L’homme ne descend pas du singe !

Gorille de l'Est, mâle adulte (c) Jean-Michel KriefSur la piste des grands singes

Jusqu’au 21 mars 2016

Museum national d’Histoire naturelle, 57 rue Cuvier, Paris V

Publicité

Contrairement aux idées reçues, l’homme ne descend pas du singe, qui est plutôt son cousin – pas son ancêtre ! Le MNHN propose de partir à la rencontre des chimpanzés, gorilles et orangs-outans dans une reconstitution de leur environnement naturel : la forêt tropicale.

Le parcours débute par la présentation des caractéristiques morphologiques et évolutives des grands singes africains (chimpanzés, gorilles) / asiatiques (orangs-outans). En tant que primates ils disposent d’une vision binoculaire, de mains et de pieds préhensiles dotés de cinq doigts. En revanche, ils s’en distinguent par leur absence de queue, leur taille et leur poids plus importants et leur poitrine aplatie dorso-ventralement. Les grands singes se déplacent sur leurs deux pattes que de manière occasionnelle et sur une courte de distance, contrairement à l’homme !

Chimpanzé utilisant une baguette pour récupérer du miel. Ouganda (c) Jean-Michel Krief

Puis vient le coeur du sujet : le quotidien des grands singes dans leur environnement. Vivre en groupe, se déplacer dans les arbres ou au sol, construire un nid pour se reposer, communiquer, se reproduire, utiliser des outils pour trouver sa nourriture… Cette section présente à travers des films et des objets le travail des scientifiques sur le terrain.

Sabrina Krief, primatologue et son équipe. Parc national de Kibale, Ouganda (c) Jean-Michel Krief

La dernière partie se concentre sur les menaces qui pèsent sur les grands singes : déforestation, braconnage, trafic d’animaux vivants, maladies… Toutes les espèces de grands singes ont perdu au minimum 70% de leurs effectifs au cours des 50 dernières années. Les orangs-outans de Sumatra ne sont plus que 6.500 (8% de la population des années 1950) et risquent de disparaître si rien n’est fait.

Orang-outan de Bornéo, femelle adulte (c) MNHN, François-Gilles Grandin

Publicité

Prendre conscience que notre consommation a un impact direct sur la disparition de la forêt tropicale, c’est participer à la survie des grands singes en évitant la déforestation. Une grande installation donne l’origine des biens de vie courante et, malheureusement, il n’y a pas que le Nutella (huile de palme) qui est en cause : téléphone portable (tantale, tungstène = matières premières issues de la forêt tropicale), ordinateur, machine à laver, fer à repasser, bois tropicaux des meubles… difficile d’y échapper. Mais on peut toujours limiter notre consommation, choisir des produits durables et faire attention aux provenances…

Une exposition à voir en famille. Sans oublier à l’extérieur, dans le Jardin des Plantes (sur les grilles de l’Ecole de Botanique), l’exposition photo de Jean-Michel Krief “Dans les coulisses du Muséum : les primatologues” (jusqu’au 10 mai 2015), qui nous plonge au coeur de la forêt tropicale pour observer les scientifiques entourés de chimpanzés, bononos et gorilles.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à L’homme ne descend pas du singe !

  1. Ping :Le MNHN et les tout-petits MNHN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *