Les richesses afghanes de l’Age de Bronze à l’empire des Kouchans

Poignard à manche en or orné d'une scène de combat d'animaux, Tillia-Tepe, tombe IV, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetAfghanistan, les trésors retrouvés.
Collections du musée national de Kaboul

6 décembre 2006 – 30 avril 2007

Musée des arts asiatiques-Guimet, 6 place d’Iéna 75116, 01 56 52 53 00

Deuxième volet en quelque sorte du panorama consacré par le musée des arts asiatiques- Guimet à l’Afghanistan (après “Afghanistan une histoire millénaire”, en mars 2002), l’exposition “Les trésors retrouvés” s’inscrit dans une actualité on ne peut plus pertinente.

Objectif : réveiller les consciences occidentales afin qu’elles n’oublient pas les sublimes découvertes archéologiques qui retracent l’histoire d’un pays encore – comme nous le rappelle de temps en temps un sursaut médiatique – ravagé par la guerre et les hérésies de fondamentalistes qui se vantent de brûler le savoir.
Et, mobiliser l’opinion pour financer la restauration de ces pièces historiques uniques, menacées de déréliction.


Vaisselle de pierre, couvercles de pyxides, Aï-Khanoum, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée Guimet Si l’exposition porte le nom de “trésors retrouvés”, c’est à la fois une allusion aux quatre sites archéologiques où les 220 pièces ici présentées ont été découvertes – Fullol, Aï-Khanoum, Tillia-Tepe et Begram.
Mais c’est également une manière de rappeler que ces objets rares ont été sauvegardés du pillage qui a suivi l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques (27 décembre 1979).

Entre 1992 et 1996, en pleine guerre civile, des tirs de roquettes détruisent le toit du musée national de Kaboul, laissant porte ouverte aux pilleurs. Ceux-ci s’emparent des pièces antiques qui n’ont pas été détruites. Tels les ivoires de Begram, la totalité de la collection numismatique, une partie des statues gréco-bouddhiques, des fragments de peinture murale de la vallée de Bamiyan, soit environ 4.000 objets.
Pire encore, le 26 févrvier 2001, le mollah Omar, chef des Talibans, promulgue un décret incitant à détruire “toutes les statues et tombeaux non islamiques”. Ce qui conduit au dynamitage des bouddhas de Bamiyan et à la destruction d’autres objets de collection.
Au final, seulement 30% des collections du musée de Kaboul ont survécu grâce à leur préservation secrète dans les coffres de la Banque centrale, qui se trouve dans l’enceinte du Palais présidentiel.

L’exposition du musée Guimet cherche ainsi à mettre en avant – dans un défi provocateur – la diversité culturelle de feu un Afghanistan ouvert et curieux des civilisations étrangères, dont les influences artistiques s’étendaient jusqu’à l’Extrême Orient.

Fullol

Bol avec sanglier et décor d'arbre sur une montagne, Teppe Fullol, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetLe 5 juillet 1966, à 5km de l’agglomération de Fullol, deux paysans découvrent fortuitement ce qui sera nommé par la suite le “trésor de Fullol” – des vases d’or et d’argent. Ces récipients sont cassés à la hache pour diviser le butin en parts égales. Plus tard, les autorités découvrent cinq vases en or et sept en argent.

Aujourd’hui, seuls trois des cinq vases en or – aux motifs animaliers (taureaux, sangliers, serpents) – ont été retrouvés. Présentés dans l’exposition, ils reflètent la civilisation de Bactriane (2200-1800 av. J.-C.) et le rôle majeur de cette région afghane dans les échanges entre le Moyen-Orient et la civilisation antique de la vallée de l’Indus (5000-1900 av. J.-C.), qui prospérait le long du fleuve Saravastî.Monnaie indienne, Tillia Tepe, tombe IV, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée Guimet
Un demi-siècle avant la route de la soie, ces habitants d’Asie centrale étaient donc déjà en relation avec les civilisations de l’Indus, de l’Iran et de la Mésopotamie. D’ailleurs, une route du lapis-lazuli reliait l’Asie centrale au Moyen-Orient.

Aï-Khanoum (fin du IVè siècle – milieu du IIè siècle av. J.-C.)

Chapiteau corinthien, Aï-Khanoum, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetCe site mondialement connu a été découvert puis fouillé par la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA), entre 1964 et 1978. Il symbolise l’avancée extrême de l’hellénisme au coeur de l’Asie centrale et l’influence durable de cette culture dans la région. Les lingots d’or évoquentPlaque de Cybèle, Aï-Khanoum, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée Guimet la richesse des aventuriers grecs tandis que la plaque de Cybèle illustre la symbiose avec des traditions plus orientales.

La nécropole de Tillia-Tepe, la “colline d’or” (Ier siècle ap. J.-C.)

Plaquettes cordiformes avec arête centrale, Tillia Tepe, tombe III, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetSitué à la frontière nord de l’Afghanistan, le site de Tillia-Tepe représente la dernière grande découverte avant que le pays ne sombre dans le chaos.
La nécropole se compose de la tombe d’une princesse et de cinq princes, recouverts de parures funéraires dont l’or rapelle la civilisation des Scythes des rives du Bosphore et de la Chersonèse.

Intaille représentant un griffon, Tillia tepe, tombe V, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetDes intailles – pierres fines gravées en creux – au profil d’Athéna, et unePlaque représentant une figure dite 'Aphrodite de Bactriane', Tillia Tepe, tombe VI, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée Guimet Aphrodite bactrienne à l’allure enfantine, suggèrent l’époque scytho-parthe.

Des miroirs chinois, datés de l’époque Han, prouve l’ouverture afghane sur l’Extrème-Orient.

Publicité

Couronne, Tillia Tepe, tombe VI, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetEnfin, une couronne en or aux formes végétales délicates évoque la Corée des Trois Royaumes (Ier-VIIè siècle ap. J.-C.).

Le trésor de Begram

Gobelet à décor peint, Begram, Afghanistan - (c) Thierry Ollivier / musée GuimetIl montre le déplacement du pouvoir royal du centre vers le sud du pays. Les pièces trouvées par la DAFA en 1937 et 1939 démontrent la puissance d’une cour kouchane (Ier-IIIè siècle), sous l’influence du monde indien (cf. ivoires), hellénistique (cf. bronzes) ou encore gréco-romain (cf. verrerie).

L’Afghanistan s’est donc construit autour de divers courants culturels – iranien, proche-oriental, indien, scythe, chinois et hellénistique. Les civilisations afghanes anciennes, certes nomades, se révèlent pour autant attachées au raffinement et au luxe, comme l’attestent les nombreux débris de vaisselles, armes, statues, bijoux, etc. Ces sociétés étaient surtout curieuses de mondes inconnus. N’en déplaisent aux talibans actuels…

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Les richesses afghanes de l’Age de Bronze à l’empire des Kouchans

  1. Z. TARZI dit :

    Tillia-Tepe est une orthographe aberrante du nom de Tolla Tapa.(Tolla ou Tola, mot d’origine arabe signifiant l’or et tapa la colline).
    Le site de Tolla Tapa ne se trouve pas sur la frontière Nord de l’Afghanistan, mais bien plus au Sud de celle-ci. Il est sur la nationale Bactres-Sheberghan, en Bactriane occidentale.
    Par ailleurs, il ne faut oublier les fouilleurs de Tolla Tapa. Le directeur des fouilles fut Z. Tarzi et son adjoint russe M. Victor Sarianidi. C’est à ces deux responsables que revient, normalement, la publication du trésor.

  2. Sophie dit :

    Bonjour,

    Le musée Guimet qui propose cette exposition précise bien sur son site : “En 1978, à la frontière nord du pays, une équipe d’archéologues afghano-soviétique découvre la nécropole de Tillia Tepe” (cf.: http://www.guimet.fr/tresorsafghans/tillia/tresor/tillia1.html). Je vous suggère de leur faire part de votre point de vue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *