“Fragonard est un raté!” Mais quel raté…

Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), Jeune fille délivrant un oiseau de sa cage. Collection privée (c) Photo: Jean-Jacques L'Héritier, NiceFragonard, les plaisirs d’un siècle

Jusqu’au 13 janvier 2008

Musée Jacquemart-André, 158 bd Haussmann 75008, 01 45 62 11 59, 9,50€

C’est avec ces mots que le conservateur du musée Jacquermart-André, Nicolas Sainte Fare Garnot, entame la visite commentée de l’exposition sur Jean-Honoré Fragonard. Une boutade qu’il s’empresse d’expliquer pour éviter toute méprise: Fragonard est un raté dans la mesure où il a abandonné la carrière officielle de peintre d’histoire qui s’offrait à lui. Pour s’adonner à la peinture de genre, à la peinture galante, destinée à une clientèle privée. Bien lui en a pris!

Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), La Surprise. Musée d'Angers (c) Musée d'Angers, Photo: Pierre DavidL’exposition suit l’angle que la commissaire Marie-Anne Dupuy-Vachey a donné à ses recherches pour offrir un nouveau point de vue sur la peinture de Fragonard. Cet artiste peintre du XVIIIe siècle (1732-1806) a laissé derrière lui un mythe. Du fait qu’il peignait pour des particuliers et non pour la Couronne de France, les archives sur Fragonard se révèlent éparses et maigres. A l’inverse, les anecdoctes sur les moeurs du peintre abondent: fortuné, il aurait conquis la gente féminine, au détriment de sa femme qui l’accablait et tenait les cordons de la bourse. M.-A. Dupuy-Vachey a donc tenté de détacher la fiction de la réalité. Et de trouver un sens à la création de Fragonard.

La première salle de l’exposition condense la carrière de l’artiste et annonce ce qui sera développé dans les six salles suivantes.
La première oeuvre accrochée, Jéroboam sacrifiant aux idôles (1752), constitue la seule oeuvre académique de Fragonard, celle qu’il a réalisé pour le Grand Prix de Rome qu’il remporte avec succès. Pourtant, dès cette première oeuvre, de style rococo dans l’esprit de François Boucher (1703-1770) – peintre officiel à la cour sous Louis XV -, on perçoit l’attitude “déviante” du jeune Fragonard (il a 20 ans). D’après la Bible, Jéroboam, premier roi d’Israël, a renié Dieu et refuse de cesser le culte du veau d’or qu’il a institué à Béthel. L’homme de Dieu prédit alors que “l’autel va se fendre. Et la graisse qui est dessus se répandre”. Au lieu de représenter le sacrifice en tant que tel, Fragonard choisit de montrer la main de Jéroboam se raidissant et se déssèchant au moment où il ordonne d’arrêter le prophète, tandis que la pierre de l’autel est Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), Roger aveugle l'orque. Collection privée (c) Private collection, Photograph courtesy of Agnewsbrisée. Ainsi, même sur un thème imposé, Fragonard parvient à imprégner très tôt sa marque, en choisissant de donner sa propre interprétation de la lecture des textes. Ce que confirmera l’ensemble des salles de l’exposition, de l’illustration des contes de la Fontaine aux dessins pour accompagner les chants de l’Orlando furioso composés par le poète italien Ludovico Ariosto dit l’Arisote (1474-1533). Fragonard s’aventure toujours en dehors des voies traditionnelles picturales.

Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), L'Inspiration favorable, dit aussi Sapho inspirée par l'Amour. Collection privée (c) Art Digital photo / Photo: GrandperrinEn réalité, Fragonard ne décide pas sur un coup de tête de renoncer à la peinture d’histoire. Venu de Grasse, il n’avait guère d’attache à Paris, ni de fortune. Or, suite au prix de Rome, il est accepté à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture. Mais en ces temps pré-révolutionnaires, la Couronne avait bien d’autres dépenses que de payer ses artistes. Ce qui gêne Fragonard, qui ne disposait pas d’autres sources de revenus. Parallèlement, il constate qu’il y a un marché pour la peinture libertine, annonçant le Romantisme, auprès d’une clientèle privée. D’où sa conversion pour les portraits de l’aristocratie et les scènes de genre.

Publicité

Dans la première salle, deux autres oeuvres méritent de s’arrêter. Séléné contemplant Endynion endormi (vers 1772) a fait l’effet d’une surprise auprès de la commissaire de l’exposition. Mme Dupuy-Vachey a demandé que ce tableau, habituellement conservé au Louvre, soit désencadré pour mieux l’étudier. C’est ainsi qu’elle découvre, sous la bordure gauche, une lune. Or le personnage supérieur ne porte pas de croissant au-dessus de sa tête. Donc, contrairement à l’avis des experts jusqu’à présent, il ne s’agissait pas de Diane, mais de Sénélé.
Historienne de l’art de formation, Marie-Anne Dupuy-Vachey a eu plus de mal à résoudre l’égnime du Sacrifice interrompu (vers 1765) dont les personnages représentés n’ont pu être identifiés. Au grand dam du conservateur du musée, qui affirme avoir révisé toute sa mythologie et textes bibliques pour venir à bout de ce mystère!

Enfin, terminons sur cette oeuvre coquine bien que savante – un thème mythologique traité de manière galante – Le sacrifice à la rose (vers 1780-1785). L’oeuvre achevée représente une femme la poitrine dénudée, une main légèrement en dessous du sein. Mais l’étude de la tête de ce personnage – une petite oeuvre retrouvée par la commissaire de l’exposition chez un collectionneur parisien – montre que cette main était en réalité en pleine possession du sein! L’artiste – comme on Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), Renaud entre dans la forêt enchantée. Paris, Musée du Louvre (c) RMN, Photo: Gérard Blotle voit dans la suite de l’exposition – a donc préféré suggérer l’érotisme plutôt que de le dépeindre lourdement. Son trait de pinceau est toujours léger – au point que certaines oeuvres achevées, telle Renaud entre dans la forêt enchantée (vers 1762) ressemble à une esquisse et non à un tableau fini -, tout en ne faisant pas preuve de fausse pudeur. Le corps se dénude, les étreintes sont sensuelles et tendres (cf. La Jean-Honoré FRAGONARD (1732-1806), Portrait d'Anne-François d'Harcourt, duc de Beuvron. Collection privée (c) Collection particulière / Lumiere Technologyvisite à la nourrice, vers 1770-1775). Mais l’artiste sait aussi représenter la tension de la réflexion, le travail de la pensée comme l’atteste ses portraits d’écrivains, de poètes, de savants. Que l’on soupçonne d’être autant d’autoportraits cachés.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

6 réponses à “Fragonard est un raté!” Mais quel raté…

  1. je possede un dessin de fragonard qui a ete expertise par un expere qui nous a dit que ce dessin pouvait venir de son ecole, et nous a dit que ce dessin avait une certaine valeur .ce dessin represente un groupe de femme dont l’une d’elle porte un pichet sur la tète et ce dessin n’est pas terminer pouraije avoir une reponce je vous remercie MONIQUE LEMAIRE

  2. Sophie dit :

    Désolée, je ne puis vous aider à ce sujet…

  3. Ping :L’héritage laissé par Benjamin Franklin aux Français - Artscape: Art, Culture & Paris

  4. DE MUYLDER dit :

    Je possède une oeuvre au burin original de LM.Halbou peint par Fragonard intitulée”l’inspiration favorable”gravée sur une plaque d’argent de dimension 180X240mm.En bas une inscription”A paris,chezl’auteur rue du fouare maison de Mr Maillar,procureur au parlement.Cette oeuvre est peinte de couleurs très juste.Pouvez-vous me donner quelques indications sur son origine?Je vous remercie d’avance.

  5. karine dit :

    je viens d’acheter en foire à tout une reproduction du messager fidèle de Lallie avec la meme inscription “Paris, chez l’auteur…au parlement”, je cherche à dater cette peinture, si vous avez quelques infos…je vous remercie par avance, cordialement

  6. Ping :Une pro du marketing avant l’heure! - exposition marguerite gerard musee cognac jay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *