Le mobilier futuriste et modulaire de Joe Colombo

Portrait de Joe Colombo assis dans un fauteuil Elda (conçu en 1963), 1967Joe Colombo, l’invention du futur

Jusqu’au 19 août 2007

Musée des arts décoratifs, 107 rue de Rivoli 75001, 01 44 55 57 50, 8€

En 1969, le musée des arts décoratifs montrait pour la première fois en France l’oeuvre du designer italien, Joe Colombo (1930-1971). Trente-huit ans plus tard, le musée parisien lui consacre une rétrospective à l’image de son oeuvre: internationale, coordonnée, structurée et flexible.


Joe Colombo, de son nom originel Cesare Colombo, se rallie au mouvement de peinture nucléaire (Movimento Nucleare), fondé par Enrico Baj, au début des années 1950. Après cette première filière artistique – picturale – il va se tourner vers la sculpture puis l’architecture. Avant de se consacrer définitivement à la conception de mobilier, de produits industriels et d’intérieurs à partir des années 1960.
Ses premiers dessins (cf. Nuclear City en 1952) annoncaient déjà les concepts phares de sa ligne de création mobilière. Futurisme, amour des courbes, et fonctionnalité.

Aménagement de l'intérieur expérimental Visiona 1, à la foire du meuble de Cologne de 1969. Bayer, Leverkusen. Divers matériaux venant de Bayer. Dimensions approximatives: 14 x 8 m. Avec Tullio Bonaretti, Antonio Grieco, Ignazia Favata et Maria Pia ValotaJoe Colombo est l’homme qui invente le “tout en un”, l’extrêmité de son projet s’incarnant dans son Rotoliving et son Cabriolet bed. Le premier possède toutes les fonctionnalités d’un living-room. Côté recto, on trouve une horloge, une télévision, une stéréo et l’éclairage. Côté verso, table basse avec bar ou table à manger peuvent se déplier au besoin. Quant au lit Cabriolet, il possède un toit ouvrant sous forme de capote qui se referme pour l’intimité et s’ouvre pour constituer un espace propice à la Aménagement intérieur de l'appartement de Colombo (IV), Via Argelati 30b, Milan, 1970. Vue du Cabriolet Bed depuis le Rotoliving avec les parois coulissantes ferméesdétente, et à l’écoute de la musique (système de stéréo incorporé). Derrière sont disposés un miroir, une coiffeuse et des instruments de météorologie! Bien que jamais produit en série, l’ensemble est installé pour le propre usage de Colombo, dans son appartement milanais.

Mais Colombo est également le concepteur de produits aujourd’hui mondialement connus comme le fauteuil Elda (1963) à la structure autoportante en fibre de verrre, garnie de cuissins de cuir, et dont le dossier enveloppe la tête de celui qui s’y assied. Ou encore les lampes Acrilica (1962) et Alogena (1970).

Tube-Chair, 1969. Flexform, Meda, Milan (depuis 1970). Vitra (depuis 2005). Tubes de PVC, rembourrage de polyuréthane, tissu recouvert de polyuréthane, joints d'assemblage en métal et caoutchouc, sac de jute. Largeur: 58 cm, diamètre des rouleaux: 49/40/30/17 cmIl est le premier à utiliser le plastique moulé en un seul bloc pour le mobilier (cf. chaise Universale, 1965/67). Quant à son Tube-Chair (1969), il se compose de quatre cylindres de diamètres différents pouvant se combiner pour prendre diverses positions – du fauteuil au transat. Les rouleaux peuvent même être insérés les uns dans les autres pour tenir moins de place et être transportés dans un sac de toile!

Publicité

La mort prématurée de ce génie du design – il meurt d’un infarctus le jour de ses 41 ans – met un terme à la concrétisation de son “oeuvre totale”. Mais sa collaboration avec les plus grandes maisons d’édition (Kartell, Zanotta, O-Luce) a permis d’exporter ses idées à travers le monde. Et a contribué à diffuser la renommée de celui qui aimait dire: “Tous les objets dans une maison doivent être partie intégrante des pièces d’habitation afin qu’on ne parle plus de meubles mais plutôt ‘d’équipement'” (1971).

Si cette volonté aigue de rationnalisation du mobilier ne plairait pas aux aficionados des reliques de brocantes, les meubles anciens étant on ne peut plus encombrants et anti-fonctionnels dans un environnement urbain moderne, l’exposition du musée des arts décoratifs mérite le coup d’oeil. Car c’est un véritable plaisir de se confronter à la vision futuriste de Joe Colombo et d’évoluer dans une scénographie tout en courbes et déliés. Qui contraste fortement avec la rectitude des panneaux descriptifs et l’aseptisation qui se dégage des “cellules d’habitation”, où rien n’est laissé au hasard. Bazar et gaspillage sont bannis de cet univers, dans lequel même les meubles sont productifs, rentables, en somme capitalistes!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *