La photographie au service de l’exploration du monde

Georges REVOIL, Servante-esclave, 1882-1883. Moguedouchou, Somalie (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographieTrésors photographiques de la Société de géographie

Jusqu’au 16 décembre 2007

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 58 rue de Richelieu 75002, 01 53 79 49 49, 7€

La BnF propose une exposition sur le rôle de la photographie au XIXe siècle, qui assiste la Société de géographie de France, l’une des premières au monde. Ses trésors photographiques constituent une invitation à la découverte de magnifiques paysages et de peuples indigènes, aujourd’hui disparus. Et, dès lors, à une certaine prise de distance…

Victor DEPORTER, Palmiers à l'ouest d'El Goléa, 1888-1889. Badrian, Sahara (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographieFondée en 1821, la Société de géographie regroupe 217 savants de l’époque qui ont pour objectif de promouvoir l’exploration du monde pour mieux en connaître ses contours géographiques. Ses membres ou aventuriers solitaires ont procuré à la Société une vaste collection de clichés (près de 100.000 photographies sur papier et 43.000 sur plaques de verre), déposée à la BnF depuis 1942.
Aujourd’hui, deux cents de ces photographies anciennes sont exposées au site Richelieu de la BnF, selon trois angles: l’exploration du monde, regards sur un monde en changement, la passion de l’inventaire.

Louis-Lucien FOURNEREAU, Bayon, Petite tour du 3e étage, 1888. Angkor, Cambodge. Négatif converti en positif (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographieLa première partie de l’exposition recèle des toutes premières images rapportées de cet ailleurs, inconnu des Occidentaux. Voyageurs individuels, expéditions scientifiques, missions religieuses, civiles ou militaires permettent par leurs témoignages photographiques de façonner le regard de l’Occident sur les confins du monde. Du Japon de Felice Beato aux ruines du Yucatan de Désiré Charnay – dont l’ensemble de ses 49 vues mexicaines sont les premières à entrer dans les collections de la Société de géographie en 1861 -; des temples d’Angkor d’Emile Gsell aux passants Kong (Côte d’Ivoire) de Marcel Monnier; des servantes Moguedouchou Eugène BRUSSAUX (ou Etienne MUSTON), Moundans, village de Léré, 1906. Mission Moll Congo-Cameroun (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographie(pays somali) au glacier Tukton (Groënlande) de William Libbey; de l’Himalaya de Samuel Bourne à l’Inde de John Burke et William Baker, un fascinant tour du monde s’offre au visiteur.
Le rôle de la Société de géographie consiste à orienter les travaux des explorateurs en publiant des “Instructions aux voyageurs” et les récompenser lorsque les résultats ont permis l’avancée des connaissances géogaphiques.

A. BLANC, Culebra, excavateur grand modèle force 180 chevaux au kil. 55+000. 1886. Creusement du Canal de Panama (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographieLa seconde partie de l’exposition est consacrée au bouleversement de la révolution industrielle qui transfigure la géographie économique des pays. Avec la construction des voies de chemin de fer; la prospection et l’exploitation des ressources naturelles qui modifient les paysages comme l’attestent les clichés sur les Iles Chincha (face au Pérou) d’Henry De Witt Moulton et ceux d’Adolph Verey sur les gouffres des mines de diamant de Kimberley (Afrique du Sud); le creusement de canaux interocéaniques tel que le canal de Suez photographié par Hippolyte Arnoux.
Dimitri SOLOMIRSKY, Haut fourneau, usine Séverskoy. Domaine de Sysserte, Oural. Vers 1896 (c) BnF, département Cartes et plans, Société de géographie Les réalisations humaines sont au coeur de ces projets photographiques. Le photographe n’est plus seulement un amateur de paysages pittoresques. Il devient acteur de la modernité, au service d’une compagnie ferroviaire, intégré à une mission. Son travail est un outil de promotion pour l’entreprise. D’ailleurs, plus tard, des ingénieurs ou propriétaires industriels prennent eux-même en photo le résultat de leurs chantiers. Comme Dimitri Solomirsky, l’héritier du district minier de Sysserte, dans l’Oural, ou cet ingénieur des Ponts et Chaussées qui immortalise par ses propres moyens la construction du chemin de fer sur l’île de La Réunion.

Attribué à Désiré CHARNAY, Type chamelier, 1896 (c) Bnf, département Cartes et plans, Société de géographieLa dernière partie de l’exposition s’intéresse à la manie du début du XXe siècle de tout inventorier et classifier. Qu’il s’agisse des monuments, des missions archéologiques mais aussi – et c’est là que le bât blesse – des hommes. Ainsi, l’Allemand Carl Dammann réalise des planches anthropométriques sur le type de l’Indien, de l’Amazone, du Caucasien, etc. Décrire, mesurer. Or, constate Olivier Loiseaux, conservateur en chef du département des Cartes et plans de la BnF et commissaire de l’exposition, “qui dit classification, typologie des Désiré CHARNAY, La Reine de Mohély, 1863. Madagascar (c) Bnf, département Cartes et plans, Société de géographieraces humaines, dit hiérarchisation”. Vérification faite, la typographie allemande figure en première page de l’Anthropologisch-Etnologisches Album

Publicité

La Société de géographie exerce toujours au 184, boulevard Saint Germain, Paris 6e. Elle continue à soutenir des expéditions comme celles de “La Boudeuse” sur les pas de Bougainville organisée par Patrice Franceschi, de Gilles Elkaïm sur les côtes de l’océan glacial arctique, etc.. Et à remettre des prix (dernièrement, Erik Orsenna pour son oeuvre Salut au Grand Sud, 2006; et Nicolas Hulot pour ses expéditions, ses émissions télé et ses ouvrages, 2003). Elle publie également une revue trimestrielle, La Géographie, le plus ancien périodique actuel de géographie au monde. “Il va s’élargir au grand public dès l’année prochaine”, confie, plein d’espoirs, Olivier Loiseaux.

Cliquez ici pour retrouver la visite virtuelle de l’exposition.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à La photographie au service de l’exploration du monde

  1. Heneau dit :

    pour les moins de 18ans, l’exposition est-elle payante? si oui, combien?
    Merci.

  2. Sophie dit :

    bonjour,

    il faudrait que vous contactiez directement la BNF au numéro indiqué en haut de l’article. Si ce n’est pas gratuit, il y aura au moins un tarif réduit. Bonne visite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *