“Ce qui est naturel, sincère, sûr, simple, telles sont les caractéristiques du Mingei” (Soetsu Yanagi)

Plateau (shinogitebon). Japon, bois taillé et laque vermillon. Epoque Edo (c) Nihon Mingeikan, TokyoL’Esprit Mingei au Japon – De l’artisanat populaire au design

Jusqu’au 11 janvier 2009

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée du quai Branly, Galerie Jardin, accès par le quai Branly ou la rue de l’Université 75007, 8,50€

Le musée du quai Branly consacre la partie ouest de la Galerie Jardin à l’Esprit Mingei – artisanat traditionnel extrême- oriental – qui a mené à l’esprit du design japonais, aujourd’hui mondialement connu et imité. Une sélection d’objets d’usage quotidien à portée pourtant spirituelle.


L’Esprit Mingei – de minshû (peuple) et Kogei (artisanat) est développé par le penseur Soetsu Yanagi (1889-1961) et plus tard son fils Sori Yanagi, pionnier du design d’après-guerre au Japon. Il refuse le luxe, l’apparence, la sophistication technique de l’artisanat aristocratique – le seul alors considéré au Japon – pour révéler la beauté simple des objets d’usage quotidien et leur dimension spirituelle. S. Yanagi a permis une prise de conscience de l’esthétique traditionnelle tout en ne refusant pas le modernisme. Comme en atteste la venue au Japon de Bruno Taut, Charlotte Perriand et Isamu Noguchi  (émigré aux Etats-Unis) et l’influence qu’ils ont eu sur le développement de la production design dès l’après-guerre.

Soetsu Yanagi, observant un objet coréen, quelques mois avant sa mort, 1960 (c) Nihon Mingeikan, TokyoSoetsu Yanagi est un intellectuel attiré par la littérature et l’art occidental. Auprès du céramiste anglais Bernard Leach (1887-1979), il s’intéresse au mouvement Arts and Crafts et découvre William Blake (1757-1827) et Walt Whitman (1819-1892). “Les progrès futurs de l’humanité dépendront d’une mutuelle compréhension entre l’Orient et l’Occident”. S. Yanagi se construit en s’inspirant de la pensée bouddhiste et de la Voie du thé.
Alors que le Japon cherche à assimiler les cultures des territoires qu’il occupe – Corée, Okinawa, Taiwan, minorité Aïnu au nord du Japon -, Soetsu Yanagi défend la beauté de l’artisanat populaire anonyme local.
En 1926, avec l’aide de ses amis potiers Kenkichi Tomimoto, Shoji Hamada et Kanjiro Kawai, il crée un musée consacré au Mingei, qui ouvrira dix ans plus tard.

Son action s’appuie sur la publication de la revue Kogei et la création d’une société de soutien Nihon Mingei Kyokai (1934). La revue est conçue comme un objet d’esprit mingei avec ses couvertures en tissu artisanal puis en papier avec impressions laquées, la typographie est soignée, le contenu répertorie minutieusement les collections réunies. Selon S. Yanagi, “un bon collectionneur est un second créateur”, et recherche des objets justes et durables.

“Ce que l’on exprime par les mots de ‘banal’ ou ‘ordinaire’ est un état antérieur à la séparation du banal et du non-banal. Mépriser la banalité et priser l’extraordinaire n’est qu’un point de vue qui a sombré dans la perception secondaire. Le buji ou l’ordinaire sont des états simples et naturels. A côté, l’extraordinaire n’est que ce qui est fabriqué. Les premiers sont des unités qui ont dépassé la dualité, le second est une dualité qui ne parvient pas à l’unité. Ce qui est extraordinaire est loin de l’idéal. Il n’y a pas d’idéal qui surpasse l’ordinaire. L’habituel est l’état ultime des choses. L’idéal du beau ne saurait être que cet idéal de l’habituel. La beauté de l’ordinaire, la beauté du buji, telle est la beauté suprême” (Soetsu Yanagi, La civilisation de l’artisanat, 1941).

Yanagi multiplie les recherches, organise des expositions (1927, 1929, 1931, 1934), utilise la presse et les grands magasins pour constituer un réseau commercial. Et préconise la mise en place d’un travail collectif au sein de corportations.

Sori Yanagi, Tabouret Butterfly. Contreplaqué moulé. 1956 (prototype 1953) (c) Yanagi Design Institute, TokyoSon fils, Sori, concilie une approche moderne avec une sensibilité pratique transmise par Charlotte Perriand. Son siège Butterfly (1953) deviendra une icône du design, facile à monter et à ranger. Comme son père l’avait fait pour l’artisanat traditionnel, Sori Yanagi souligne la beauté du “design anonyme”. “Les Jeeps, par exemple, sont en fait du ‘design anonyme’. Il n’y a là rien de prétentieux, aucun effet de style ou quoique ce soit de semblable. Elles ont été créées en pensant aux fonctions de la guerre. Un autre exemple que je prends souvent est le gant de baseball, constitué de deux parties de cuir lacées ensemble. Ce laçage est extrêmement important, tant que l’on ne peut lancer la balle ou l’attraper sans lui. Il n’a pas été créé par un designer et il n’y a pas de place là pour un design complémentaire. C’est fait pour le baseball. Voilà ce que c’est le ‘design anonyme'”(Sori Yanagi, entretien publié dans Axis, nos 3-4, mars -avril 2000).
Sori Yanagi, Luminaire. Japon, papier (c) Yanagi Design Institute, TokyoSori Yanagi inspirera les designers contemporains Naoto Fukasawa et Jasper Morrison, attaché à la notion de “Super Normal” pour désigner des objets dont l’efficacité et l’évidence s’imposent.
Enfin, Sori s’attache à démontrer l’importance du lien entre le designer et ses collaborateurs, entre le concepteur et le fabricant.  “[…] être familier avec la machine et connaître les matériaux sont les clés pour produire un bon design. Le designer fait lui-même un modèle et discute longuement avec les techniciens pour créer un modèle […] le designer ne peut exister sans des gens qui le comprennent et collaborent avec lui.”

Publicité

Anonyme, Tabouret transformable en chaise bébé. Japon, Kyoto, fabriqué par des artisans originaires de Taiwan. Bambou. XXe siècle (c) Pernette, Perriand-BarsacLes objets exposés rassemblent des tissus d’Okinawa, de l’ameublement en bambou – bois qui allie finesse, robustesse et élasticité (cf. le tabouret transformable en chaise bébé) ou en bois de cèdre (cf. le fauteuil Kashiwado), des boîtes en bois laqué, des plats en grès, des pots en porcelaine, des bouilloires en fonte, des luminaires en papier washi, etc..

Organisée par Germain Viatte, conservateur général du patrimoine, cette exposition met en valeur un artisanat ordinaire mais raffiné, malheureusement en voie de disparition. Point commun avec l’autre pendant de la Galerie Jardin qui expose la culture ancienne esquimau, menacée par notre mode vie mondialisé et surchauffé.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

5 réponses à “Ce qui est naturel, sincère, sûr, simple, telles sont les caractéristiques du Mingei” (Soetsu Yanagi)

  1. barranger dit :

    bonjour
    je suis guide interprète national.
    On vient de me demander de préparer cette exposition.
    Pourriez-vous m’envoyer la documentation que vous possédez, notamment sur les oeuvres exposées?
    Merci d’avance
    Cordialement

    BARRANGER

  2. Sophie dit :

    Bonjour,

    Désolée, je ne suis pas un service de documentation…
    Je vous souhaite néanmoins bonne chance pour vos recherches.

  3. salsmann antonin dit :

    Bonjour,
    “Le buji ou l’ordinaire sont des états simples et naturels.”Soetsu Yanagi.
    Pour “buji”, peut-on et comment traduire en français ou doit-on garder le mot dans cette orthographe ‘en italique)?
    Merci pour votre réponse et les pistes de recherche que vous voudrez bien me conseiller.

    AS

  4. Sophie dit :

    Bonjour,

    Je n’ai pas trouvé de traduction littérale pour “buji” mais je ne suis pas japanophone non plus…
    Pour ne pas prendre de risque, j’utiliserai le terme japonais, mis en italique (convention graphique pour les mots étrangers).

  5. Ping :Le meilleur du design japonais - Artscape: Art, Culture & Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *