Une portraitiste ambitieuse

Elisabeth Louise Vigée Le Brun, "Gabrielle Yolande Claude Martine de Polastron, duchesse de Polignac", 1782, huile sur toile, 92,2 x 73,3 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, © Photo Rmn-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard BlotElisabeth Louise Vigée Le Brun

Jusqu’au 11 janvier 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Grand Palais, Galeries nationales, entrée Clemenceau, Paris 8e

Publicité

Après Velasquez, le Grand Palais présente le pendant féminin d’une grande portraitiste à la cour, Elisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842).

L’exposition couvre la carrière de cette jolie artiste, à qui l’on a reproché d’utiliser ses beaux traits pour vendre ses toiles, du règne de Louis XV à celui de Louis-Philippe. Ce segment chronologique représentant l’une des périodes les plus troublées de l’histoire française, E. Vigée Le Brun le passe à parcourir les cours européennes, avant de rentrer en France en 1802.

Elisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de l'artiste avec sa fille, dit "La Tendresse maternelle", 1786, huile sur panneau de chêne, 105 x 84 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, © Photo Rmn-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux

Née à Paris dans un milieu modeste – sa mère est coiffeuse, son père portraitiste -, Vigée Le Brun suit les pas de son père et entre à l’Académie de Saint-Luc, confrérie des peintres et sculpteurs. Elle épouse en 1776 Jean-Baptiste Pierre Le Brun (1748-1813), peintre, restaurateur et marchand d’art important, ce qui l’empêche initialement d’être admise à l’Académie royale de peinture et de sculpture, dont le règlement interdit tout contact avec les professions mercantiles. Si le mariage est sentimentalement malheureux, il profite néanmoins à sa carrière grâce au réseau de clients de son mari.

Pugnace, développant un style personnel, l’artiste apprend à maîtriser les couleurs comme en attestent trois tableaux clés de l’exposition : son autoportrait la représentant avec sa fille Julie (musée du Louvre), idéalisant l’amour maternel, qui fait face à celui de la reine Marie-Antoinette, entourée de ses enfants (musée national des châteaux de Versailles et de Trianon), et en contrepoint duquel trône le portrait d’Hubert Robert (musée du Louvre), incarnant le génie créateur. Selon Joseph Baillio (historien de l’art), co-commissaire de l’exposition, ces oeuvres “se parlent, se répondent et se complètent”.

Elisabeht Louise Vigée Le Brun, "Marie-Antoinette et ses enfants", 1787, huile sur toile, 275 x 216,5 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Photo Rmn-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Si Vigée Le Brun parvient à pénétrer les cercles bourgeois puis aristocratiques et royaux, Xavier Salmon (conservateur général du patrimoine, directeur du département des Arts graphiques du musée du Louvre), co-commissaire de l’exposition, prévient : “Marie-Antoinette n’a posé que trois fois pour Vigée Le Brun, car la reine n’avait pas de temps à consacrer aux artistes. Marie-Antoinette est loin d’être une proche de Vigée Le Brun, comme le laisse entendre ses Souvenirs“.

Quoi qu’il en soit, de part ses fréquentations, l’artiste est menacée par les Révolutionnaires. Craignant pour sa vie, elle est contraint de fuir et part en Italie avec sa fille. Elle intègre l’Accademia di San Luca, après avoir achevé un autoportrait destiné à la galerie de Ferdinand III, au Palazzo degli Uffizi (Galerie des Offices) à Florence. Elle peint ensuite, à Naples, la reine Caroline et une de ses filles.

En 1792, son nom est inscrit sur la liste des émigrés du département de Paris ; Vigée Le Brun perd ses droits civiques. Afin de sauvegarder leurs biens, son époux demande le divorce. Pendant ce temps la portraitiste capture les traits de la société cosmopolite viennoise.

En 1795, elle arrive à la cour de Saint-Pétersbourg, auprès de l’impératrice Catherine II. En 1800, elle est reçue à l’Académie des Beaux-Arts de Russie et rejoint Moscou.

Elle voyage ensuite à Berlin, Potsdam, et réalise des pastels préparatoires aux portraits de famille royale prusse.

Publicité

Vigée Le Brun rejoint Paris en 1802, où est elle fêtée. Un an plus tard, la voilà déjà de nouveau sur la route : elle se rend à Londres puis en Hollande et en Belgique.

En 1805, elle s’installe à l’hôtel Le Brun à Paris. Un an plus tard, elle reçoit la commande impériale d’un portrait de Caroline Bonaparte. Elle voyagera encore en Suisse (1807 et 1808) et en France (Bordeaux, Méréville, Orléans, Blois, Tours, 1820).

Après avoir perdu son ex-mari (1813), sa fille (1819) et son frère (1820) Etienne, dramaturge célèbre, elle s’éteint en 1842. Elle repose à Louveciennes, sur sa tombe figure l’inscription « Ici enfin, je repose ».

Moi qui avais trouvé que l’exposition Velasquez présentait beaucoup de portraits, que dire de celle-ci ! Un seul paysage apparaît en fin de parcours… Cela dit, ils sont admirablement exécutés. Le rendu de la chair du visage est fascinant, celui des étoffes est éblouissant. Les poses et les costumes sont variés. Mais il reste que vous êtes devant quelque 150 portraits à observer et que les plus intéressants se trouvent en début de parcours !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Une portraitiste ambitieuse

  1. Ping :Un peintre visionnaire Musée du Louvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *