Delacroix dans les collections américaines

Eugène Delacroix. Tigre aux aguets, 1839. Plume et encre (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkUne passion pour Delacroix – La collection Karen B. Cohen

Jusqu’au 05 avril 2010

Musée national Eugène Delacroix, 6, rue de Furstenberg 75006, 5€ (accès gratuit le 1er dimanche de chaque mois et avec le billet d’entrée du Louvre le même jour : (Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Collectionneuse assidue d’Eugène Delacroix, Karen B. Cohen s’est entichée du peintre français lors d’une exposition au Metropolitan Museum. Retour de faveur, K.B.C. lègue à la célèbre institution de la Ve Avenue une centaine d’oeuvres du maître classique (1798-1863). Mais pour le moment, ce fonds est exposé en avant-première à Paris, dans l’ancien atelier de l’artiste, devenu musée national.


Rassembler des oeuvres de Delacroix depuis New York n’a pas été chose facile.

Dans un essai publié dans le catalogue de l’exposition, Barthélémy Jobert, professeur d’histoire de l’art à Paris IV (Sorbonne), recense l’entrée des oeuvres de Delacroix dans les musées américains. L’auteur constate que, contrairement à d’autres artistes, les musées américains n’ont pas développé de politiques cohérentes d’achats en la matière.

Cependant, grâce aux collectionneurs privés qui ont fait don de leurs fonds telle K.B. Cohen, l’artiste français peut se targuer à titre posthume de voir ses oeuvres suspendues aux cimaises des plus grands musées américains. Le Metropolitan Museum de New York (L’Enlèvement de Rébecca), le Museum of Fine Arts de Boston (La Chasse aux lions), la National Gallery of Art de Washington (Christophe Colomb au monastère de la Rabida, La Perception de l’impôt arabe). Sans oublier le Philadelphia Museum of Art, qui offre aujourd’hui la plus grande représentation de l’étendue de l’art delacroisien.

Et variété de genres picturaux, il y a, comme l’illustre la collection Karen B. Cohen.

L’exposition permet de donner un aperçu de l’ensemble des gammes dans lesquelles s’est essayé le peintre.

Eugène Delacroix. Esquisse pour La Lutte de Jacob avec l'Ange, 1850. Encre et huile sur papier calque marouflé sur toile (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkSujets religieux (La Vierge du Sacré-Coeur, Le Christ au Jardin des Oliviers, La Lutte de Jacob avec l’Ange destinée à la chapelle des Saints-Anges de l’Eglise Saint-Sulpice).

Sujets littéraires. Illustrations plus ou moins libres de textes de Byron, Walter Scott, Shakespeare et G. Sand ( seule auteure française qui semble inspirer Delacroix).

Eugène Delacroix. Etudes pour le décor du Salon du roi au palais Bourbon, vers 1833/35. Plume et encre (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkGrandes fresques. En tant qu’artiste élu à l’Académie royale, Delacroix a bénéficié de commandes publiques (Salon du roi et bibliothèque du Palais Bourbon, bibliothèque de la Chambre des pairs du palais du Luxembourg, galerie Apollon du musée du Louvre).

Eugène Delacroix. Coucher de soleil, vers 1850. Pastel (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkPaysages. Réfutant le titre de chef de file des Romantiques, E. Delacroix n’a jamais exposé de paysages au Salon officiel. Mais son Journal et sa correspondance témoignent de sa sensibilité envers la nature.
Qu’il s’agisse de l’environnement normand où il aime se réfugier loin du tumulte parisien, Nohant où son amie Sand dispose d’une maison, Champrosay près de Draveil ou encore Dieppe dont les marines annoncent, par le rendu des couleurs des vagues, l’impressionnisme de la décennie suivante.
Ou des animaux. Delacroix se sent particulièrement proche des félins. Admirant leur force sauvage, il aime représenter le moment où l’animal s’apprête à bondir. Cette maîtrise du mouvement est parfaitement visible dans Fantasia, exposé de manière concomittante au musée du Louvre dans le cadre de la collection G. Pébereau (“Maîtres du dessin européen du XVIe au XXe siècle”, jusqu’au 22 février 2010).

Assidu de la ménagerie du Jardin des Plantes, Delacroix découvre dans son décor naturel des lions lors d’un séjour mémorable au Maroc (six premiers mois de 1832). Lui qui n’avait que très peu quitté la France pour à peine s’enhardir outre-Manche, il est invité à accompagner l’ambassadeur de France, le comte de Mornay, venu négocier avec le sultan Abd el-Rahman les arrangements nécessaires pour conquérir l’Algérie.

Eugène Delacroix. Marocain à cheval, vers 1832/37. Aquarelle (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkDelacroix y découvre la luminosité nord-africaine: “le sublime vivant et frappant qui court ici dans les rues et vous assassine de sa réalité”. Christophe Leribault, commissaire de l’exposition et directeur du musée E. Delacroix, relève: “Il y eut la révélation de l’Antique qu’il voyait soudain vivre sous ses yeux […] Il y trouva l’alliance du vrai et du beau idéal.”

Publicité

L’artiste réalise des croquis sur le vif, non considérés comme des oeuvres à part entière à l’époque, qui lui permettent de mémoriser, avec les objets et les vêtements qu’il rapporte, son expérience. Il la traduit ensuite picturalement en lui conférant une dose de réalisme, loin de l’imaginaire orientaliste qu’il avait pratiquer jusqu’alors comme dans La Mort de Sardanapale, où il fait côtoyer Grèce et Turquie dans une veine byronienne.

Etudes d’écorchés. Exercice académique auquel Delacroix se livre toute sa vie, se précipitant à l’hôpital de la Charité pour étudier le torse déchiré d’un Maçon tué par accident. Ses dessins d’anatomie sont tracés au graphite et à la sanguine comme le veut la tradition pour les études d’écorchés.

Eugène Delacroix. Etudes de nu masculin, copie d'après Géricault. Plume et encre (c) Collection Karen B. Cohen, New YorkCopies d’après maîtres. Cette partie met en valeur le talent de dessinateur de Delacroix. Il s’astreint à copier tous les maîtres italiens, de Mantegna à Tiepolo, en passant par Véronèse, Michel-Ange et Raphaël. Rubens lui inspire également des exercices de style plus ou moins libres. Comme pour les animaux, l’artiste s’attache à accentuer le mouvement du corps humain, excellant dans le pathos, la dramatisation des attitudes.

Une exposition qui porte bien son titre. Les textes des cartels, particulièrement riches, accompagnés des oeuvres qu’ils illustrent, savent transmettre la passion de la collectionneuse américaine au public français. Si besoin en était!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *