Le rôle de Paris dans le développement de l’imprimerie

E. Bouchardon, Etudes prises dans le bas peuple ou Les Cris de Paris (1737/46), coll. BHVPParis, capitale des livres

Jusqu’au 3 février 2008

Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 22, rue Malher 75004, 01 44 59 29 40, 4€

Publicité

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris propose la première synthèse jamais établie sur le rôle de Paris dans le développement de l’imprimerie, de l’édition, et de la presse. Une évolution fortement liée aux contingences politiques et économiques de la capitale française. Condensé de visite.


La donne politique

Jean de La Caille, Histoire de l'imprimerie, Paris, 1689? coll. BHVPDu Moyen-Age au XXe siècle, Paris constitue le centre névralgique de la France, pays centralisé par excellence. A Paris sont rédigés les textes réglementaires qui définissent l’administration française. Le roi veille sur la littérature et contrôle la presse telle La Gazette de France, créée par Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII. Formée de quatre pages, et paraissant le vendredi, la Gazette est spécialisée dans les nouvelles de la Cour (affaires politiques et diplomatiques). En 1762, son lien avec le pouvoir devient encore plus explicite, puisque la Gazette est sous-titrée “Organe officiel du Gouvernement royal”.
Mais Paris est également la ville des colporteurs et vendeurs “sous le manteau” qui font circuler les éditions interdites (notamment pendant les guerres de religion, puis pendant l’Occupation grâce aux Editions de Minuit).

La donne économique

La Bible à 42 lignes est le premier livre imprimé par Gutenberg, dans sa ville natale à Mayence (Rhénanie-Palatinat, Allemagne). Gutenberg utilise des caractères mobiles en plomb et compose les textes lettre par lettre, ligne par ligne. Plus de deux ans ont été nécessaires pour composer et imprimer cette Bible!

Les Bouquinistes, photo de Seeberger, coll. BHVPL’Université de Paris accueille les premières presses à bras dès 1470. Dès la fin du XVe siècle, Paris devient le pôle d’édition le plus important en Europe, après Venise. La révolution de 1789 et l’industrialisation renforce le phénomène: le nombre de quotidiens augmentent, les éditeurs situés dans le triangle d’or entre Notre-Dame, Saint-Germain-des-Près et le nouveau VIe arrondissement prospèrent. Les grandes maisons d’éditions naissent et la librairie produit bientôt un objet culturel de masse.

L’exposition présente de somptueux manuscrits anciens, enluminés, et des exemplaires des premiers romans édités, de Paul et Virginie (1788) de Bernardin de Saint-Pierre à Nadja (1928) d’André Breton, des contes de Lafontaine aux poèmes de Guillaume Apollinaire. Plus de deux-cents documents prestigieux sont ici rassemblés pour incarner l’Age d’Or des livres.

Publicité

A noter: un cycle de conférences sur “Paris et les livres” est organisé à la Bibliothèque historique, le 3e mardi de chaque mois. Entrée libre. Plus de renseignements au 01 44 78 80 50.

Enfin, autres expositions de bibliothèques susceptibles de vous intéresser:
La librairie Hachette et ses guides de voyage, 1853-1936 à la Bibliothèque Trocadéro (6, rue du Commandant Schloesing 75016, 01 47 27 26 47), jusqu’au 29 décembre 2007 (entrée libre) ;
Les affiches de Francisque Poulbot à la Bibliothèque Forney (Hôtel de Sens, 1, rue du Figuier 75001, 01 42 78 14 60), jusqu’au 5 janvier 2008 (4€) ;
Le rôle du train dans les romans policiers à la Bibliothèque des littératures policières (BILIPO, 48/50 rue du Cardinal Lemoine 75005, 01 42 34 93 00), jusqu’au 29 mars 2008 (entrée libre).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *