Une partie de Cluedo in situ!

Préhistoire(s), l’enquête

Jusqu’au 17 juin 2012

Palais de la Découverte, avenue Av. Franklin Roosevelt 75008

 

“Paléontologie, archéologie préhistorique, ethnographie comparée, toutes les sciences en vain laborieuses et obstinées laissent intact le mystère de l’humanité, de son intelligence et de sa destinée”, écrivait Emile Cartailhac dans La France préhistorique d’après les sépultures et les monuments (1889)…

L’exposition “Préhistoire(s), l’enquête” s’articule autour d’une scène de crime préhistorique vieille de 7400 ans : la double sépulture de Téviec. Découverte en 1928 au large de Quiberon, elle pose de multiples interrogations. Qui sont ces deux êtres humains qui ont été enterrés l’un contre l’autre? Pourquoi sont-ils décorés de bijoux et de coquillages? S’agit-il d’un couple? Que leur est-il arrivé? À quelle époque vivaient-ils? À quel âge sont-ils morts?

Pour résoudre cette enquête policière, le visiteur dispose d’une palette moderne d’outils archéologiques, regroupés autour de cinq thèmes.

“L’investigation technologique” a recours aux outils préhistoriques afin d’en retirer de précieux renseignements tels que l’exploitation des matières premières nécessaires à leur fabrication et les usages auxquels ils étaient voués.

“L’investigation chronologique” s’articule autour des procédés de datation comme le Carbone 14, la stratigraphie, la thermoluminescence, l’archéomagnétisme, la dendrochronologie, etc.

“L’investigation environnementale” se base sur l’étude de bio-indicateurs qu’ils soient d’origine botanique (pollen, spores, graines, charbons de bois) ou bien zoologique (restes organiques d’animaux).

“L’investigation anthropologique” évoque l’étude des origines de l’Homme, qui s’appuie sur des techniques scientifiques et médicales avancées (prélèvement ADN, scanner, anthropométrie, paléopathologie, etc.).

“L’investigation sociale” a pour objectif d’analyser les rites funéraires dont ces deux sépultures ont fait l’objet. Elle permet de comprendre comment vivait la population de cette époque et comment s’organisait leur société.

La faune de l’époque est en partie représentée. Spécimen rare issu des froides étendues de Sibérie, le rhinocéros laineux mesure plus de 4 mètres de long. Aujourd’hui disparu, cet animal côtoie un cerf mégacéros, un ours des cavernes et un ours des Pyrénées (du moins, leurs ossatures). Leurs cris et leurs fourrures sont reconstitués pour nous permettre d’entendre et de caresser ces espèces venues d’un autre temps.

Une fois l’énigme résolue, vous aurez mérité de voir l’authentique sépulture de Téviec… Frisson garanti!

Publicité

Une exposition familiale et ludique, qui apporte en outre un enrichissement historique dont est dénué une partie de Cluedo! La scénographie est particulièrement bien travaillée, lumineuse et vivante, contrecarrant le thème quelque peu morbide de la sépulture de  Téviec. Parfait pour les vacances de Noël.

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *