Chefs d’oeuvre de l’art orthodoxe balkanique

Sainte Nedelya (martyre chrétienne du IIIe siècle). XIXe siècle. Institut national d'archéologie - Académie des sciences bulgares (c) Borislav Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, SofiaLes trésors des icônes bulgares

Jusqu’au 30 août 2009

Sainte-Chapelle du château de Vincennes, Esplanade Saint Louis, 75012, 8€

Pour inaugurer sa réouverture, la Sainte-Chapelle du château de Vincennes accueille un ensemble exceptionnel d’icônes bulgares des IVe au XIXe siècles. Expérience mystique garantie!

Des musées bulgares prêtent pour la première fois à une institution étrangère, qui plus est un joyau de l’Occident catholique, 80 chefs d’oeuvre de l’art orthodoxe! Les icônes sont accueillies dans le somptueux écrin de la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, restaurée pendant trois ans après les dégâts de la tempête de 1999. Le château lui-même, dernier témoignage en France de la monarchie médiévale, doté du plus haut donjon d’Europe, a subi une cure de jouvence pendant dix ans et a rouvert ses portes en 2007.
Sainte-Chapelle du château de Vincennes (c) Patrick Cadet / Centre des monuments nationaux, ParisLa Sainte-Chapelle du château de Vincennes est fondée en 1379 sous Charles V et inaugurée en 1552 par Henri II. Son style unifié, simple et élancé, reproduit à l’identique, mais dans de moindres dimensions, la Sainte-Chapelle de Paris. Elle est construite selon le plan traditionnel des chapelles castrales [relatif à un château]: vaisseau unique, choeur formé d’une travée droite et d’une abside à cinq pans, deux oratoires (l’un pour le roi, l’autre pour la reine).

Dès le porche franchit, le visiteur se glisse dans un cabanon boisé, qui accueille comme dans une galerie les icônes, ainsi protégées de la lumière. Si certaines pièces ont souffert, l’ensemble est relativement bien conservé, compte tenu de leur ancienneté.

Saint Théodore. Xe siècle. Céramique. Provenance: monastère de Patleyna, Preslav (c) B. Tchernev / Musée Historique, PreslavL’exposition, chronologique, permet au visiteur d’observer l’évolution de l’art des icônes. Elles apparaissent au VIIe siècle dans le premier royaume bulgare (XIIe-XIIe siècle). L’image emblématique de cette période est celle de Saint Théodore, réalisée en céramique.

Le Conseil des Archanges. Vers 1430. Détrempe sur bois. Provenance: église des Saints-Archanges du monastère de Batchkovo. Collection du monastère de Batchkovo (c) Lulin Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, SofiaEn 1018, l’Empire romain d’Orient envahit le royaume bulgare qui subit alors l’influence de l’art byzantin. Telle l’importation du cercle orthodoxe qui correspond au grand schisme d’Orient (1054).

Saint Démétrios à cheval. 1617? Détrempe sur bois. Provenance: Véliko Tarnovo (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia La fin de l’occupation byzantine se traduit par une production d’icônes variées et l’apparition de grands formats. Les proportions des corps s’allongent, les couleurs sont chaudes, les dessins sont précis (cf. icônes du Conseil des Archanges et de Saint Dimitrios).

Saint Georges à cheval. Fin du XVe siècle. Détrempe sur bois. Provenance: Boyana (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, SofiaLa production artistique diminue un temps avec l’occupation ottomane de la fin du XIVe – début du XVe siècle. Si les centres d’art byzantin (Constantinople, Tessaloniky, Mistra) s’éteignent, des écoles artistiques régionales (Kostur, Ohrid) et des scriptoria de monastères (Rila, Batchkovo, Patleyna), se développent. En atteste la production des icônes de Saint Georges à cheval de Boyana (périphérie de Sofia) et l’évangile de Kremikovo.

Au sortir de ce premier cabanon en bois, le visiteur est guidé vers la lumière du fond de la chapelle. Forte symbolique mystique qui sert de transition historique.

Publicité

A partir du XVIIIe siècle, l’icône joue un rôle fondamental dans la reconquête de l’identité nationale. Objet devenu politique, elle représente des personnalités patriotiques comme les saints frères Cyrille et Méthode.
L’icône bulgare était jusque-là sacrée. Elle n’utilisait pas la perspective et ne tentait pas de reproduire la réalité.

Saint Stéphane. 1790. Détrempe sur bois (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, SofiaSon art évolue de manière radicale au XVIIIe siècle – et ce pour la dernière fois avant son extinction. L’icône devient plus figurative – au point de donner l’impression que les visages des saints aient été photographiés tant leur teint paraît réel -, les artistes recourent à la perspective, aux effets de profondeur et s’entichent d’ornements baroques pittoresques. Apparaissent également des sujets profanes, des éléments urbains, des paysages et des portraits personnels.

Evangéliaire liturgique. 1552, reliure: seconde moitié du XVIIe siècle. Papier, bronze, émaux, pierre (ou verre coloré). Provenance: monastère de Batchkovo. Collection muséale du monastère de Batchkovo (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulagarie, SofiaOutre les icônes sont exposés de précieux manuscrits et quelques statues et reliquaires pour témoigner de l’influence du christiannisme en Bulgarie dès le IIIe siècle.
Une musique monastique douce, solennelle mais délicatement enjouée, accompagne à merveille cette somptueuse exposition.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *