Costumes du XXe siècle à l’Opéra de Paris

L’étoffe de la modernité

Jusqu’au 30 septembre 2012

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id=”2841100316″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Palais Garnier, Paris VIII

 

Le Palais Garnier organise dorénavant deux expositions annuelles en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France. Cet été, il présente les costumes portés par les chanteurs et danseurs de l’Opéra de Paris. Entre maquettes, photographies et magnificence des tissus, le visiteur découvre avec émotion l’odyssée du costume de scène.

La passion pour le costume de théâtre fait fureur dès le XIXe siècle. En atteste l’Exposition universelle de 1878 qui lui consacre quelques-uns de ses espaces. A cette époque, les ateliers – costumes et décors – de l’Opéra de Paris sont célèbres dans toute l’Europe. Les opéras de Gounod, Wagner, Verdi, Massenet et Saint-Saëns sont l’occasion pour les petites mains du Palais Garnier d’exposer leur savoir-faire.

 

Sous la direction de Jacques Rouché (1914-1945), les peintres entrent au service de l’Opéra. Léon Bakst, Fernand Léger, Giorgio de Chirico, Paul Colin, Roger Chapelain-Midy, etc., imaginent des costumes dont le rôle n’est plus simplement de parer le chanteur ou le danseur mais de créer une vision scénographique globale.

 

A partir des années 1960, ce sera au tour des stylistes de reprendre le flambeau. Roland Petit demande à Yves Saint Laurent de dessiner les costumes de Notre-Dame de Paris ; Robert Wilson confiera ceux de la Flûte Enchantée à Kenzo ; Christian Lacroix hisse la virtuosité des ateliers de l’Opéra au niveau de la haute-couture. Le costume de scène devient dès lors une part essentielle de son travail.

 

Publicité

L’exposition est scindée en deux. Une partie, historique, située à gauche de l’Orchestre et une partie, contemporaine, dans les galeries autour de l’escalier principal ainsi qu’au sous-sol. L’intérêt de cette exposition, en dehors de la majestuosité des maquettes et des costumes est de découvrir l’envers du décor. Des panneaux photographiques permettent de mettre à découvert les visages de ceux qui cousent, coiffent, habillent les stars de l’Opéra. Mais rassurez-vous, cette révélation des dessous de la scène n’enlève rien à la magie du spectacle. Bien au contraire.

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *