Les grands jalons de l’histoire de l’art moderne

Alberto GIACOMETTI , Table, 1933 © Centre Pompidou, MNAM-CCI/ Service de la documentation photographique du MNAM/Dist. RMN-GP © Succession Alberto Giacometti (Fondation Alberto et Annette Giacometti, Paris et Adagp, Paris 2015) Nouvelle présentation des collections modernes, 1905-1965

Jusqu’au 27 mai 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Centre Pompidou, niveau 5, Paris 4e

La nouvelle présentation des collections du musée national d’art moderne a bénéficié d’importants travaux de réaménagements, la collection comprenant aujourd’hui 120.000 oeuvres, contre 38.000 en 1977. Visite guidée.

Au lieu de rentrer par le niveau 4 consacré dorénavant à l’art contemporain, le visiteur doit monter au niveau supérieur pour découvrir les mouvements qui ont structuré l’art moderne (1905-1965).

Les grands jalons de cette histoire du début du XXe siècle – fauvisme, cubisme, surréalisme, abstractions lyrique et froide – sont accompagnés de la présentation d’ensemble monographiques consacrés aux artistes emblématiques de la collection. Pour n’en citer que quelques-uns : Henri Matisse dont l’oeuvre Luxe, Calme et Volupté (1904) inaugure ce nouveau parcours, Georges Rouault, Georges Braque, Pablo Picasso, Sonia et Robert Delaunay, Fernand Léger, Vassily Kandinsky, Frantisek Kupka, André Breton, Alberto Giacometti, Jean Dubuffet, etc.

Pablo PICASSO Femme nue couché, 1936 Titre attribué : Nu étoilé Huile sur toile. Collection Centre Pompidou, musée national d’art moderne MNAM-CCI/Dist. RMN-GP © Succession Picasso 2015

Parallèlement, le parcours présente des expositions-dossiers, renouvelées tous les six mois, et reconnaissables à leurs cimaises grises. Les deux premières rendent hommage aux critiques d’art – aux « grands passeurs », selon les mots de Bernard Blistène (directeur du MNAM), qui ont contribué à écrire l’histoire de la modernité : André Breton, Guillaume Apollinaire, Blaise Cendrars, Georges Duthuit et G. Bataille, Pierre Restany…

Publicité

Juste avant de descendre au niveau 4, vers l’art contemporain, une salle accueille des hommages ou des oeuvres récemment acquises/restaurées – actuellement celle de Barnett Newman (Shining Forth).

Si la scénographie a été simplifiée (moins de cimaises), je n’ai pas vraiment apprécié de traverser le musée de cette manière quasi-uni latérale. En revanche, la “rue” imaginée par l’architecte Gae Aulenti offre une bel axe visuel sur un grand nombre de sculptures, moins présentes auparavant, et s’ouvre vers l’architecture extérieure. En outre, j’ai découvert des artistes et mouvements singuliers, comme la salle consacrée au Lettrisme. Je pense qu’il y a eu un réel effort didactique de la part des équipes.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Les grands jalons de l’histoire de l’art moderne

  1. Ping :Les grands jalons de l'histoire de l'art contemporain Centre Pompidou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *