L’Inde

Au miroir des photographes

Jusqu’au 17 février 2020

Musée des arts asiatiques – Guimet, 1 place d’Iéna, Paris 16e

Publicité

Le musée Guimet poursuit son exploration de ses archives photographiques – qu’il considérait comme des outils de travail jusqu’à peu et non comme des oeuvres à part entière – pour faire étape dans l’Inde de la seconde moitié du XIXe siècle. Des oeuvres en noir et blanc majestueuses.

Samuel Bourne (1834-1912), Sans titre. Agra. Le Fort Rouge. La Musamman Burj.
Épreuve sur papier albuminé, 1863-70
© MNAAG, Paris, Distr. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Dix ans après la naissance de la photographie relayée par la presse britannique, Madras et Calcutta deviennent vers 1850 le foyer du développement de la photographie tant au niveau technique qu’artistique.

William Baker (actif 1861-1873) & John Burke (1843-1900), Kashmir. Resident’s boat on the Dhul Canal [Jammu-et-Cachemire. Bateau du Résident sur le lac Dal], 1868.
Épreuve sur papier albuminé
© MNAAG, Paris, Distr. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Le Raj britannique, fondé en 1858, offre un cadre propice à l’essor de la photographie, notamment grâce aux militaires sur place. Dès 1854, le sergent Linnaeus Tripe débute et se présente à l’exposition de Madras où le jury qualifie son travail de “meilleure série de vues photographiques sur papier”. Il est suivi de William Baker, sergent retraité qui fonde vers 1861 à Murree (actuel Pakistan) le studio Baker & Burke. En 1873, année de création de John Burke Studio, les premiers clichés de paysages sont créés au Cachemire, grâce à John Burke et à son associé.

Samuel Bourne (1834-1912), Wanga valley and glacier (Abies Webbiana) [Himachal Pradesh. Vallée de Wanga et glaciers], 1866.
Épreuve sur papier albuminé
© MNAAG, Paris, Distr. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Les photographes partis en quête de nouveaux espaces arrivent sur place dotés d’une grande culture visuelle. Tel Samuel Bourne, qui de 1863 à 1870 réalise d’ extraordinaires vues du Cachemire, pourtant demeurées insignes dans l’histoire de la photographie de paysages.

Bourne (1834-1912) & Shepherd (actif 1858-1878) (attribué à), Sans titre, Tukoji Rao II Holkar (1835-1886), maharajah d’Indore, 1877.
Épreuve sur papier albuminé
© MNAAG, Paris, Distr. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Mais que l’on redécouvre aujourd’hui avec grand plaisir. Architecture de temples grandioses, portraits de fiers maharajah, et somptueux paysages concourent à la réussite de cette exposition idéalement mise en scène dans l’ancienne bibliothèque d’Emile Guimet.

Publicité

Raghu Rai, Traffic at Chawri Bazar, Delhi, 1965 © Raghu Rai

Sur le thème de l’Inde, il y a également une magnifique exposition de photographies présentées jusqu’au 5 janvier 2020 au Palais de l’Institut de France (27 rue de Conti, Paris 6e), “Voyages dans l’instant” de Raghu Rai (né en 1942, à Jhang, Inde Britannique, actuel Pakistan), un des plus célèbres photographes de l’Inde, lauréat de la première édition du Prix de Photographie de l’Académie des beaux-arts – William Klein et membre de Magnum Photos. L’espace vient d’être rénové par Jean-Michel Wilmotte. L’ensemble est somptueux et l’entrée est libre !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *