Le design: entre l’unique et l’universel

Chaise La Fourmi, Arne Jacobsen, 1952, édition Fritz Hansen, Danemark, depuis 1980Editer le design: Pour un, pour tous, l’édition en question
Danese,Série de la nature, la Pomme, éditions d'art, Enzo Mari, 1963, édition Danese, photo: A. Ballo, 1963 éditeur de design à Milan

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli 75001
25 octobre – 21 janvier 2007
Rens.: 01 44 55 58 78

Exposition en deux volets, “Editer le design” au musée des Arts décoratifs, entend expliquer l’évolution de la forme des objets à travers le temps. Avant de traiter d’une icône du milieu: Bruno Danese (1957-91) – l’un des plus grands designers italiens.

La théorie : Pourquoi (ré)éditer le design?

D’après la problématique de l’exposition, le but ultime de l’industrie du design est “d’évoluer pour mieux diffuser”. Assez banal somme toute. Sauf que dans ce cas précis, une donnée particulière entre en jeu. En effet, la tendance moderne combinée à l’essence du luxe veut qu’un objet soit personnalisé, donc produit de manière unique.
Alors, comment produire plus, tout en donnant l’illusion de commercialiser des objets réservés à quelques happy few?

La première solution consiste à rééditer les objets de manière régulière avec plus ou moins de modifications en fonction des besoins financiers, écologiques, sanitaires, ou techniques.

Chaise longue B306/LC4, Le Corbusier/Jeanneret/Perriand, 1928, édition Thonet, Autriche, 1930-36, puis Cassina, Italie, à partir de 1965, photo: L. Sully-Jaumes, musée des Arts décoratifsChaque modèle de la chaise longue basculante inventée par Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand (1928) est signée et numérotée.

L'évolution du flacon N°5 depuis 1921 - (c) ChanelTandis que le flacon de parfum N°5 de Chanel est réédité tous les 20 ans, avec d’infimes changements, tant la forme du flacon initial (1921) garde de sa modernité.

Mais ces produits rares souffrent de la contrefaçon, donc de la multiplication “populaire”.

A l’inverse, pour répondre à des impératifs économiques, certains objets, telle la chaise d’écolier – dont le premier modèle est édité par un inconnu dans les années 1940 – sont reproduits par de nombreux fabricants et subissent d’importantes modifications (forme, matériel).

Verre Duralex, photo: J. Tholance, musée des Arts décoratifsEntre ces deux positions antagonistes figurent des objets produits en masse, mais qui ont subi peu d’altérations au cours de leur réédition. Tel le verre gigogne Duralex – ce fameux verre de cantine! – lancé en 1946 par Saint-Gobain, qui a connu un énorme succès, lié à sa forme pratique – il ne glisse pas des mains et s’empile -, offre un faible coût de revient, et est résistant. Son nom vient d’ailleurs d’une citation latine: Dura lex sed lex (La Loi est dure mais c’est la loi).

Bibliothèque Bookworm, Ron Arad, 1993, édition Kartell, ItalieLa seconde solution est de disposer dès l’origine d’une idée géniale! Comme la bibliothèque en acier trempé de Ron Arad (1993), en forme d’escargot. Elle a donné lieu à la production d’objets de matière identique, d’abord édités en série limitée (cf. This Mortal Coil, the Bookworm, One Way or Another, Lovely Rita), puis en grosse série bien que dans un matériau moins cher comme le plastique. Ainsi, un objet unique, conçu à l’origine pour la consommation personnelle de son inventeur, s’est démultiplié via les collectionneurs pour devenir un objet de grande consommation.

Un cas pratique: Bruno Danese

Bruno Danese (né à Milan en 1957) est un entrepreneur et un homme de culture.
Lorsqu’il rencontre Jacqueline Vodoz, photographe passionnée de communication, il lance l’idée d’un atelier expérimental, et ensemble fondent la maison Danese, qui sera le fer de lance du design italien dans les années 1950.

Publicité

Série 'Que faire à Murano', Faits-main, Enzo Mari, 1991, édition Danese, photo: B. Saba, 1991Les deux compères s’entourent d’artistes-designers de la même trempe comme Bruno Munari – l’un des fondateurs du MAC (Mouvement de l’Art Concret, 1948), Enzo Mari, Franco Meneguzzo, et Angelo Mangiarotti. Plus tard, ils seront rejoints par Achille Castiglioni (1983), Kuno Prey (1986), et Marco Ferreri (1990).
Leurs velléités: réinventer le goût et redéfinir la culture de l’objet.

Les Pré-Livres, éditions pour enfants, Bruno Munari, 1979, édition Danese, photo: A. Ballo, 1980Dès 1969, Bruno Danese différencie la production, des éditions d’art – objets cinétiques (axés sur la perception optique) destinés à être produits en petite série par des moyens industriels – des éditions de jeux pour enfants. Une distinction qui est reprise, de manière très (trop?) simple, par la scénographie de l’exposition.

Timor, calendrier perpétuel de table, Enzo Mari, 1967, édition Danese, photo: A. Ballo, 1986Une exposition facile d’accès qui ravira les amateurs de design moderne. Toutefois, l’esthétisme d’une bibliothèque en forme de vers ou d’un calendrier métallique en désorientera sûrement plus d’un!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *