Découvrez Rodin à Meudon

Musée Rodin Meudon

19 avenue Auguste Rodin, 92190 Meudon
01 41 14 35 00

Ouvert au public le vendredi, samedi, dimanche

RER C, station Meudon-Val-Fleury, puis bus 169 (arrêt Hôpital Percy)
Métro : station mairie d’Issy-les-Moulineaux, puis bus 169 (arrêt Hôpital Percy)
Tram : station mairie d’Issy-les-Moulineaux, puis bus 169 (arrêt Hôpital Percy)

Auguste Rodin a passé les vingt dernières années de sa vie dans la villa des Brillants à Meudon, à 45mn en voiture de Paris. Il s’y rendait en train depuis la gare Montparnasse ou en coach. A sa mort, la villa devient un musée national, comme l’Hôtel Byron, rue de Varenne à Paris. Les deux institutions ont la particularité de s’auto-financer (ils ne reçoivent pas de subventions de l’Etat, conformément au voeu du maître). Les similitudes s’arrêtent là…

Publicité

Paris 7e arrondissement. Un hôtel particulier doté de boiseries et parquets, entouré d’un jardin fleuri.

Meudon, banlieue de Paris. Un air de campagne souffle sur cette maison modeste qui domine la Seine, entouré d’un parc et d’un sous-bois.
La visite de la maison se fait rapidement. Une entrée qui donne sur une salle où des tréteaux et une planche font guise de table à manger. A l’étage, un lit peu large sur lequel veille un énorme Christ sur croix (quand on connaît les frasques amoureuses de Rodin… est-ce un défi ou un repentir de l’avoir suspendu là ?), un petit salon de toilette. Le second étage est maintenant réservé à l’administration.

“Rodin cherche à se retrouver à Meudon”, nous explique Clémence Goldberger (responsable de la communication du musée Rodin depuis 14 ans). “Il acquiert cette maison alors que Camille Claudel vient de rompre avec lui (et non l’inverse, comme le suggère par erreur historique le film de Jacques Doillon, 2017) et il vient de subir un échec personnel cuisant : le refus de la statue de Balzac, commandée par la Société des Gens de Lettres. Pour autant, le sculpteur est à l’apogée de sa carrière : c’est l’artiste le plus connu en France, et il bénéficie de nombreuses commandes publiques et privées”.

A partir  des Journées européennes du Patrimoine 2018 ouvrira l’atelier des antiques, situé dans le jardin. Il présentera au public la collection d’antiques (égyptiennes, gréco-romaines-médiévales) de Rodin qu’il a collectionné de manière compulsive à partir de ses 40 ans. “Il appelait sa collection d’antiques méditerranéennes :’ses dieux mutilés'”, précise Clémence Goldberger.

Avant d’arriver à la galerie des plâtres, un nouvel espace tactile invite les visiteurs à toucher trois sculptures, pour découvrir notamment les tensions musculaires du corps du Penseur ou de Paolo et Francesca du Baiser.

Apothéose de la visite, surtout par un jour ensoleillé, la galerie des plâtres abritée dans l’ancien Pavillon de l’Alma, construit spécifiquement pour que Rodin puisse exposer ses oeuvres lors de l’Exposition Universelle de 1900. Rodin l’avait fait démonter et reconstruire dans son jardin. La galerie, détériorée dans les années 1920, a pu être rénovée grâce au mécène américain Julius Mastbaum, à l’origine du musée Rodin de Philadelphie. On y découvre 300 moulages en terre cuite ou des plâtres (différentes tailles du Balzac, des Bourgeois de Calais, La Défense, les Monuments à Victor Hugo ou Puvis de Chavanne, des figures issues de La Porte de l’Enfer), des outils, un documentaire – exceptionnellement bien réalisé – qui décrit les différentes techniques de moulage. La lumière naturelle se projette sur la blancheur des plâtres et joue avec les volumes, offrant un spectacle variant à chaque heure du jour.

Quand on sort, il faut descendre vers le talus vert surmonté d’un immense bronze du Penseur. Et en-dessous duquel reposent Rodin et sa femme, Rose Beuret. Bien que cela soit interdit par la loi française d’être enterré dans son jardin, le secrétaire d’Etat de l’époque en a décidé autrement, pensant que le démiurge de la sculpture ne pouvait reposer ailleurs.

Publicité

Terminez la visite en passant dans le sous-bois puis en remontant la colline verdoyante, qui offre une vue panoramique sur la Seine. A terme (prévu pour septembre 2018, pour les Journées européennes du Patrimoine), des sculptures seront érigées dans le jardin, à l’image de ce que faisait Rodin pour ses amis. Certains moulages en bronze sont déjà installés à l’entrée du parc : Le Baiser, La Muse de Whistler, Monument à Victor Hugo, L’Homme qui marche sur colonne.

Meudon permet ainsi de capter l’essence de la sculpture de Rodin et sa manière de procéder. Une sortie familiale idéale pour le week-end ou les vacances scolaires.

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *