La luminosité électrique de Turner

Joseph Mallord William Turner. Clair de lune, étude à Millbank. 1797. Huile sur panneau. Londres, Tate Britain (c) Tate PhotographyTurner et ses peintres

Jusqu’au 24 mai 2010

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Galeries nationales du Grand Palais, entrée Champs-Elysées (square Jean Perrin) 75008, 11€

Publicité

Lors de ma dernière visite à Londres, je n’avais pas eu le temps de pousser le pas jusqu’à la Tate Britain pour voir l’exposition encensée par la presse sur le génie britannique Joseph Mallord William Turner (1775-1851). Fort heureusement, co-organisée avec Paris (musée du Louvre) et Madrid (Prado), “Turner et ses peintres” traverse la Manche et investit le Grand Palais. Scénographie et oeuvres diffèrent afin de mettre en valeur les apports français dans l’inspiration turnerienne. De fait, l’artiste londonien n’aura de cesse de sublimer les sages compositions de Nicolas Poussin et les fondus lumineux de Claude Lorrain.

Particulièrement ambitieux, le jeune Turner, formé à la Royal Academy of Arts, créée en 1768 et dirigée par Sir Joshua Reynolds (1723-1792), suit un enseignement classique fondé sur l’études des maîtres anciens. “Etudiez donc les oeuvres des grands maîtres pour toujours. Etudiez-les d’aussi près que vous le pouvez, à la manière et selon les principes qui les ont eux-mêmes guidés. Etudiez la nature attentivement, mais toujours en compagnie de ces grands maîtres. Considérez-les à la fois comme des modèles à imiter et comme des rivaux à combattre” (Discours de Sir J. Reynolds, 1774).

Joseph Mallord William Turner. Le Déclin de l'Empire Carthaginois. 1817. Huile sur toile. Londres, Tate Britain (c) Tate PhotographyCes paroles marqueront profondément Turner, qui apprendra à dessiner d’après la nature, un carnet de croquis toujours dans la poche, lors de ses nombreux déplacements. Mais, il souhaitera aussi ardemment défier ses modèles.

Claude Gellée dit Le Lorrain. Port de mer au soleil couchant. 1639. Huile sur toile. Paris, musée du Louvre (c) Rmn / Gérard Blot / Jean SchormansAinsi, l’exposition est conçue comme une confrontation entre ceux qui ont inspiré Turner, des aquarellistes anglais, dont son ami et rival Thomas Girtin, aux paysagistes italiens (Salvator Rosa), français (Nicolas Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain) et britanniques (Constable, Bonington). En passant par l’Ecole du Nord (Rembrandt, Ruisdael) et du Sud (Titien, Raphaël, Canaletto).

Né dans un milieu modeste, Turner vend ses premières aquarelles aux clients de son père, barbier à Covent Garden, qui a su reconnaître et encourager le talent de son fils.
Alors qu’il est élu à l’âge de 26 ans, membre de la Royal Academy, faisant de lui le plus jeune artiste à acquérir ce statut privilégié, la Paix d’Amiens lui permet d’effectuer son premier voyage sur le continent, en France et en Italie.

Titien. La Vierge au lapin. vers 1530. Huile sur toile. Paris, musée du Louvre (c) Rmn / Franck RauxL’artiste visite le musée du Louvre, alors considéré comme le plus grand musée européen, où il prend des notes  précises sur une dizaine de tableaux qu’il admire. Ce qu’il n’a fait pour aucun autre musée. Retour de faveur, le musée a accordé un prêt exceptionnel de treize oeuvres (onze peintures et deux gravures) pour l’exposition parisienne (contre seulement quatre à Londres). Turner y découvre en particulier Nicolas Poussin (Le Déluge) et la chaleur de la gamme chromatique du Titien (La Vierge au Lapin).

A son retour, le peintre expose ses premières oeuvres d’histoire, inspirées du maître vénitien. Sans succès alors qu’il excelle dans les aquarelles. Genre auquel il donne ses lettres de noblesse, mal jugé à l’époque par ses pairs, en lui conférant une luminosité, digne de la peinture à l’huile.

En 1804, l’artiste ouvre la Turner Gallery, attenante à son logement, pour y exposer ses propres oeuvres. Une section de l’exposition, intitulée “Le culte de l’artiste”, reproduit le rouge (indian red) des cimaises choisis par le maître des lieux. Il n’y avait pas de fenêtre, l’éclairage provenait uniquement du plafond, afin de ne pas distraire la contemplation des oeuvres, accrochées de manière très dense.

Joseph Mallord William Turner. L'Ange debout dans le soleil. 1846. Huile sur toile. Londres, Tate Britain (c) Tate PhotographyA partir de 1817, Turner voyage régulièrement en Europe (France, Suisse, Allemagne, Danemark, Italie) tout en continuant à parcourir l’Angleterre et l’Ecosse. Le peintre adopte ses formats aux vues panoramiques qui s’offrent à lui. Parallèlement, il fait preuve de plus en plus d’audace par rapport à ses modèles. Pour tendre vers le Sublime.

C’est le philosophe irlandais Edmund Burke (1729-1797) qui définit ce concept dans le traité A Philosphical Enquiry into the Origins of Our Ideas of the Sublime and Beautiful. Si la Beauté est équilibre, ordre, selon une vision qui s’étend de la Renaissance au milieu du XVIIIe siècle, le Sublime est dépassement de cette harmonie. “Comme lorsque l’on est sur les cîmes, que l’on ressent le frisson du vertige”, explique Guillaume Faroult, commissaire de l’exposition (conservateur au musée du Louvre). Dès 1780, l’Angleterre illustre cet aspect presque démoniaque de la beauté.

Publicité

Joseph Mallord William Turner. Tempête de neige au large d'un port. 1842. Huile sur toile. Londres, Tate Britain (c) Tate PhotographyLe corps de Turner apparaît comme un réceptacle de sensations, qu’il rend dans sa peinture. D’où les motifs récurrents de son oeuvre: l’eau, le plus souvent tourbillonnante, et son pendant céleste, les nuages, dont il maîtrise la dissolution des formes. Ou encore le feu – l’incendie lors des batailles navales, le soleil couchant.
Comme le résume magistralement la dernière peinture de l’exposition, Tempête de neige au large d’un port (1842).

“Il y a parmi ces toiles de Turner, un lac d’eau bleuâtre éthéré, aux contours indéfinis, un lac lointain, sous un coup de jour électrique, tout au bout de terrains fauves. Nom de Dieu! Ca vous fait mépriser l’originalité de Monet et des autres originaux de son espèce” (Edmond de Goncourt, Journal, 18 janvier 1890)…

J. M. W. Turner. Un film de Alain Jaubert. Arte Editions, 2010A noter: à l’occasion de l’exposition “Turner et ses peintres”, Arte Editions présente dans la collection Artistes, le film d’Alain Jaubert: J.M.W. Turner (sortie le 17 mars 2010, 20€). Ce film sera diffusé sur Arte le 01 mars 2010 à 23h40.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à La luminosité électrique de Turner

  1. Ping :Les lumières de William Turner

  2. Ping :La quête d’immortalité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *