Une exposition, trois lieux

Pablo Picasso. Le Matador. 4 octobre 1970. Huile sur toile. Musée Picasso, Paris (c) Succession Picasso,  2008Picasso et les maîtres
Jusqu’au 2 février 2009
(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)
Galeries nationales du Grand Palais, 3, avenue du Général Eisenhower 75008, 12€

Pablo Picasso, Femmes d'Alger (Version O). Paris, 14 février 1955. Huile sur toile. New York, Collection Libby Howie and John PillarPicasso/Delacroix
Jusqu’au 2 février 2009
(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)
Musée du Louvre, Aile Denon, salle Denon, 75001,9€

Picasso/Manet
Jusqu’au 2 février 2009
(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)
Musée d’Orsay, 1, rue de la Légion d’Honneur 75007,8€

Pour la première fois, la Réunion des Musées Nationaux organise une exposition en collaboration avec le musée Picasso, le musée du Louvre et le musée d’Orsay afin de rendre hommage au génie picassien. L’exposition principale (Galeries nationales du Grand Palais) met en exergue l’influence des nombreux Maîtres sur l’oeuvre de Picasso. Les musées du Louvre et d’Orsay présentent les variations picturales et graphiques réalisées par Picasso d’après, respectivement, Delacroix (Femmes d’Alger dans leur appartement, 1834) et Manet (Déjeuner sur l’herbe, 1863). Une consécration à l’image du “cannibalisme pictural” à l’oeuvre dans la démarche de Picasso.

Publicité

“Un peintre a toujours un père et une mère, il ne sort pas du néant” (Mercedes Guillen, Picasso, Ediciones Alfaguara, Madrid, 1973, p.154)

Le premier maître de Picasso (né en 1881 à Malaga – mort en 1973 à Mougins) est son propre père, José Ruiz-Blasco, professeur à l’Ecole des Beaux-Arts et directeur du musée de Malaga. La légende court que, devant le génie de son fils, José lui aurait transmis ses couleurs et ses pinceaux, renonçant par ce geste à peindre lui-même tout en confiant à Pablo le soin de poursuivre son art.

Paul Gauguin. Portrait de Gauguin. hiver 1893-94. Huile sur toile. Collection particulièreFormé dès son enfance aux règles académiques strictes, Picasso apprend durant son cursus (1893-99) entre Barcelone et Madrid à dessiner et à sculpter d’après l’Antique, à copier les maîtres: grecs (El Greco), espagnols (Velasquez, Goya), italiens (Michel-Ange, Raphaël), néerlandais (Rembrandt), français (Poussin, Ingres, Delacroix, Cézanne, Gauguin).

Pablo Picasso. Yo Picasso. Paris, 1901. Huile sur toile. Collection particulière (c) Succession Picasso, 2008Dans ses autoportraits du début du siècle, Picasso n’hésite pas à donner le ton. Annoncer son intention de concurrencer les plus grands, en se représentant brandissant palette et pinceaux, posant à la manière de Poussin et marquant au rouge dans son autoportrait de 1901 “Yo [moi], Picasso“.  A l’instar d’El Greco (Barcelone, Museu Picasso) avec qui il s’identifie particulièrement. Pablo a tout juste 19 ans. Cette même année, le jeune homme rencontre Manet et ose défier le maître français en parodiant son chef d’oeuvre Olympia.

El Greco. Un artiste (Jorge Manuel Theotokopulus). Vers 1600-1605. Huile sur toile. Museo de Bellas Artes, SévilleAux maîtres grec et espagnols, Picasso empreinte les couleurs noires (El Greco, Goya, Velasquez) et la rigueur géométrique, l’ascèse plastique (Zurbaran, Ribera).
Aux maîtres français, il prend la couleur bleue – symbole de la révolution moderne en peinture.

Dans ces années expérimentales, Picasso mêle différents courants antagonistes: couleur impressionniste, forme expressionniste, érudition picturale, iconographie populaire, primitivisme, modernité stylistique.

Nains, marginaux, enfants, conquistadors sont des figures récurrentes qui hantent Picasso jusqu’à la fin de sa vie. Comme autant d’autoportraits obsessionnels.

Marqué par la mort de Matisse (1954), Picasso entreprend un cycle de variation d’après Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix (cf. musée du Louvre). Thème de la femme exposée au regard du voyeur – déjà présent dans les Demoiselles d’Avignon (1907) et qui se transformera en thème de “l’Artiste et son modèle” à la fin de sa vie.
Puis vient une série de 44 toiles d’après Les Menines de Velasquez (1957).
Le dernier cycle de variation (1960-62) est constitué par le Déjeuner sur l’herbe d’après Manet (cf. musée d’Orsay).
Quant à L’enlèvement des Sabines (1963), Picasso pousse plus loin le principe des variations en croisant L’enlèvement des Sabines de David au Massacre des Innocents de Poussin.

Ce détournement des oeuvres du passé mêle humour et ironie tout en manifestant une volonté sacrilège d’aller au-delà de toute tradition picturale. Les tableaux du passé sont un théâtre pour lequel Picasso s’amuse à inventer de nouveaux scénarios et imagine des dénouements surprenants. “Je peins contre les tableaux qui comptent pour moi, mais aussi avec ce qui manque à ce musée là [le musée imaginaire]. Faites bien attention! C’est aussi important. Il faut faire ce qui n’y est pas, ce qui n’a jamais été fait” (André Malraux, La Tête d’obsidienne, Paris, Gallimard, 1974, p.124).

Publicité

Durant toute sa vie Picasso peint des natures mortes. Ses premières compositions sont à géométrie cézanienne (1907), deviennent cubistes avec des icônes schématiques et dépouillées (1910-14), parodient les sujets de Chardin (années 1920), pour aboutir à la grande Nature morte au Homard (1965). Picasso veut peindre “les choses vivantes” mais surtout introduire du sacré dans la représentation du quotidien.

Pablo Picasso. Nu couché. 14 juin 1967. Huile sur toile. Musée Picasso, Paris (c) Succession Picasso, 2008La femme est au coeur de l’oeuvre picassienne. Portrait de femmes habillées dans une volonté de défiguration – l’abandon des règles canonique de la représentation au profit du réel – ou nues. Son objectif étant toujours de dire les choses comme elles sont. “Ce qui l’intéresse, c’est la naïveté absolue dans l’art, l’absence de toute stylisation, qu’elle vienne de l’art nègre, chaldéen ou gréco-romain” (Daniel-Henry Kahnweiler, Gespräche mit Picasso, Jahresring 59/60, Stuttgart, 1959, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski).
Jean Auguste-Dominique Ingres. Odalisque en grisaille. 1824-34. Huile sur toile. The Metropolitan Museum of Art, New YorkPicasso regarde la Vénus se divertissant avec l’Amour et la Musique (Titien, vers 1548), La Femme à la source (Rembrandt, 1654), La Maja desnuda (Goya, 1797-1800), L’Odalisque en grisaille (Ingres, 1824-1834), Olympia (Manet, 1863). Et, à partir de 1964, il va dialoguer avec ces tableaux majeurs, prenant un détail par ci une posture par là, faisant poser ses nus roses et noirs, de manière alanguie. Tout en leur conférant sa vision cubiste qui permet de voir leur visage de face et de profil à la fois.
“Ainsi, ‘dire le nu comme il est’ incarne pour Picasso une mission bien plus qu’une obsession, dont il nourrit son oeuvre en entier car pour lui, le nu se confond avec la substance même de la peinture”, résume Anne Baldassari, directrice du Musée National Picasso, Paris, et co-commissaire de l’exposition.

Une exposition-exposé, qui démontre brillamment, autour de 210 oeuvres, comment Picasso s’inspire mais surtout détourne, transpose, dénature, les oeuvres classiques. Pour, au final, révolutionner l’art moderne et ériger en système “la peinture de la peinture”.

Pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Une exposition, trois lieux

  1. Ping :Une nouvelle Sainte Trinité - yan pei ming funerailles mona lisa musee louvre

  2. Ping :L’art multiforme de Jacques Prévert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *