L’art d’aimer au Moyen-Age

Le Roman de la rose

[amazon_link id=”2253060798″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER CE LIVRE[/amazon_link]

Jusqu’au 10 février 2013

Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, Paris IV, Entrée libre

 

Lieu insolite, la bibliothèque de l’Arsenal offre une exposition enluminée! Organisée par la BnF, elle propose de découvrir les différents manuscrits du Roman de la rose. Poème médiéval courtois, dont tout le monde a entendu parler… sans vraiment savoir de quoi il retourne!

Initié par le poète Guillaume de Lorris et poursuivi par le clerc parisien Jean de Meun, le Roman de la rose est un long poème médiéval (XIIIe siècle) dont il reste aujourd’hui près de trois cent copies manuscrites. “Ce chiffre considérable hisse le Roman de la rose au panthéon des oeuvres littéraires de la langue française”, commente la commissaire de l’exposition, Nathalie Coilly (conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal, BnF).

Le roman traite de l’amour tant physique que spirituel sous la forme d’un songe allégorique. Un jeune homme, l’Amant, rêve qu’il découvre un verger secret, où repose une belle Rose. Ce texte appartient au corpus des Arts d’aimer médiévaux, héritiers de l’Ars amatoria d’Ovide, et répond à une codification littéraire. Tout en étant subversif – la défloraison est explicitement charnelle!

Si la première partie du poème décrit les codes de l’amour courtois, la seconde s’ouvre sur des considérations philosophiques qui témoignent de l’érudition de l’époque et de son auteur. Grivoiserie et finesse intellectuelle, savamment dosées, expliquent le succès du roman.

Publicité

Au XVe siècle, le Roman de la rose suscite une querelle littéraire entre ses partisans et ses détracteurs, en particulier l’auteure Christine de Pisan, qui dénonce la misogynie des idées. C’est ainsi que l’oeuvre est peu à peu oubliée en dehors des cercles universitaires. Toutefois, l’amour étant un sujet intemporel, son intérêt est de nouveau sous les feux de la rampe.

Parquet craquant, horloge “tic-tacante”, l’écrin de cette exposition est délicieusement suranné. La bibliothèque prête à se projeter des siècles en arrière pour découvrir les enjeux littéraires d’un roman, dont les manuscrits sont magnifiquement illustrés.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *