Le tour du monde en 80…minutes!

Carnets de voyage – Le monde au bout du crayon

Jusqu’au 23 avril 2011

[amazon_link id=”229500229X” target=”_blank” ]ACHETER CE LIVRE SUR AMAZON.FR[/amazon_link]

L’Adresse Musée de La Poste, 34 bd de Vaugirard 75015

Plus de 800 dessins sont présentés à l’Adresse Musée de La Poste pour nous faire voyager autour du monde grâce aux souvenirs crayonnés d’une quarantaine de carnettistes. Emotions garanties face à cet ailleurs emprunt de poésie sous les doigtés des artistes.

Suite au succès de l’exposition “L’art du carnet de voyage de 1800 à nos jours” présentée l’été dernier, l’Adresse Musée de La Poste oriente le sujet des carnets de voyage sous un angle quelque peu différent.

Cette fois-ci, il s’agit d’exposer “la plus grande diversité de styles (du dessin ‘conventionnel’ sans être péjoratif à la bande dessinée) et la plus grande couverture géographique puisqu’il s’agit pour le visiteur de faire un tour du monde. Le dénominateur commun étant, bien évidemment la qualité…”, explique Patrick Marchand, commissaire de l’exposition.

“Les artistes ont pour la plupart étudié dans les écoles d’art mais il y aussi des itinéraires d’autodidacte comme celui de Marcelino Truong, diplômé de l’IEP de Paris, agrégé d’anglais, Patrick Serc qui, avant de suivre des cours aux Beaux-Arts, était marin de la Marine Nationale”, poursuit-il.

Nous embarquons donc à Paris pour entreprendre un tour de France puis d’Europe avant de prendre le grand large. L’Afrique, L’Orient, l’Extrême-Orient, l’Amérique. Citons parmi les feuilles qui ont le plus retenues mon attention, Village Ghersegio, Ethnie Konso, Ethiopie de Sabine Hautefeuille; La jolie maraîchère de Can Tho, Viêtnam d’Arnaud d’Aunay; Chitwan, Népal de Samuel Chardon et Céline Roussel; New York de Virginie Broquet, Hollokö, Hongrie de Fabrice Moireau; ou encore Japon de Florent Chavouet.

Publicité

Assouvissement d’un rêve d’enfance, mythe de l’explorateur, routes sacrées (Saint-Jacques de Compostelle), désir de rencontrer des tribus ancestrâles, de rompre avec le quotidien. Autant de motivations qui guident les artistes vers l’ailleurs. Mais voyager c’est aussi, selon Jacques Ferrandez, une manière de “savoir qui on est”. Elsie Herberstein ne dit rien d’autre en affirmant “Je dessine, donc je voyage”.

Une fois de plus, l’Adresse Musée de La Poste nous surprend par la qualité de son exposition, la richesse des oeuvres présentées. A voir également “Calamity Jane, Mémoires de l’Ouest” (jusqu’au 12 mars 2011).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *