L’enfant terrible de la mode

Peter Lindbergh Jean Paul Gaultier 2005 © Peter LindberghJean Paul Gaultier

Jusqu’au 3 août 2015

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Galeries nationales du Grand Palais, entrée Clémenceau, Paris VIII

Catalogue de l’exposition : 

Publicité

Pour la première fois, le Grand Palais ouvre ses portes à un couturier, qui plus est vivant ! Jean Paul Gaultier honore cet hommage avec brio.

C’est la première fois que le Grand Palais reçoit un couturier et c’est la première fois que les vêtements de JPG, créés entre 1971 à 2015, sont exposés. A quelques pas du Palais de la Découverte, où le jeune Gaultier avait présenté sa toute première collection (octobre 1976).

Cette rétrospective n’est pas conçue comme telle mais plutôt comme une installation contemporaine et pour JPG comme « son plus grand défilé ».

Elle met en avant ses créations à travers un système inédit de mannequins animés (ils bougent leurs cils et parlent). Dessins, photographies et musique complètent ce show destiné à ouvrir les portes du backstage d’un défilé au commun des mortels.

De la rue aux étoiles – titre de la toile de Pierre & Gilles  – résume l’ascension sociale de ce fils unique d’une famille modeste (il est né à Arcueil en 1952 et a grandi dans un HLM) .

Pierre et Gilles, De la rue aux étoiles, Jean Paul Gaultier, 2014 © Pierre et Gilles

J.-P. Gaultier crée sa première collection de prêt à porter Femme (printemps-été) en 1977, Homme (printemps-été) en 1984, Junior en 2009. Il finit en apothéose avec prenant la direction artistique de la collection prêt à porter femme d’Hermès entre 2003 et 2010.

Côté Haute Couture, sa première collection date de 1997 et l’artiste continue à ce jour de s’y consacrer. En parallèle au lancement de parfums et la réalisation de divers projets artistiques telles ses créations de costumes pour Luc Besson (Le Cinquième Element, 1997), Pedro Almodovar (Kika, 1993 ; La mauvaise éducation, 2003 ; La peau que j’habite, 2011), Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet (La Cité des enfants perdus, 1995), Peter Greenaway (Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant, 1989).

JPG est également connu pour ses tenues de spectacles musicaux (Crazy Horse), de Madonna (tournée Blond Ambition World Tour, 1990) à Angelin Preljocaj (ballet Blanche-Neige, 2008) en passant par Kylie Minogue (X Tour, 2008) et Mylène Farmer (N°5, 2009 ; Timeless, 2013).

Jean-Paul Goude Björk Mixte Magazine collection « Les Vierges » Haute couture printemps-été 2007 © Jean-Paul Goude

Publicité

Sa marque de fabrique est le mélange des genres, l’élégance parisienne combinée au punk londonien, pantalon pour femme et jupe pour homme, tradition et modernité : inside out avec ses corsets aux seins coniques portés sur les vêtements.

L’homme fait fi des diktats de la mode, des religions et des orientations sexuelles. Humaniste dans l’âme, il embrasse la différence et veut faire passer le message à tout à chacun de s’assumer tel quel.

Max Abadian Couleur Café (Herieth Paul) 2013 Publié dans le magazine Dress to Kill, 2013 Robe marin en raphia crocheté, Collection You Got the Look… Alike Prêt-à-porter Femme printemps-été 2013 © Max Abadian

C’est à la fois une exposition artistique et un spectacle. Aussi brillante que Velazquez, d’après Thierry-Maxime Loriot (commissaire de l’exposition). J’ajouterai en beaucoup plus énergique, à l’image du créateur !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *