Kiki de Montparnasse

Dolorès, 1968-1995, 550 cm, polyester peint sur grillage, Sprengel Museum, Hanovre,© 2014 Niki Charitable Art Foundation, All rights reserved. Donation Niki de Saint PhalleNiki de Saint Phalle

Jusqu’au 2 février 2015

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Grand Palais, entrée Champs-Elysées, Paris VIII

De culture mi-française mi-américaine, femme mais de tempérament garçon manqué, Niki de Saint Phalle (1930-2002) développe une personnalité et une oeuvre bien plus complexe que ses colorées et rigolotes Nana ne pourraient laisser penser. Comme nous le fait découvrir la rétrospective qui lui est consacrée au Grand Palais, la première depuis la mort de l’artiste.

Saint Sébastien (Portrait of My Lover / Portrait of My Beloved / Martyr nécessaire,100 x 74 x 15 cm , peinture, bois et objets divers sur bois, Sprengel Museum, Hanovre, donation de l’artiste en 2000© 2014 Niki Charitable Art Foundation, All rights reserved / Photo : Laurent CondominaNiki de Saint Phalle, née à Neuilly mais élevée aux Etats-Unis, où elle finira sa carrière, s’imprègne à la fois de la culture américaine – des drippings à la Pollock au Pop Art, que du mouvement du Nouveau Réalisme français, dont elle est la seule représentante féminine.

Pierre Restany, critique d’art et membre fondateur du mouvement, l’invite à rejoindre ses acolytes après avoir vu son premier Tir (1961) – l’artiste tire sur ses oeuvres à la carabine dont s’écoule des flots de couleurs -. Oeuvre qui symbolise à la fois la “mort de l’art”, la critique politique (l’artiste s’offusque de la liberté d’acquisition des armes aux Etats-Unis) et la pulsion féministe qui anime toute son âme et son oeuvre.

Cheval et la Mariée, 1963, 235 x 300 x 120 cm, tissu, jouets, objets divers, grillage, Sprengel Museum, Hanovre, © BPK, Berlin, dist. Rmn-Grand Palais / Michael Herling / Aline GwoseNiki de Saint Phalle n’a de cesse, en effet, de lutter contre la domination masculine. Pour elle, si le monde était régi par des femmes, les maux du XXe siècle (guerres, famines) seraient éradiqués. De fait, l’artiste dévoilera tardivement dans ses mémoires, Mon secret (1994, soit à l’âge de 64 ans), qu’elle a subi le viol de son père.

Un second élément biographique qui pourrait expliquer, selon moi,  cette rage qui sous-tend l’oeuvre de l’artiste – loin de l’humeur joyeuse que la femme affiche – est l’abandon de la garde de ses enfants à son ex-mari, l’écrivain américain Harry Mathews. Ce qui provoque en elle une blessure profonde qu’elle tente de combler en ne cessant de donner vie à de nouvelles créations plastiques.

Vue du Jardin des Tarots, Garavicchio, Italie © Laurent CondominasC’est que Niki de Saint Phalle – surnommée Kiki de Montparnasse après s’être installée impasse Ronsin (derrière l’hôpital Necker) avec Jean Tinguely, autre membre des Nouveaux Réalistes (Arman, César, Martial Raysse…)- est ambitieuse. Elle l’une des rares femmes à avoir un projet d’envergure d’oeuvres publiques. Tout au long de sa carrière et à travers le monde se succèdent fontaines (dont la fontaine Stravinski à côté du Centre Pompidou), parcs pour enfants, jardins ésotériques. Son oeuvre finale et majeure, le jardin des Tarots en Toscane, sera auto-financée. Elle y conçoit le palais de l’Impératrice, tout en mosaïques miroitantes, qu’elle habitera.

Publicité

Le parcours alterne entre les oeuvres sombres et  joyeuses, propose de nombreux documentaires vidéo, et apporte une relecture édifiante de l’oeuvre de Niki de Saint Phalle, axée sur son côté féministe et provocateur.

L’exposition plaira sans aucun doute aux femmes, à l’image de “elles@centrepompidou“, organisée par la même commissaire, Camille Morineau. En revanche, elle risque de déplaire à certains membres de la gente masculine. Ou plus précisément, comme j’ai pu l’entendre au vernissage presse, certains grinçaient des dents devant tant de féminisme mais reconnaissaient que “l’exposition est géniale ; la femme, elle … “!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Kiki de Montparnasse

  1. Ping :Belles ! Belles ! Belles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *