Patti Smith à Paris!

Mon cheval, Namibie, 2005. Polaroïd. Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 28 mars - 22 juin 2008 (c) Patti Smith / Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2008Patti Smith, Land 250
Andrea Branzi, Open Enclosures

Jusqu’au 22 juin 2008

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261, bd Raspail 75014, 01 42 18 56 50, 6,50€ (accès libre pour tous le mercredi entre 14h et 18h)

“Vous allez découvrir la partie cachée de l’iceberg”. Ainsi Grazia Quaroni, conservateur général à la Fondation Cartier, résume-t-elle l’ambition de l’exposition Land 250 consacrée à la célèbre musicienne new-yorkaise, Patti Smith. Si la voix de l’icône rock domine les salles d’exposition, fans mélomanes, ne vous attendez pas à entendre des enregistrements de ses tubes…


Comme l’explicite le titre, Land 250 – nom du polaroïd utilisé par Patti Smith -, l’exposition se rapporte aux autres facettes de sa créativité. La photographie, mais aussi le dessin qu’elle pratique depuis sa jeunesse, la poésie et le cinéma (essentiellement des courts-métrages).

L’exposition se décompose en trois salles. Une toute petite, au fond à gauche, avec un simple matelas au sol, quelques crayons de couleur, un tamis de riz, une vidéo – souvenirs d’objets d’apparence simples mais qui lui sont chers. Une autre recrée l’ambiance mystique de la relation qu’elle a entretenue avec le photographe Robert Mapplethorpe.

Autoportrait, New York. Polaroïd. Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 28 mars - 22 juin 2008 (c) Patti Smith / Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2008Née en 1946 à Chicago, Patti Smith part pour New York en 1967. Elle rencontre Robert Mapplethorpe et s’installe avec lui au Chelsea Hotel. La jeune rebelle s’implique sur la scène musicale, poétique et politique, contribuant à l’effervescence du mouvement punk-rock. Après un premier single – Jey Joe/Piss Factory (1974) -, l’artiste sort l’album Horses, dont la pochette la représente sur un cheval (photo de Robert Mapplethorpe), qui reçoit en France le Grand Prix du disque Charles Cros (1975). C’est un succès mondial.

Patti Smith, La rivière Ouse où Virgina Woolf s'est donnée la mort le 28 mars 1941. Polaroïd. Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 28 mars - 22 juin 2008 (c) Patti Smith, 2008Un grave accident (1977) la contraint à se réfugier dans la poésie. Elle s’inspire en particulier de Arthur Rimbaud, René Daumal, ou encore Virginia Woolf. “Comme dans l’art africain, Patti Smith confère aux objets une valeur sentimentale, symbolique”, commente Grazia Quaroni. D’où une pierre recueillie au bord de la rivière où Virginia Woolf met fin à ses jours, une photographie prise par Brancusi dont elle admire l’harmonie et la simplicité des sculptures, un poème écrit fortuitement rue des Grands Augustins (Paris VIe), devant l’atelier où Picasso achève Guernica.

Au centre de l’exposition, dans la salle principale, Patti Smith a importé son canapé en cuir, des fauteils confortables, des tapis au sol, sa guitare pour recréer l’atmosphère de son salon new yorkais. Le public est invité à s’asseoir et à dialoguer avec son fils, Jackson, qui propose un atelier de guitare (plus de précisions auprès de l’accueil de la Fondation Cartier).
L’artiste autant que les visiteurs sont appelés à se sentir chez eux, à se libérer de toutes contraintes pour écrire de la poésie, composer de la musique, dessiner. “L’art c’est la liberté absolue” déclame la musicienne. “Le but de cette exposition est de communiquer avec le public, de partager mon univers personnel, mes créations mais aussi les artistes qui m’ont inspirés”.

Sur les murs autour de ce centre créatif sont exposés quelque 50 dessins poétiques et 250 polaroïds capturés par Patti Smith, essentiellement au cours de ballades à Paris – beaucoup sont prises au cimetière du Montparnasse où l’artiste aime se rendre pour prier et méditer – et à New York. “J’apprécie l’immédiateté du procédé photographique”, confie-t-elle. “Il me procure un sentiment de libération, en comparaison avec le processus long et compliqué du dessin, de la musique ou de la poésie”.

Patti Smith a recours à la photographie dès 1967 en l’intégrant à des collages. Ces premiers clichés ont presque tous disparus. Elle y revient en 1995, après la mort brutale de son mari, le musicien Fred Sonic Smith (avec qui elle a eu Jackson et Jesse), et celle de son frère. L’artiste confie avec émotion comment elle s’est soudain sentie vidée, fatiguée. Le polaroïd lui a permis de reprendre confiance en elle tout en assouvissant son besoin impérieux de création artistique.

Land 250 reflète ainsi l’intimité de cette icône du rock. “Il ne s’agit pas d’une rétrospective biographique”, précise Grazia Quaroni. “Les visiteurs qui apprécient son lyrisme ne seront pas surpris par cette exposition”.

Publicité

De fait, Patti Smith est “en vrai” comme on se l’image derrière un écran de télévision ou au loin lors d’un concert. Spontanée, généreuse, intime, profonde. Une artiste qui martèle que sa valeur est le travail, qu’elle fuit les débordements, les excès souvent attribués à ses confrères. A la question de savoir ce qu’elle ressent face à son statut de célébrité, elle répond humblement: “Je suis une mère et mes enfant me rappellent tous les jours que je ne suis qu’un être humain”.

Andrea Branzi, Vase Simbiosi, 2005. Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 28 mars - 22 juin 2008 (c) Andrea Branzi / Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2008Parallèlement, la Fondation Cartier expose Open Enclosures, deux installations commandées au designer italien Andrea Branzi, habitées de la voix de Patti Smith. L’architecte, fan de la rockeuse new-yorkaise, lui a demandé de lire un poème pour accompagner son propre travail. Des parois de verre et de métal accueillent des éléments naturels (fleurs, branches d’arbres, chanvre) qui répondent à l’architecture du bâtiment de Jean Nouvel et à la poésie de l’oeuvre de Patti Smith.

Concert acoustique. Polaroïd. Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 28 mars - 22 juin 2008 (c) Patti Smith, 2008Au final, tout l’espace de la Fondation Cartier s’ouvre à la création artistique. Même la librairie et les Soirées Nomades sont gérées par Patti Smith. Notez que le dimanche 6 avril à 21h, l’artiste invite Lenny Kaye et Tony Shanahan – deux membres du Patti Smith Group – à se joindre à elle pour un concert acoustique. A bon entendeur (réservation indispensable)!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Patti Smith à Paris!

  1. delens dit :

    oh patti smith… my best my favorit…. ma geniale patti. cette voix m’a envoute depuis horses en 1974 et ne m’a plus jamais quitte.UN GRAND MERCI.

  2. Malaury couchy dit :

    Chère Madame Smith

    No vice et petite arrivante dans le domaine de l’art, je me permet de vous remercier et de vous féliciter pour l’ensemble de votre expo.
    Je voudrai aussi féliciter les metteurs en scène de vos oeuvres qui on su mettre en mouvement toutes ces choses et qui on su me convaincre de votre présence dans chaque coin de la pièce.
    Et tout cela sans parler de votre voix pleine de mélancolie et d’énergie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *