches laissaient espérer -, les toiles de Rubens et de Van Dyck se comptent sur les doits de la main.

Anthony Van Dyck, (Anvers, 1589-Blackfriars, 1641). Portrait de Jacqueline Van Caëstre. Non datée. Huile sur toile. Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier

L’exposition présentant des oeuvres d’un collectionneur – l’entrepreneur allemand Hans Rudolf Gerstenmaier -, elle reflète ses goûts et en particulier sa passion pour la peinture flamande du XVe au XVIIe siècle. Le parcours comporte 59 oeuvres, peintures sur bois et toile, et surtout des gravures, notamment de Rubens et de son élève Van Dyck. D’où le surtitre… qui ment par omission, puisque n’est pas précisé que sont présentées essentiellement des gravures de ces artistes,  c’est à dire d’un procédé technique, et non des oeuvres finies (estampes) !

Pierre-Paul Rubens (Siegen, 1577-Anvers, 1640). Portrait d'Isabelle de Bourbon, 1632. Gravure à l'eau-forte estampée sur papier vergé. Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier

Pour le reste, les sujets abordés sont les thèmes mythologiques et religieux (Vierge à l’Enfant dans un médaillon de fleurs de Andries Danielsz), les paysages qui démontrent l’habileté des artistes flamands à capter l’essence du milieu naturel, les portraits et les natures mortes. Exercice d’exaltation de la peinture, qui force l’admiration du spectateur devant une fidèle représentation de la nature (Nature morte dans un vase de Gaspar-Pieter Verbruggen l’Ancien ; Vase de jardin avec fleurs de Gaspar-Pieter Verbruggen le Jeune). Ou bien procédé allégorique (Allégorie de l’Eté de Juan Van Der Hamen y Leon).

Juan Van Der Hamen y Leon (Madrid, 1596-1631). Allégorie de l'été ou Cérès. Non datée. Huile sur toile. Collection Gerstenmaier © Photo: Collection Gerstenmaier

Au final, ma visite m’a laissé un sentiment mitigé : déception (par rapport au titre), compensée quelque peu par la joie de découvrir des oeuvres inconnues ou oubliées comme la Vierge dite de Cumberland de Rubens, dont il s’agit bien ici de l’oeuvre finie !

Publicité

 

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *