Quand la nature se fait matière picturale

Nils Udo – Nature

Jusqu’au 01 octobre 2011

L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard 75015

La rétrospective Nils Udo (né en 1937 en Bavière) à l’Adresse Musée de La Poste regroupe plus de soixante-cinq oeuvres dans une scénographie très épurée. On y découvre ses photographies et peintures toutes centrées sur la thématique de la Nature, dont il sait “éveiller ce qui est potentiellement latent”.

Le parcours de l’exposition est sobrement divisé en deux parties. Sont présentées les photographies des installations végétales et minérales de Nils Udo qu’il a réalisées aux quatre coins du monde: de Central Park aux volcans de La Réunion en passant par les parcs publics de New Dehli et le désert de Namibie.

La seconde partie dévoile ses peintures, medium avec lequel il a renoué avec passion en 2004, après l’avoir arrêtée depuis 1972. Car la thématisation de la nature de façon artificielle semblait le mener dans une impasse.

Le visiteur découvre des dessins préparatoires – extrêmement rares chez l’artiste – de deux projets réalisés pour des particuliers: les champagnes Feuillatte et le domaine de Méréville.

Enfin, un film permet de suivre Nils-Udo dans la construction, en 2005, de son projet monumental Clemson Clay Nest au Botanical Garden of South Carolina, Université de Clemson (USA).

Voilà pour la présentation factuelle. Un peu d’analyse maintenant.

Comme les Romantiques, Nils-Udo confronte la nature avec tous ses sens et nous oblige à voir ce que nous oublions souvent de voir.  “En traduisant avec subtilité et émotion l’énergie que traverse toute chose, Nils-Udo instaure, selon ses propres mots, ‘la poésie dans le fleuve inhumain du Temps’; poésie qu’il honore jusque dans le titre donné à ses réalisations. Par exemple, La Fleur Bleue – Paysage pour Henri d’Ofterdingen, plantation de 5000 fleurs bleues, dont il emprunte l’intitulé au poète romantique allemand Novalis, lui rendant ainsi hommage”, commente Josette Rasle, commissaire de l’exposition.

Ses installations végétales ou minérales combinent couleurs et lignes qui forment une mise en scène délicate, tenant compte des saisons. L’artiste les photographie avant de les laisser se décanter et retourner silencieusement à la terre.

Publicité

Au-delà de la poésie de son geste, Nils Udo entend dénoncer, bien évidemment, l’action de l’homme sur l’environnement. Ce qui déplaît à certains. Avec La Mort (1984), installation dans la baie de Somme constituée d’arbres morts, il préfigure le futur de l’humanité. Cette oeuvre, trop dérangeante, a dû être démontée…

A noter: Du 8 juin au 30 juillet 2011, la galerie Pierre-Alain Challier organise une exposition des dernières peintures de l’artiste, “L’Expérience de la nature” (exposition ouverte du mardi au samedi de 11h à 19h).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Quand la nature se fait matière picturale

  1. Marie dit :

    Très bonne thématique pour une exposition. Merci du partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *