Oeuvres d’une vie

Foujita (1886-1968)

Jusqu’au 16 mars 2019

Maison de la culture du Japon à Paris, 101bis quai Branly, Paris 15e

Publicité

Après l’exposition du musée Maillol, je pensais que, si peu de temps après, il n’y aurait pas grand chose à ajouter sur l’oeuvre de Foujita ; comme me trompais-je ! La Maison de la culture du Japon à Paris présente une rétrospective sans redite sur le plus français des peintres japonais, Tsuguharu Foujita (1886-1968).

L’exposition retrace à travers une quarantaine d’oeuvres les soixante ans de carrière de Tsuguharu Foujita, peintre diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Tokyo. Emigré à Paris à partir de 1913, il devient un artiste de l’Ecole de Paris très apprécié, comme Modigliani ou Soutine, pour ses portraits de femmes souvent nues à la peau laiteuse.

Foujita incarne l’extravagance des Années Folles, devenant la coqueluche des soirées parisiennes. Avant de sombrer avec la guerre sino-japonaise (1937) et les batailles du Pacifique – il incorpore l’armée impériale et réalise des oeuvres de propagande -. Pourtant, si ses discours se font nationalistes – il est accusé, avant d’être blanchi, de crimes de guerre -, ses scènes de batailles apocalyptiques de l’île d’Attu (1943), où des monceaux de corps s’accumulent toute nationalité confondue, sont loin d’encourager la violence meurtrière de la guerre. Ces oeuvres des années 40 sont présentées pour la première fois au public français.

Publicité

Dans le parcours, on découvre également des intérieurs parisiens, dont celui de son appartement où les objets du quotidien sont sublimés. Ainsi que des scènes de genre qui louent les spécialités françaises avec un regard farceur [et une faute d’orthographe volontaire (?) à “hiutres”]. Foujita se distingue par la finesse de ses contours noirs, relevée de quelques excentricités bien dosées, incorporant par exemple des scènes des Fables de La Fontaine (Mon rêve, 1947) à ses nus ou mêlant ses traits et ceux de sa femme Kimiyo à une scène religieuse (Adoration, 1962/63). Ce qui laisse l’observateur perplexe !

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *