Bijoux Art déco et avant-garde

Jean Després, pendentif, 1932. Argent, or, laque, citrine. Collection Stephanie Seymour Brant, courtesy the Brant Foundation Greenwich, CT, USA (c) Bruce M. WhiteJean Després et les bijoutiers modernes

Jusqu’au 12 juillet 2009

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli 75001, 8€

Des bijoux “moteurs”. Les années 1930 sont marquées par la nouvelle donne urbaine, glorifiée par le Futurisme: énergie, vitesse, progrès de la science. Cette modernité inspire les bijoutiers et joailliers de l’époque, dont Jean Després, à qui le musée des Arts décoratifs consacre un premier hommage.

Pendant l’entre-deux-guerres, Paris représente la capitale du luxe. Elle accueille l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes (1925) et l’Exposition Internationale des arts et techniques dans la vie moderne (1937). Deux fêtes qui marqueront les esprits et encadrent la période Art déco [terme donné a posteriori, en 1966, lors de l’exposition “Les années 1925 – Art déco, Bauhaus, Stijl, Esprit Nouveau”, organisée au musée des Arts décoratifs].

Jean Després, Bague moteur, 1930. Argent. Musée des Arts décoratifs, Paris (c) Les Arts décoratifs / Photo Jean TholanceFormes épurées et lignes géométriques caractérisent la production joaillère des années 1930. Fasciné par la mécanique, Jean Després (1889-1980) imprime une esthétique industrielle – bielle, engrenage, roue dentée – à ses oeuvres, appelées dès lors “bijoux moteurs”.

Raymond Templier, broche. Diamants, platine, émail, 1925. Musée des Arts décoratifs, Paris (c) Les Arts décoratifs / Photo Bénédicte PetitCes formes modernes s’accompagnent également de nouveaux matériaux. Le platine remplace l’or blanc, qui lui-même se subsitue à l’or jaune (il ne reviendra à la mode que dans les années 1937/39). Després aime travailler l’argent dont la blancheur s’oppose au chromatisme des pierres semi-précieuses (onyx, corail, turquoise, lapis-lazulli, calcédoine). Moins coûteuses, les pierres fines font leur apparition (améthyste, topaze, citrine). Ce qui n’empêche pas les joailliers de travailler ces pierres en volume afin qu’elles puissent être vues de loin.

Publicité

Suzanne Belperron, Maison Bernard Herz, bracelet, Paris, vers 1934. Platine, cristal de roche, diamants taille brillant ancien. Collection privée, New York (c) Photo Doug RosaLa seconde partie de l’exposition s’intéresse aux bijoutiers contemporains de Després, tous marqués par les avant-gardistes (Modigliani, Picasso, De Chirico, Braque) et la musique jazz, importée des Etats-Unis. Jean Fouquet, Gérard Sandoz, Raymond Templier, Jeanne Boivin, Jean Dunnand et Suzanne Belperron, qui se démarque par ses bijoux sculptés dans le cristal roche, souvent sertis de diamants…

Force des bijoux martelés, épaisseur du métal, cerclage des formes, pureté des lignes. “La mécanique impose une discipline toute moderne de précision et de robustesse ainsi que le rejet de ce qui est inutile et compliqué”, précisait Jean Després. L’esthétique des bijoux Art Déco est surprenante de finesse et d’élégance. La scénographie de l’exposition, tel un écrin protégeant des oeuvres précieuses, renforce le plaisir de cette découverte.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Bijoux Art déco et avant-garde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *