Nuit blanche 2021

Samedi 2 octobre 2021 à 20h et 21h

Spectacle de cirque aérien à 20h et 21h

Carte blanche à El Anatsui : “En quête de liberté” – Jusqu’au 14 novembre 2021

Conciergerie de Paris, 2 boulevard du Palais, Paris 1er

Dans le cadre de la Nuit blanche, un spectacle de cirque aérien anime les voûtes de la Conciergerie, lieu de pouvoir puis d’enfermement, vestige du palais royal médiéval devenu prison sous la Révolution. Profitez-en pour voir l’exposition contemplative du Ghanéen El Anatsui, première exposition personnelle en France pour cet artiste de renommée internationale, qui marque le début de la Saison Africa.

“Instants en suspension”

Deux acrobates de L’Envolée cirque réaliseront une performance courte sur les thèmes chers à l’artiste ghanéen : la matière, le temps, l’humain. Équilibre, contre-poids et imbrications questionnent le rapport à l’autre.
Entrée libre.

En quête de liberté, détail de l’installation, 2020. El Anatsui © Eric Sander

“En quête de liberté”

Plongée dans une lumière tamisée, cette installation fait écho à l’histoire du lieu et au temps qui passe. Elle convoque les cinq éléments de la nature: l’eau, le vent, le bois, le métal et la pierre.

Deux rivières mêlant textile et projection vidéo – référence aux deux bras de la Seine qui entourent l’île de la Cité -, parcourent la salle des Gens d’Armes sur de vieilles traverses de chemin de fer. L’effet du déplacement est suggéré par le cheminement ininterrompu de l’eau qui reflète le ciel et par une projection du cycle journalier du soleil.

Une cinquantaine de pierres, posées telle une haie d’honneur, invitent les visiteurs à s’asseoir et à méditer sur leur présence et les esprits du passé.

El Anatsui, Timespace (Detail) 2014. Aluminium and copper 325 x 495 cm Photo Jonathan Greet Image courtesy October Gallery, London

Sur les murs et dans les cheminées, six sculptures métalliques aux reflets chatoyants, composées de capsules de bouteilles d’alcool et de lames de canettes de sodas, symbolisent les portes ouvrant sur l’extérieur et l’infini champ des possibles.

Une exposition poétique qui invite à une méditation sur le temps qui passe, en résonance avec l’histoire du palais de la Cité.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *