Mode d’ici, créateurs d’ailleurs

Article consacré à la participation de la maison Redfern à l'Exposition universelle de Saint-Louis (Etats- Unis), L'Art et la Mode, n°23, 3 juin 1904 © Editions Jalou 1904Fashion Mix

Jusqu’au 31 mai 2015 – Prolongation jusqu’au 28 juin 2015

Catalogue de l’exposition : 

Musée de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil, Paris XII

Je n’avais pas encore eu l’occasion de visiter le Musée de l’histoire de l’immigration depuis son ouverture et j’attendais l’exposition adéquate pour prendre ma bicyclette jusqu’au bois de Vincennes. Bien que la météo se soit trompée sur le temps (pas un rayon de soleil mais une pluie d’hiver bien froide), je n’ai pas regretté d’avoir saisi l’occasion d’arpenter « Fashion Mix » pour découvrir le lieu.

Publicité

J’avoue ne pas avoir pris un grand risque dans la mesure où l’exposition, conçue par Olivier Saillard (directeur du Palais Galliera), m’assurait de la qualité des propos et des objets exposés !

ssey Miyake, robe longue, P/E 1986 Soie artificielle plissée Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Eric Emo / Galliera / Roger-Viollet

 

Le parcours retrace les points forts de l’histoire de la Haute Couture, de son invention à Paris en 1858 par Charles Frederick Worth, d’origine anglaise, jusqu’aux créateurs les plus récents (Comme des Garçons, Martin Margiela, Marc Jacobs, etc.).

Charles Frederick Worth photographié par Charles Reutlinger, Inde 1885 © Charles Reutlinger / Galliera / Roger-Viollet

 

 

Si l’élégance se dit française, cette exposition prouve que Paris doit sa renommée internationale en matière de mode à un ensemble de créateurs étrangers. Et c’est précisément cette inspiration extra-hexagonale doublée du savoir-faire français, dont les métiers sont souvent assurés par des immigrés (ateliers de broderie russe, mailleuses et chausseurs arméniens..), qui permet d’assurer l’excellence du « made in France ».

Martin Margiela, ensemble body troué et jupe rideau, A/H 1990. Collection Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris © Spassky Fischer

Publicité

 

L’exposition présente ainsi une centaine de pièces phares des collections du Palais Galliera (robes, manteaux, chapeaux, accessoires) ainsi que des documents d’archives (actes de création des maisons de couture, dossiers de naturalisations, carte de réfugié politique, extraits d’entretiens audiovisuels).

Brevet déposé par Mariano Fortuny y Madrazo (1871-1949 ) le 10 juin 1909 à l’Office national de la propriété intellectuelle, pour un "Genre d'étoffe plissée ondulée". Source : Archives INPI

Le propos est bien mené, avec une carte emblématique en guise d’introduction qui montre l’ensemble des origines des créateurs de mode. Mon seul regret : l’exposition n’est pas assez longue ! Mais cela ôte toute excuse de ne pas voir le reste du musée qui présente l’histoire d’immigrés, entre nostalgie du passé, difficultés du présent et crainte de l’avenir. Une visite qui ouvre a minima les yeux et a maxima l’esprit sur (ce) qui fait la France aujourd’hui !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *