Les 7 unités du monde

Sur Mesure

Jusqu’au 5 mai 2019

Achetez le catalogue de l’exposition : 

Musée des arts et métiers, 60 rue Réaumur, Paris 3e

Le musée des arts et métiers propose une exposition sur le thème de la mesure alors que 2018 marque la disparition du dernier étalon matériel : le kilogramme. Le parcours se veut autant un rappel historique sur la métrologogie [science de la mesure] qu’une réflexion sur la quantification des données à tous les niveaux de notre vie, dans la société du XXIe siècle.

Publicité

Le Conservatoire des arts et métiers, créé par l’abbé Grégoire, et le système métrique décimal sont tous deux des créations de l’époque révolutionnaire. L’unification des mesures a permis, au temps des Lumières, la diffusion des connaissances et des échanges scientifiques, commerciaux et techniques.

“Les savants de la Révolutions étaient convaincus que la mesure serait l’un des grands enjeux de la société industrielle qui pointait alors”, commente Bruno Jacomy (conservateur en chef honoraire du patrimoine), commissaire de l’exposition.

Que n’avaient-ils pas raison ! Le temps qui passe, la vitesse de notre voiture, notre poids, le “la” en musique, les gigaoctets de nos ordinateurs, etc. Sans parler de toutes ces applications sur téléphone qui mesure votre temps d’écran, calcule le nombre de vos pas, mesure votre rythme cardiaque… les chiffres dominent notre quotidien, à tel point qu’ils se font oublier ! Il est vrai que sans mesure, l’humain n’aurait pas de repère.

A travers le parcours qui revient sur le lien entre la mesure et le corps humain, les différentes unités et les multiples usages de la mesure, des activités ludiques permettent de confronter la théorie à la pratique. Un curseur propose d’évaluer un mètre (pas si évident !), un quadrant la hauteur d’une tour et un colorimètre nous fait prendre conscience des différences de perception que l’homme a de la couleur.

Une salle expose ensuite des instruments de mesure historiques du monde entier : tonneaux pour mesurer les matières sèches (Pays-Bas, 1866/67), mesures tronconiques en bois pour mesurer les grains (Egypte, XVIIIe siècle), mesures étalons en laitons pour les liquides (Royaume-Uni, 1870), mesure étalon pour le vin (Rome, 1842).

Un peu plus loin, un article daté de 1967 évoque la pensée du mathématicien franco-américain, Benoît Mandelbrot, de mesurer la longueur de la côte bretonne. Qui varie en fonction de si on la mesure en avion, en voiture ou à pied, entre 2.700 et 10.000 km, voire à l’infini si on l’observe au microscope ! Il en déduit le concept des fractales : étranges objets mathématiques pour lesquels l’agrandissement d’un point est semblable au tout.

Aujourd’hui, le Système International d’unités (SI) redéfinit quatre mesures : le kilogramme (qui disparaît en 2018), l’ampère, le kelvin et la mole. Les nouvelles définitions ont pour objectif l’universalité et la dématérialisation des mesures. Car pour construire par exemple des avions dont les pièces sont fabriquées aux quatre coins de l’Europe, encore faut-il que les les-dites pièces puissent s’ajuster !

Publicité

Les Américains ont amèrement fait les frais de cette non-universalité des mesures. Le 23/09/99 à 10h41 (heure française), la sonde US Mars Climate Orbiter commence sa mise en orbite autour de Mars après 286 jours de vol. Elle passe derrière la planète mais ne réapparaît pas. Le 01 février 2000 le rapport officiel est sans appel : la perte de la sonde est liée à une erreur d’unités. Le constructeur travaillait avec des unités anglo-saxonnes alors que tout devait obéir aux unités du SI. La sonde ne s’est peut-être pas écrasée sur Mars mais pourrait avoir poursuit sa route bien plus loin…

Une exposition éducative, ludique, très bien mise en scène. A découvrir en famille pendant les vacances scolaires !

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *