Infinis d’Asie

Jean-Baptiste Huynh

Jusqu’au 20 mai 2019

© 2003, Jean-Baptiste HUYNH, HUYEN – Cil

Achetez le catalogue de l’exposition :

Musée Guimet, 6 place d’Iéna, Paris 16e

Publicité

Le musée Guimet expose une magnifique sélection de photographies de Jean-Baptiste Huynh (né en 1966 en France). Elles présentent son regard sur l’Asie, terre de son père et celle de ses nombreux voyages.

© 1994, Jean-Baptiste HUYNH, VIETNAM – Premier voyage

Le parcours débute par une série de portraits vietnamiens, présentés comme une quête de soi, dans ce pays que Jean-Baptiste Huynh découvre tard, à l’occasion du film Indochine (1992), de Régis Warnier, dans lequel il joue le fils de Catherine Deneuve.

Puis viennent une série de portraits, paysages et natures mortes d’autres pays asiatiques qu’il a beaucoup arpenté : l’Inde, le Japon, la Chine, le Cambodge. Ce pays fut l’occasion pour lui de venir à la couleur.

© 1999, Jean-Baptiste HUYNH, Huyen 3

La troisième section expose la série de Huyen, jeune vietnamienne qu’il photographie au fil des ans, de jeune fille à mère. Le temps qui passe, à peine perceptible sur les traits de Huyen est un thème récurrent du photographe.

L’artiste s’intéresse ensuite à une série de bols à thé du musée Guimet, qu’il photographie en gros plan, leur décor laissant place à des paysages abstraits, “cartographie de mondes mystérieux”, selon les mots de Sophie Makariou (Présidente du MNAAG)

Suivent des têtes de Buddha, emblématiques des pays asiatiques, qu’il a photographié dans les salles du musée et dans les réserves.

© 2018, Jean-Baptiste HUYNH, REFLECTION 34 – Kazakhstan

La dernière section présente sa dernière série, Reflection : des visages de femmes intégrés dans des paysages minéraux avec un éclairage spécifique pour donner l’impression qu’elles émergent d’une constellation.

L’artiste déploie son regard sur l’Asie, avec une technique qui rend grâce aux visages et à la plénitude des paysages. Une Asie intemporelle, loin de la modernité bruyante et consommatrice. Une Asie très esthétique mais idéalisée.

Publicité

A découvrir également : “Les Fables d’Orient” (niveau 2), des miniatures qui retracent l’histoire des peintres de la cour de Lahore (jusqu’au 27 mai 2019).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *