Sciences participatives

Enquêteurs de nature

Jusqu’au 16 mai 2016

Cabinet d’Histoire du Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier, Paris 5e

Le Museum national d’Histoire naturelle a recours aux sciences participatives pour développer ses recherches sur la biodiversité. En résonance avec la COP21, un de ses programmes phares, Vigie Nature, est présenté au Cabinet d’Histoire. L’occasion de découvrir ces réseaux de citoyens qui observent l’environnement, à la fois pour se reconnecter avec la nature et faire avancer la science.

Oiseaux, insectes, chauves-souris, plantes, escargots… sont scrutés par des milliers de personnes, suivant un protocole simple mais rigoureux, et offrant ainsi au Muséum une armée de bénévoles, acteurs de la recherche !

Observatrice SPIPOLL (Suivi Photographique des Insectes Pollinisateurs) (c) Lisa Garnier

Ils transmettent aux scientifiques des données de terrain et participent ainsi à l’amélioration des connaissances sur la biodiversité, la nature de proximité parfois méconnue, mais aussi sur des enjeux plus dramatiques comme le réchauffement climatique, l’urbanisation, l’intensification de l’agriculture.

Le parcours présente quelques spécimens suivis (oiseaux, coléoptères, papillons, planches d’herbier) et le matériel utilisé par les naturalistes sur le terrain (bagues et GPS, enregistreurs d’ultrasons, carnets botaniques, nichoirs à abeilles solitaires…).

Grâce à ses dispositifs mutimédia, l’exposition nous prouve qu’il est très facile d’être acteur d’un monde plus vert. Elle apporte des conseils pratiques pour que chacun puisse améliorer la biodiversité. Par exemple, pour lutter contre l’appauvrissement des milieux naturels, favorisez les nidifications artificiels. Pour cela, installez des mangeoires et des nichoirs en bois, à 2 m de hauteur pour qu’ils soient inaccessibles aux chats. Pour favoriser la pollinisation : installez des bûches percées de petits trous (4 cm de profondeur) orientées vers le sud afin que les insectes pollinisateurs viennent s’y reproduire. Laissez des zones en friche sur votre balconnière ou dans votre jardin. Plantez-y des espèces mellifères locales, riches en pollen et en nectar (rose trémière, souci, jacinthe, myosotis). Et, surtout, oubliez les pesticides !

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.