Les “belles icônes” nabies de Maurice Denis

Les arbres verts ou La procession sous les arbres, 1893, Paris, Musée d'Orsay - (c) Photo RMN/(c) Hervé Lewandowski/ (c) ADAGP, Paris 2006Maurice Denis

Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur 75007
Niveau 0, côté Seine, salle d’exposition temporaire
Jusqu’au 21 janvier 2007
Rens.: 01 40 49 48 14

Le musée d’Orsay propose de redécouvrir l’oeuvre de Maurice Denis (1870-1943) en mettant en lumière sa période nabie et symboliste (1889-1898), occultée par quelques toiles symboliques comme Taches de soleil sur la terrasse (1890).Taches de soleil sur la terrasse, 1890, Paris, Musée d'Orsay - (c) Photo RMN/(c) Hervé Lewandowski/ (c) ADAGP, Paris 2006

Théoricien du mouvement Nabi, qu’il co-fonde avec Edouard Vuillard (1868-1940) et Pierre Bonnard (1867-1947) – à qui la Réunion des Musées Nationaux a rendu hommage récemment – Maurice Denis fait à son tour l’objet d’une rétrospective d’importance.

Il faut avouer que rien n’avait été fait depuis l’exposition de 1970 à l’Orangerie de Paris, et celles de 1994 à Lyon, Cologne, Liverpool et Amsterdam. Le musée d’Orsay en a donc profité pour sortir le grand jeu!
Sont présentés, de manière essentiellement chronologique, une centaine de tableaux peints entre 1889 et 1943, ainsi que trois de ses plus célèbres ensembles décoratifs.

Les débuts nabis

Maurice Denis, Portrait de l'artiste sous les arbres, vers 1891, Collection particulière - (c) ADAGP, Paris 2006Dès l’âge de 13 ans, le jeune Maurice suit des cours de dessins et fréquente les musées parisiens, en particulier le Louvre.
Au lycée Cordorcet (1882), il rencontre Vuillard, et plus tard à l’Académie Julian, Sérusier, Ranson, Bonnard, et Ibels, avec lesquels il fonde le groupe des Nabis (= prophètes en hébreu).
Denis fréquentera également les néo-impressionnistes, auxquels il emprunte les semis de pointillés (cf. Mystère de Pâques, 1891).

Les peintres nabis entendent rénover la peinture et les arts décoratifs (cf. Théories, 1912) en refusant le réalisme triomphant des années 1890. Leur art se caractérise par une simplification des formes, et repose sur une transposition de la nature. M. Denis résume ainsi leur idéal: “Se servir de la nature sans perdre de vue l’objet essentiel de la peinture, qui est l’expression, l’émotion, la délectation” (in Journal, 1930).

Inspiration mystique

Avril (panneau pour une chambre de jeune fille), 1892, Otterlo, Musée Kröller-Müller - (c) ADAGP, Paris, 2006A l’inverse de ses confrères Vuillard et Bonnard, Denis distingue sa démarche artistique en lui conférant une dimension spirituelle. Le peintre applique directement la théorie du mouvement nabi au service de la religion. Ses premiers tableaux sont peuplés d’êtres mystiques, de figures blanches – communiantes ou fiancées – se promenant dans les bois sacrés ou cueillant des fruits (cf. La Vendange Mystique, 1890).
Cette spiritualité trouve son apogée dans son amour pour Marthe Meurier, “plus belle que les rêves”, avec qui il aura cinq enfants.

Véritable muse du peintre, Marthe est représentée dans de nombreux portraits, souvent sous forme double ou triple, dans une tentative de symboliser les différentes facettes de sa personnalité (cf. Triple Portrait de Marthe fiancée, 1892).
De manière plus générale, les jeunes filles angéliques, que Maurice dénomme ses “figures d’âme”, incarnent le cheminent spirituel, dans un paysage stylisé – notamment par le recours à l’arabesque (cf. L’Echelle dans le feuillage, 1892).

Plus tard, le peintre va jusqu’à associer des événements privés à des épiodes religieux qu’il met en scène dans son environnement familier – sa villa Montrouge à Saint-Germain-en-Laye (cf. Le dessert au jardin ou portrait de l’artiste et de sa femme au crépuscule, 1897).

La longue maladie de Marthe incite D. Maurice à acheter et décorer (1915-30) la chapelle Saint-Louis du Prieuré – chapelle privée attenante à la maison du peintre. Celui-ci espère que par le don de sa personne et de son talent artistique, Dieu écoutera ses prières et sauvera Marthe. Néanmoins, sa conviction religieuse étant tellement forte, Denis confie que quoi qu’il arrive à Marthe, il se doit d’offir le plus beau de son art à Dieu (cf. le film de Christine Tomas) . Marthe meurt en 1919. Le peintre retrouvera un bonheur teinté de nostalgie avec sa seconde épouse, Elisabeth Graterolle dit Lisbeth (1922), qui lui donnera deux enfants.

Les “panneaux décoratifs”

Les Nabis veulent abolir les frontières entre la toile du chevalet et le décor. Grâce aux commandes de collectionneurs fortunés (Henry Lerolle, Ernest Chausson, Alfred Stoclet), Maurice Denis réalise des “imitations de tapisseries” (cf. Automne, 1894), pour des plafonds ou des portes de salon (cf. l’hôtel particulier bruxellois d’Alfred Stoclet, réalisé par l’architecte Josef Hoffmann).
Ces panneaux décoratifs trouveront une ampleur décuplée dans les ensembles décoratifs, comme l’atteste la reconstitution de l’Histoire de Psyché (1912), destiné au salon de musique de l’hôtel particulier du moscovite Ivan Morosov, grand collectionneur d’art occidental. Cinq panneaux reconstituent les amours de la mortelle Psyché avec le dieu Amour, d’après le conte d’Apulée – symbole de l’accession à l’immortalité de Psyché grâce à l’amour.

Le japonisme des “belles icônes”

L'Etang bleu, 1890, Collection Peter Marino - (c) ADAGP, Paris 2006Pour mettre en forme le résultat de leurs recherches théoriques plastiques et les principes de leur modèle Gauguin, les Nabis réalisent des esquisses de petits formats.
Ces “belles icônes” se caractérisent par des couleurs posées en aplats vifs et contrastés (cf. L’Etang bleu, 1890), parfois séparés par une ligne sombre.
A l’image des estampes japonaises, les arrières-plans se confondent avec le premier plan, ce qui ôte toute profondeur au tableau (cf. Soir Jaune sur Fourqueux, 1890) et le transforme en “belle surface décorative”.
Quinze ans avant Matisse et les Fauves, Maurice Denis prouve ainsi que le paysage n’est pas une fenêtre ouverte sur nature mais que “toute oeuvre d’art [est] une transposition, une caricature, l’équivalent passionné d’une sensation reçue”.

Des paysages à la fois primitifs et modernes

Publicité

Ils virent des fées débarquer sur les plages, 1893, Collection particulière, courtesy Galerie Hopkins-Custot - (c) ADAGP, Paris 2006Plages, vues bretonnes, villes italiennes – les paysages de Denis confirment son orientation nouvelle vers le classicisme à partir de 1900 tout en ne reniant pas ses débuts nabis. Les compositions de ses scènes de plage révèlent une orchestration étudiée de la position des personnages. Une rigueur nouvelle liée au voyage que le peintre effectue à Rome avec André Gide. “On ne peut mieux qu’à Rome comprendre qu’une oeuvre d’art n’a d’importance qu’autant qu’elle est réfléchie”.
Vue prise de Fiesole, temps froid, 1907?, Collection particulière - (c) ADAGP, Paris 2006 Quant aux couleurs, si celles de ses représentations de Fiesole sont douces et fraîches, celles de ses paysages maritimes, au contraire, sont chaudes et crûes.
Une tendance qui se confirme avec La Solitude du Christ (1918), dont les couleurs sont particulièrement chargées.

Orange Sunset II, Alex Katz, 2004, Hambourg, Collection particulière, courtesy Galerie Thaddeus Ropac, Salzbourg/ParisLa modernité de l’oeuvre de Denis se retrouve dans les compositions de l’Américain Alex Katz (né en 1927 à New York), qui rend hommage à Maurice Denis avec Orange Sunset II (2004), fondé sur le rythme tronqué des feuillages et dont les harmonies sont proches des paysages nabis. Ou encore avec Ada dans l’eau (1958), qui met son épouse au coeur de son inspiration.

Une exposition aux oeuvres sublimes, rarement vues en France. Un accrochage thématique plutôt que chronologique aurait néanmoins eu le mérite de montrer plus nettement l’évolution des principes artistiques de Denis. Tandis que ce va-et-vient entre ses penchants nabis et classiques, ses peintures paysagistes et religieuses, a tendance à brouiller les pistes.

Marthe présentant une grappe à Bernadette, Le Pouldu, 15/09/1899, Musée d'Orsay - (c) ADAGP, Paris 2006L’exposition des peintures de Maurice Denis se complète de deux petites présentations de ses illustrations de recueil (dont Sagesse de P. Verlaine, 1880), ainsi que de ses photos de famille avec le premier Kodak sorti sur le marché (1888). A ne pas manquer.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Les “belles icônes” nabies de Maurice Denis

  1. Béatrice dit :

    Merci ! J’aime beaucoup !

  2. Ping :Peindre l’Arcadie Musée d'Orsay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *