LEE Young-hee

L’étoffe des rêves. Séoul-Paris

Jusqu’au 9 mars 2020

Musée national des arts asiatiques – Guimet, 6 place d’Iéna, Paris 16e

Publicité

Le musée Guimet a reçu près de 2000 pièces de la créatrice de mode coréenne LEE Young-hee (1936-2018), célèbre pour avoir renouvelé l’usage du traditionnel habit coréen, le hanbok. Possédant a plus grande collection de textiles coréens en dehors du pays, le musée Guimet rend hommage à une créatrice considérée comme la plus grande figure de mode coréenne.


Miindo Hanbok, Réplique de hanbok inspirée de la peinture Portrait d’une beauté de SIN Yun-bok (1758-1813), années 1990. Soie © MAISON DE LEE YOUNG-HEE / tous droits réservés

L’exposition met à l’honneur son savoir-faire du hanbok, de sa maîtrise de la tradition à ses formes libérées. Des accessoires et des pièces de Haute Couture complètent un parcours aérien, qui nous fait voleter entre la légèreté des tissus présentés – organza et taffetas de soie – et la finesse des motifs.

Le parcours aborde les trois domaines caractéristiques de la création de LEE Young-hee : ses recherches historiques consacrées au vêtement coréen traditionnel (avec l’aide de l’universitaire reconnue SEOK Ju-seon) ; ses hanboks innovants, et ses pièces de Haute Couture qu’elle présente à la Fashion Week de Paris en 2010, 2012 et 2016.


Robe, Collection Haute Couture 2010 et 2016. Soie teinte à la main
© MAISON DE LEE YOUNG-HEE / tous droits réservés

LEE Young-hee recrée méthodiquement les vêtements des officiels de la période Choson (1392-1910) et des costumes de cour. Avec l’ouverture du pays en 1998 et les Jeux Olympiques de Séoul, la créatrice prend à coeur de faire connaître le hanbok à l’étranger. Elle dépoussière son image en le composant d’une robe ample et d’un court boléro (au lieu de la traditionnelle veste courte sur une robe longue). Elle adopte aussi le jean et les couleurs intenses, dont le noir de jais égayé de quelques broderies florales.

Publicité

Préciosité des tissus, attention accordée aux détails (toutes les finitions sont faites à la main), légèreté des drapés, fluidité des formes, matières innovantes à base de fibres d’ananas, et effets de transparence font de ces créations des merveilles pour les yeux !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *