Un jour prometteur (ou pas)

Demain de Anna Rozen et Philippe Leroyer. Editions Au diable vauvert, mai 2009Demain de Anna Rozen et Philippe Leroyer

Roman, mai 2009, 17€

Et plus si affinités... Perles et Fracas de Anna Rozen et Philippe LeroyerAccompagné de Et plus si affinités… Perles et Fracas des mêmes auteurs

Florilège, mai 2009, 5€

Editions Au diable vauvert

Deux auteurs, deux styles, un roman semi-collectif. Le principe de Demain, le dernier roman d’Anna Rozen et de son compère Philippe Leroyer, est somme toute assez simple… encore fallait-il y penser! Anna raconte l’attente d’un rendez-vous amoureux côté fille, Philippe, côté garçon, qui aura lieu le lendemain. Bien sûr, progestérones et testostérones ne jouent pas les mêmes tours aux protagonistes!

Nouvelle mode marketing oblige, les auteurs ne se prennent plus au sérieux. De fait, la publicité ayant besoin de redorer son image médiatique, on assiste un peu partout à l’irruption d’une communication humoristique, teintée d’ironie, sur de nombreux produits de la vie courante (jus de fruits Innocent, yaourts à boire Michel et Augustin, chaussettes Archiduchesse…). Les livres n’échappent pas à cette nouvelle cure de jouvence publicitaire.

L’interview des auteurs donne ainsi:

A.R.:” J’avais besoin d’une ‘bombe’ pour relancer ma carrière. Je me suis dit qu’en m’acoquinant avec un personnage sulfureux, je pourrais redorer mon blason, faire reluire mon image. En fait de BOMBE, Philippe Leroyer se pose un peu là avec un CV qui décoiffe: libraire, barman, photographe, gogo dancer… La première chose que j’ai vue de lui c’est son cul, il dansait à poil sur le zinc dans un bar de nuit. Je me suis dit: il me faut ce gars dans ma bibliographie. J’y suis donc allée franchement. Et au lieu de récolter une baffe, je me suis trouvée gratifiée d’encouragements et de conseils bienveillants, voire de leçons de vie. Mon co-auteur s’est rapidement révélé un gourou précieux.

P.L.: Comment aurais-je pu refuser mon aide bienveillante à cette talentueuse jeune femme alors au creux de la vague? J’ai évidemment accepté de mettre toute mon énergie positive, mes talents insondables et mon charisme étincelant au service de la carrière d’Anna. Et si cela devait passer par le fait de commettre un livre avec elle, voire deux… qu’il en soit ainsi. Même si cela devait se faire sans montrer mes fesses.”

Pour autant, Demain et son florilège Et plus si affinités – un recueil de petites annonces roses drôlissimes et parfois pitoyables (quant à leur contenu, leur orthographe – rappelez-moi, la France affiche 80% de réussite au bac? impossible!)* – ne verse pas que dans la “dévergonderie”!

Derrière un style léger bien que poétique, sensible mais parfois crû, les auteurs pointent du doigt quelques travers de la société contemporaine. Comme vouloir rester jeune (irresponsable) à tout prix, ce qui se traduit par cumuler les aventures et refuser de se donner dans les relations. Ils évoquent les implications réelles des réseaux sociaux virtuels, la solitude urbaine, les petites habitudes obsessionnelles et même la malbouffe! Sans pointer un doigt dédaigneux dessus, juste soit dit en passant, comme ça:

“Je chausse mes lunettes pour regarder les gens passer, les détails m’intéressent, les humains me distraient. Ma salade arrive. Dans une coupelle un jet de cette sauce blanche, vinaigrette industrielle homogénéisée avec des proétines de lait, je m’en doutais, je mangerai donc ma salade sans sauce. Je n’ai pas décidé si je passais moins pour une emmerdeuse en demandant ‘sans sauce’ ou ‘avec la sauce à part’. Entre deux anchois, que je coince entre un bout de tomate et d’oeuf dur, je vais noter mes déplacements dans mon agenda. Coordonnerie, ok, pressing, ok. Enorme satisfaction que de faire des listes pour biffer ensuite les tâches accomplies.” (p.15).

J’ai adoré la première partie du roman. J’ai un peu moins accroché avec le style, plus masculin (!) de la deuxième partie, tout en continuant à dévorer le livre car je voulais connaître la fin de l’imbriglio amoureux des protagonistes. Et j’ai carrément été déçue par la chute, qui tient en une page, une drôle de page…
J’aurai aimé que l’histoire ne se termine pas en queue de poisson. L’image qui me vient à l’esprit – peut-être parce que l’heure du déjeuner approche – est celle d’un soufflé qui retombe trop vite. Dommage car la mayonnaise avait bien pris! Mais elle laisse un arrière goût décevant dans la bouche. Bon rassurez-vous, il ne s’agit que de la 207 page, et je vous recommande chaudement la lecture des 206 précédentes…

Publicité

* Une sélection des petites annonces gratuites”#062 [Homme – 42 ans] kikou quoi dire de moi reste le meme un peut deçu mais la vie continnue et qui c un jour peut etre une personne me redonnera l etincelle que j avait dans les yeux et pour sa c que joie et bonne humeur  si tu aime la moto et les enfants soit la bien venue amitier et deboulade et qui c “(p.71)

“#031 [Femme – 22 ans] Aucunement conventionnelle ni conformiste, un brin en marge mais beaucoup sociable quand même… sombre, compliquée et pessimiste au possible. Si vous etes déglingtitude addicted bienvenue au pays de candy… bodmodifiée parce que je m’aime redessinée à ma manière…” (p.40)

“#011 [Femme – 23 ans] Dépourvue de l’option ‘couple’ depuis maintenant quelques années je compte bien en faire la demande au Père Noël cette année. Ca changerait. pas trop fan des fashions man et starlettes, je préfère un mek plein d’humour avec un ptit regard pétillant et un sourire malicieux. Pas trop facile à vivre sinon c’est chiant et surtout pas trop prévisible. Parce que si c pour écrire un texto tous les matins à la même heure: ‘salut ma belle j’espère que t’as bien dormi passe une bonne journée’ c pas la peine de claquer ton forfait.” (p.20)

“#090 [Homme – 37 ans] DIDIER 100 mg (molécule Passion) Composition: Souriant, Ambitieux, Tendre, Doux, Généreux, Education, Humour, Bougeotte. Dans quel cas utiliser DIDIER 100 mg? Ce médicament est indiqué en cas de solitude, de perte de sourire et d’espoir en l’amour! Il n’est pas impératif de consulter un médecin pour commencer le traitement. En cas de doute, consulter DIDIER en cliquant sur ‘chat ou mail’. Dans quel cas ne pas utiliser DIDIER 100 mg? Ne pas utiliser ce médicament en cas de malhonnêteté, de mensonge, d’infidélité, de trouble de la personnalité, incertitude en son avenir et de nuit sans lendemain… Interactions médicamenteuses: Ne pas utiliser DIDIER 100 mg avec d’autres médicaments sous peine de rejet immédiat. Effets secondaires: Forte accoutumance, perte de poids, pensées préoccupées, déprime en cas d’absence de DIDIER 100 mg” (p.99).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *