Vivre pour l’art

Piet Mondrian Composition avec bleu, rouge, jaune et noir Huile sur toile, 1922 Abou Dhabi, Louvre Abou Dhabi Ancienne collection Yves Saint Laurent - Pierre BergéJacques Doucet – Yves Saint Laurent

Jusqu’au 14 février 2016

Catalogue de l’exposition : 

Publicité

Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, 3 rue Léonce Reynaud, Paris 16e

Deux maîtres de la mode, deux collectionneurs de maîtres. La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent rend hommage à Jacques Doucet (1853-1929) et YSL (1936-2008) , dans une ultime exposition intitulée “Vivre pour l’art”.

On entre chez l’un (rue Saint-James à Neuilly) et l’autre (rue de Babylone à Paris) pour découvrir une sélection d’oeuvres de maîtres qui ont appartenu parfois aux deux hommes (banquettes de Gustave Miklos, 1928 / tabouret en hêtre d’inspiration africaine de Pierre Legrain / Il Ritornante, 1917/18 de Giorgio de Chirico).

 Giorgio de Chirico Il Ritornante Huile sur toile, 1917-1918 Centre Georges Pompidou, Paris © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN- Grand Palais / Georges Meguerditchian © ADAGP, Paris 2015 Ancienne collection Jacques Doucet puis Yves Saint Laurent - Pierre Bergé

Chez le premier trônent La Charmeuse de serpents (1907) de Henri Rousseau, la Muse endormie II (vers 1923) de Brancusi, face à La Blouse rose (1919) de Modigliani, Esquisse pour le cirque de Georges Seurat (1891) et Composizione metafisica con giocattoli (1914) de Giorgio de Chirico. Sans oublier le meuble d’appui de Paul-Louis Mergier en chêne, peuplier, bois laqué avec incrustations de coquille d’oeuf et de nacre.

 Salon du studio Saint-James, chez Jacques Doucet Image parue dans le journal L’illustration en 1930 © Béatrice Hatala

A partir de 1970, Pierre Bergé et YSL emménagent dans le 7e arrondissement parisien et y rassemblent une collection digne d’une exposition muséale, à partir d’oeuvres d’arts premiers – L’oiseau Senufo est la première oeuvre qu’ils achètent ensemble -, d’arts classiques comme Goya (Portrait de Don Luis Maria de Cistué y Martinez, 1791) ou modernes comme Mondrian (Composition avec bleu, rouge, jaune et noir, 1922) , Picasso (Homme à la guitare, 1912 ; Instruments de musique sur un guéridon, 1914), Matisse (Le Danseur, 1937/38), Manet (Sur la plage, 1873) et plus tard Warhol (Portrait d’Yves Saint Laurent, 1972). ” Il y a des gens qui changent leur appartement tous les trois ans. Moi, je déplace les objets, ça leur donne une nouvelle vie “, disait Yves Saint Laurent. Il est certes plus facile de déplacer des tableaux que de dénicher un duplex de 600m2, même tous les 3 ans, à Paris !

Publicité

 Grand Salon du 55 rue de Babylone, où vécut Yves Saint Laurent de 1970 à 2008 Photographie Nicolas Mathéus

Cette sélection d’oeuvres réunie ici est exceptionnelle. L’atmosphère des intérieurs des couturiers y a été recrée avec succès. Ne manquez pas cette dernière exposition dans cet espace-fondation, avant la création d’un musée YSL…

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *