Les années 1950

Christian Dior (Boutique), 1953-1954 / Jacques Fath, vers 1947 / Grès, A/H 1956 Collection Palais Galliera © Gregoire AlexandreLa mode en France 1947-1957

Jusqu’au 2 novembre 2014

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Palais Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, Paris XVI

Le Palais Galliera fait revivre les années 1950, âge d’or de la haute couture française marqué par l’heure de gloire de Christian Dior jusqu’à celle de son héritier spirituel, Yves Saint Laurent. Soit une décennie avant que le prêt-à-porter ne vienne révolutionner le milieu de la mode…

Christian Dior, robe du soir "Marivaux" P/E 1954. Ottoman de soie bleu très pâle, bustier brodé de soie polychrome et paillettes © Eric Emo / Galliera / Roger-ViolletDébut 1947, Christian Dior lance la première collection de maison de couture. Finie l’image de la femme-soldat ; la guerre est finie ! Les femmes se font chics, féminines ; la poitrine est marquée, la taille soulignée, la jupe ample. Carmel Snow, rédactrice en chef de Harper’s Bazaar, baptise cette collection New Look. Un nom qui restera dans les annales pour symboliser une silhouette “sablier”, généreuse en tissu.

Parallèlement, la ligne “tonneau” de Balenciaga, au volume s’évasant dans le dos et autour de la taille, fait fureur.

Fragilisée depuis la crise de 1929 puis la Seconde Guerre mondiale, la haute couture française reprend des couleurs. Les maisons parisiennes deviennent synonyme de luxe, d’élégance et d’innovation. Citons Jacques Heim, Elsa Schiaparelli, Jacques Fath, Pierre Balmain, Hubert de Givenchy, Jacques Griffe, Pierre Cardin.

Chanel, P/E 1954 Archives Chanel © Gregoire AlexandreEn 1954, Coco Chanel revient sur le devant de la scène et crée la rupture avec un tailleur droit et strict. Mademoiselle Coco entend s’opposer aux diktats d’une mode imposés par les hommes.

L’exposition dévoile ainsi une centaine de pièces griffées des plus célèbres de ces couturiers et met en avant des noms aujourd’hui oubliés tels Jean Dessès, Madeleine Vramant, ou Lola Prusac.

Publicité

Balenciaga, Robe du soir "Baby doll", 1958-1959 Taffetas de soie rose fuchsia © Stéphane Piera / Galliera / Roger-ViolletLa scénographie est intéressante avec un long mur-ruban cerné de lumière pour présenter la garde-robe de jour. Quant aux robes du soir, elles sont regroupées dans la grande galerie, au sein de quatre îlots disposés en enfilade, parmi lesquels le visiteur peut tournoyer à son aise.

Un air de bal souffle sur le palais Galliera ; chaussez-vous vite avant que le carrosse ne disparaisse !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *